Passoires énergétiques : "Nous mettrons des moyens contraignants"

par BATIACTU il y a 2 semaines
RÉNOVATION. Le ministre de la Transition écologique et solidaire, François de Rugy, vient de préciser devant les sénateurs que des mesures d'accompagnement, mais aussi de "contrainte" , seront mises en œuvre pour rénover l'ensemble des passoires énergétiques d'ici 2025.
Lire l'article sur Batiactu
26 réponses à ce sujet
Publié : il y a 2 semaines
Votre logement est mal isolé ? => TAXE
Votre voiture est trop vieille ? => TAXE
Vous fumez, buvez trop, mangez mal ? => TAXE, TAXE, TAXE
Vous épargnez, investissez ? => TAXE et RE-TAXE
Vous votez mal ? => TAXE (ça viendra)
Jean-Yves BASSET géomètre-expert (91)
Publié : il y a 2 semaines
Moins d'incitations et plus de bâtons! Ras le bol de ce gouvernement qui dit vouloir lutter contre les passoires énergétiques tout en faisant une refonte du mode de calcul du crédit d'impôt transition énergétique qui permettait de recevoir un chèque du fisc d'un montant équivalent à 30% des dépenses engagées pour certains travaux de rénovation énergétique alors même que les travaux d'isolation des portes et des fenêtres NE SONT DEJA PLUS ELIGIBLES au dispositif depuis le 1/7/2018, les ménages apprécieront ainsi que les entreprises du secteur qui vont voir leur chiffres d'affaires baissés, merci Macron !! vivement que tu dégages !!!
Publié : il y a 2 semaines
Commencez d'abord pour vous mettre en règle vous même manière de donner l'exemple.
Combien de bâtiment du service public travail dans des locaux complètement hors du temps qui sont des gouffres à fric.
Combien d'écoles élémentaires se font dans des mobil-homes plus que mal isolés équipés de clim réversible qui sont également de gouffres à fric.
Et enfin je rejoins les propos de Jean Yves
toutes ces conneries encore une fois ne sont mise en place que pour faire tourner le système industriel qui dirige le monde les petits n'ont qu'a suivre ou crever, il y en à plein le c**...
Ludovic Artisan BTP 82
Publié : il y a 2 semaines
Le plus simple serait d'effectuer une grille de montant des loyers variables pour les investisseurs et propriétaires dans l'immobilier, et ce en fonction de la qualité réelle des biens loués. Des passoires thermiques sont louées, bien souvent à des gens qui n'ont pas le choix de part leurs budgets, mais ils dépensent effectivement beaucoup trop pour avoir du mal l'hiver à obtenir les 19/20°... Combien aussi de propriétaires dans l'ancien par économie installent du chauffage électrique, moins onéreux à l'installation pour eux, dans des logements sans aucunes isolation !!! Les propriétaires, chez eux, choississent-ils le moins bon ou le meilleurs en calculant ? Stop aussi et ainsi aux loueurs et vendeurs de sommeils qui vous réalisent que des studios ou des petits F1 dans des appartements pour uniquement la rentabilités locative...
Publié : il y a 2 semaines
ajoutons quelques lignes pour M. Basset:
amélioration d'une construction existante= augmentation de la taxe foncière et de la taxe d'habitation.
Il y a une autre solution que le bâton: laissez chaque personne produire son électricité et l'utiliser à sa guise, sans raccordement au réseau.......mare du monopole d'EDF et de toutes ses filiales qui appartiennent rappelons le à 84% à l'état!!!!!!!!!
Publié : il y a 2 semaines
J'ai écouté votre petite vidéo Mr le ministre.

Lorsque vous évoqué qu'il sera versé 50 € supplémentaires sur le chèque énergie, j'ai compris que nous étions mal partie pour solutionner le grave problème du chauffage de l'habitat.

Et ceci qu'il s'agisse des maisons individuelles ou des appartements d'immeuble.

Comment espérer vous, après les recommandations de votre prédécesseur et la nécessité de "changer d'échelle", solutionner ce grave problème avec des mesures aussi étriquées.

Si vos propos sont l'aboutissement d'une réflexion personnelle la situation n'est pas trop grave.
Après tout chacun d'entre nous a droit à l'erreur.

Par contre mais si vos propos viennent de recommandations qui vous ont été faites par vos supérieurs directs la situation me semble extrêmement grave.

Comment nos dirigeants pourrait-ils à ce point examiner ce grave problème par le petit bout de la lorgnette. Ceci sans qu'aucune vision saine de ce qu'il faut faire ne soit établie au préalable. Notre transition énergétique se doit d'être une réussite à la fois sociale écologique et économique Mr le ministre, et c'est à vous qu'il revient de fixer le cap.

Les citoyens sont avant tout des utilisateurs qui attendent pour assurer leur confort thermique que soit mis à leur disposition des dispositifs performants et en ordre de marche. Ceci comme cela va bientôt être le cas pour la mobilité avec la voiture hybride rechargeable.

Je vous engage à lire ce qui a été écrit à ce propos sur Goodplanet.

https://www.goodplanet.info/actualite/2018/09/13/emissions-de-gaz-a-effet-de-serre-la-france-en-dehors-des-clous/

https://www.goodplanet.info/actualite/2018/10/01/climat-les-scientifiques-presentent-aux-etats-leur-apre-diagnostic/

Jean Grossmann
alias Balendard
Publié : il y a 2 semaines
Une fois de plus ce n'est que la verbalisation qui compte, avoir ou ne pas avoir les moyens n'est pas du domaine de la sinistre bande d'escrocs de la finance qui nous gouvernent. Tout cela ne peut pas bien se terminer, il y aura bien le retour du bâton qui fera très mal. Comment peut-on avoir autant d'imbéciles heureux dans ce triste pays !
Publié : il y a 2 semaines
"Impacter le montant de la taxe foncière" ... Tiens, on croyait que celle-ci devait disparaître ou être allégée. Et hop, encore un mensonge !
Publié : il y a 2 semaines
je rejoins Mr Sorlekua lorsqu'il estime sur Goodplanet que le « Terrien » qu'il soit citoyen ou décideur ne pourra pas s'en sortir tant qu'il ne
comprendra pas ou ne voudra pas comprendre qu'une croissance éternelle sur une terre finie est impossible.

Pour rendre le monde "great again" et gagner quelques siècles, il va falloir que la République En Marche réalise que pour avancer elle doit abandonner la course en avant du "toujours+".

Et ceci pour être plus précis en modifiant nos chaînes énergétiques actuelles autant en ce qui concerne la motorisation de la voiture individuelle que le chauffage de l'habitat. Ceci compte tenu du fait qu'en agissant dans ce sens avec la "Solar Water Economy" il est possible de respecter les critères sociaux économiques et environnementaux

Balendard octobre 2018
Publié : il y a 2 semaines
Comment un propriétaire endetté à hauteur de 33 % sur 25 ans fait pour dégager la somme suffisante pour rénover son logement?
Une fois de plus on va prendre aux uns pour redistribuer aux autres. Le problème, est que la part des "uns" diminue chaque année un peu plus. Allez donc voir les chiffres sur la répartition des contribuables. De plus, le parc de logements français représente 0.04 % des émissions mondiales. Toute cette énergie, tous ces organismes qui nous coûtent " un pognon dingue" pour ça! Non mais quelle fumisterie!!
Publié : il y a 2 semaines
Monsieur le Ministre, connaissez-vous les peintures Thermo-Isolante de l'entreprise Théolaur Peintures ?
Pour luter facilement contre ce phénomène de passoires énergétiques, je vous conseille de repeindre l'ensemble du parc immobilier avec ces peintures Thermo-isolante.
En hiver, la peinture conserve la chaleur du logement... une belle réduction de la facture énergétique en perspective ;)
Publié : il y a 2 semaines
Les pourfendeurs d'annonces gouvernementales, quoiqu'il soit annoncé, ne font que vilipender des propositions qui méritent pourtant d'être mûrement réfléchies. Les anti-taxes ont beau jeu d'oublier que 10% des ménages en France sont en précarité énergétique (qu'ils se renseignent sur la définition….et qu'ils se renseignent tout court). Les anti-taxes n'ont retenu que le mot « malus ». On entend que ce qu'on a envie d'entendre.
Les solutions à ce problème sont difficiles socialement et économiquement. Rien ne serait plus dommageable que des décisions « jupitériennes » soient assénées. Le jeu d'acteurs est complexe. Tout le monde ne pourra pas être satisfait de manière équitable. Ce n'est pas une raison pour conspuer sans rien proposer. Il est souhaitable que le nouveau Ministre de l'Ecologie prenne le temps nécessaire d'écouter avant de décider.
Quant aux larmes de crocodiles de la FNAIM qui parle de « hold up », elles prêtent à sourire. Rappelons au moins 2 faits :
- Tous les adhérents de cette fédération d'agences immobilières n'appliquent même pas la loi quand il s'agit d'afficher les étiquettes des DPE dans leurs belles vitrines, loin s'en faut.
- C'est fou le nombre d'agences immobilières qui se sont créées ; plus ou moins que les opticiens ou les marchands de prêts à porter ? Je pensais naïvement que le terme « hold up » ne s'appliquait surtout qu'aux banques.
Décidemment, dès que l'on évoque un pas en avant, quelle que soit sa taille, les lobbies réagissent négativement a priori, quelle que soit leur taille….
Publié : il y a 2 semaines
J'invite les responsables ( ?) à se pencher sur un projet qui a été initilialisé par l'ex-Région Nord Pas de Calais en 2014, consistant sous l'égide de la "troisième révolution industrielle " et avec le conseil de Jeremy Rifkin à rénover une cible de 15 000 logements privés par an; le montage ne faisait pas appel à de l'argent public, sauf pour garantir les prêts avec les fonds européens affectés à cet usage, et bien sûr sur l'idée d'un financement basé sur les économies réalisées par les travaux ( les bouquets de travaux en fait); Piloté par les élus verts de la Région, ce projet a abouti à la création d'une SEM , le soutien des banques locales, le Conseil Régional des Architectes , des fédérations locales de proffessionnels, etc. et Amundi au capital ; Un montage ad hoc permettait de contourner les fameuses lois bancaires interdisant à une structure non bancaire de s'immiscer dans un processus de prêt: le gouvernement de l'époque en avait fait un obstacle à contourner, en réalité pour ne pas avoir à résoudre le problème et risquer d'engager de l'argent public ( avec le fameux dépassement des 3% de Maastricht)
Le projet avait été largement critiqué et torpillé par la gauche, qui voulait disqualifier les verts, et les instances locales de la CDC ont même été jusqu'à écrire leur opposition au projet dans la presse locale!
Le remaniement des Régions et l'élection d'un LR à la nouvelle Région a acté de l'enterrement du projet ...
Actuellement, la structure pourrait se poursuivre "à son compte" sur le même projet, car sa viabilité est avérée.
Cet exemple montre à quel point les politiques ont pu mentir et torpiller un projet réplicable et économe en fonds publics pour des questions de pouvoir et électoralistes
Du coup, cette histoire de mise sous contrainte des particuliers pour la rénovation ... !!!!
il faudrait que l'ingénierie et la rationalité reprenne la main dans se pays ou seul le paraître, le marketing et les effets d'annonces ont droit de cité dans la politique.
Publié : il y a 2 semaines
Et si, avant de se lancer dans des rénovations coûteuses et au résultat aléatoire, on se posait la question de démolir, pour construire des appartements modernes aux normes actuelles?
Publié : il y a 2 semaines
Si la rénovation énergétique améliore le confort des personnes en précarité énergétique, les économies d'énergie obtenues permettent par contre rarement d'amortir le coût de la rénovation, car les ménages en précarité énergétique sous-chauffent leur logement, ils ne consomment donc pas moins après sa rénovation. La solution proposée par Mr de Rugy pour le financement de la rénovation n'est tout simplement pas valable.
Publié : il y a 2 semaines
la rénovation énergétique est possible pour les logements dont les occupants seraient en situation modeste ou précaire, sur la base des économies réalisables , à condition de l'effectuer en masse sur un parc de logements multi-catégorie, de pouvoir organiser une filière de travaux pour abaisser les coûts et accroître la technicité et la qualité et de mutualiser les risques et les financements- c'est le projet en ex Nord pas de Calais dont je parle dans un précédent commentaire. L'éparpillement des initiatives de rénovation est juste une impasse et il appartient aux pouvoirs publics non pas de contraindre ou de taxer (solution de l'incompétence) mais de contribuer à faire s'organiser les acteurs. Mais cela demande un peu plus d'efforts et de travail...
Publié : il y a 2 semaines
Quand on sait qu'il se passe en moyenne entre 16 et 24 mois entre le début des travaux de construction d'un immeuble neuf et sa livraison on comprend que proposer de démolir l'habitat existant dans Paris ou dans nos métropoles pour solutionner le problème des passoires thermiques est une absurdité. D'ailleurs ou logerait-on tout ce monde pendant cette période. Ceci d'autant que cette dernière est encore majorée du temps de démolition et d'évacuation des gravats.

Certes il ne faut pas rêver on sait que le gain en énergie utile résultant de l'isolation d'un immeuble existant excède rarement 30 %. Ce chiffre souvent avancé à l'occasion de l'établissement des audits thermiques s'obtient le plus souvent au prix d'un investissement qui est loin d'être négligeable.

Une solution nettement plus intéressante et la plupart du temps envisageable vu l'espace disponible en chaufferie dans le sous-sol des immeubles existants peut consister à adjoindre aux chaudières gaz existantes un complément ENR peu encombrant si l'on échange sur l'eau. Ceci comme cela est expliqué dans le cas pratique de mon livre sur l'énergie. Voir

https://www.dropbox.com/s/8qx239tfez1wdhu/Epub.pdf?dl=0

Il faudrait pour cela que les pouvoirs publics prennent conscience de l'intérêt de cette solution pour nos metropoles ce qui n'a malheureusement pas été le cas jusqu'à présent. voir

https://www.rivieres.info/patri/metropoles%20françaises.htm

Pour un investissement comparable à celui de l'isolation extérieure et le traitement des parois vitrées présentant le moins de gêne pour l'occupant, on divise la consommation d'énergie primaire sensiblement par 2,5 par rapport à l'état intérieur ce qui est assurément beaucoup plus intéressant pour l'occupant en terme de RIS que le voir celle-ci diminuer à grands frais de 40 %.
Publié : il y a 2 semaines
Enfin un bonus-malus énergétique pourra récompenser ceux qui ont pris la peine de soigner l isolation de leur logement et son équipement. J espère seulement que sous ce pretexte le CSTB ne va pas nous imposer un logiciel qui ne prendrait en compte ni les propriétés des pierres ou de la chaux, ni les apports énergétiques.
En d autres termes : bravo pour l intention, attention aux lobbies !
Publié : il y a 1 semaine
Une mesure certes louable mais dont l'impact économique aura pour effet de favoriser les nantis et de pénaliser les bélitres. Comme d'habitude.
Publié : il y a 1 semaine
Je rejoins les préoccupations de Bernard Sesolys lorsqu'il s'offusque que les agences immobilières n'appliquent pas la loi lorsqu'il s'agit d'afficher les étiquettes des DPE dans leurs belles vitrines. Particulièrement lorsqu'il s'agit de la vente d'un appartement existant incorporé dans un immeuble régi par un syndic.

Meme dans le cas d'un chauffage collectif du type chaudière ce dernier a en effet une vision claire de ce que consomme cet immeuble en énergie au travers des factures qu'il doit régler au fournisseur d'énergie fossile.

Il lui appartient de jouer le jeu en communiquant à l'agent immobilier cette consommation en cas de demande de l'agent immobilier.

Le problème qui se pose pour l'agent immobilier lorsqu'il s'agit de la vente d'un appartement comparativement à la vente d'une maison individuelle est le fait que l'évaluation des déperditions est plus complexe dans ce dernier cas si l'on considère non pas l'immeuble mais l'appartement privatifs objets de la vente. Ceci étant donné qu'un appartement à double exposition Est-Ouest par exemple à à deux fois plus de déperditions qu'un appartement à simple exposition. Ceci aussi étant donné que les appartements situés au dernier étage ou au rez-de-chaussée sont nettement plus déperditifs que ceux situés aux étages intermédiaires. Je pense que c'est à l'acheteur qu'il appartient de prendre conscience de cet état de fait.
Ceci en achetant préférentiellement un appartement à une seule exposition situé aux étages intermédiaires chauffé par les voisins du dessous, du dessus, et par les voisins situés au même étage. Cette remarque et ton particulièrement valable dans le cas du chauffage électrique par radiateur vu chez piètre performance c'est le coût actuel du kWh électrique
Publié : il y a 1 semaine
Il est louable de se préoccuper de ces aspects mais encore une fois on a un ministre qui n'a jamais mis les pieds sur le terrains. Dans bien des cas la rénovation énergétique pour qu'elle soit VRAIMENT efficace consiste à raser et reconstruire le logement. Et si les français paie de plus en plus cher leur électricité c'est aussi parce que les taxes sur nos factures ont doublées entre 2003 et 2018 : plus d'un tiers de taxe et de TVA. Si cet argent allait réellement à la rénovation énergétique le ministre s'en vanterait allègrement. Combien de personnes âgées avec des petites retraites vivent dans des petites maisons mal isolées : ce n'est pas un souhait de rester ainsi mais une obligation due à leurs finances. ET on veut passer par la contrainte, c'est bien mal connaître les réalités de terrains...
Publié : il y a 1 semaine
Il n'y aura, à terme, que des malus. Car chaque année l'état va déplacer le curseur de performance vers "moins de passoire". Qui va décider s'il faut privilégier le confort d'été (plus facile à atteindre dans de vieilles bâtisses massives) ou le confort d'hiver (sachant que les hivers risquent d'être de plus en plus courts)? Si cette idée se concrétise, je vous prédis de belles dérives, car l'appétance pour la taxe est telle, dans ce pays, que les ayatollahs de l'écologie vont en vouloir plus chaque année.
Publié : il y a 1 semaine
Pourquoi les politiques n'écoutent-ils pas le professionnels du bâtiment ?
Cette année est déjà une année noire pour la construction neuve à cause des restriction sur l'obtention des prêts à taux zéro et la suppression pour les primo accédants des aides au logement. Maintenant il veulent contraindre les Français à rénover pour faire des économies soit disant...
Il faut savoir que dès les travaux de rénovations faits et les aides d'état accordées , le logement change de catégorie et comme il est plus confortable le propriétaire paye plus de taxes foncières. Hé oui, et ils parlent d'accentuer les taxes foncières ou de mutation si les travaux ne sont pas réalisés...c'est perdant-perdant: tu payes ou de toute façon tu payes.!!! Lame,table et contre productif.
Publié : il y a 1 semaine
Publié : il y a 1 semaine
Fort bien, fort bien ! Au moment où l'on pleure pour l'entretient du patrimoine, au moment où l'on tend la main pour maintenir sur pied, juste sur pied, ce qui participe à la culture et au charme du pays : nos vieilles maisons, nos manoirs, nos châteaux..., on va venir taper sur la tête de ceux qui se ruinent déjà à essayer de les faire survivre. J'en ai une, de ces antiquités. Elle a deux siècles et demi, des pilastres, des corniches et des encadrements sur ses façades en pierre... Des lambris, des staffs et des stucs sur les murs de ses pièces. Alors, c'est décidé : je vais lui coller une belle isolation extérieure et pour faire bonne mesure, racler ses décors pour y poser un placomur 10 + 1 décoratif après avoir arraché les menuiseries d'époque remplacées par du PVC triple vitrage !! Chic ! J'aurai des subventions, un bonus, les félicitations de l'ABF et, j'espère, le 1er prix du massacre prémédité. Sans compter le gros chèque encaissé après l'avoir vendue pour aller m'installer dans un pays moins dogmatique. A force de généralités et de menaces, on fini par s'énerver.
Publié : il y a 1 semaine
les immeubles produits de 1945 à 1975-80 sont effectivement des passoires thermiques, souvent d'architecture médiocre ; mais certains ouvrages de cette époque méritent que l'on respecte leur enveloppe extérieure (Je pense à Le Corbusier, Jean Dubuisson, et maints autres archis modernes ou post-modernes)
Quant au patrimoine plus ancien, voir historique, il parait évident que l'amélioration thermique ne doit pas se faire aux détriment des qualités architecturales et esthétiques de ces bâtiments.
Il faudrait fixer des objectifs d'amélioration thermique quasiment au cas par cas, ce qui ne sera pas possible réglementairement. Espérons qu'une porte soit ouverte à des dérogations justifiées.....
Répondez à ce sujet
Passoires énergétiques : "Nous mettrons des moyens contraignants"
Menu
×