Anticiper la RT2012 avec la domotique

par Jean-Marc Agnano il y a 7 ans
12 réponses à ce sujet
Lancer un nouveau sujet
Publié : il y a 7 ans
L'analyse personnelle des acteurs du marché m'amène à la conclusion que, pour le commun des mortels et une majorité de professionnels, la domotique est un gadget onéreux et peu connu.
Compte tenu des contraintes réglementaires de la RT 2012, la domotique va devenir un pilier incontournable dans la construction du neuf tant résidentiel que tertiaire.

La clé du développement s'articule autour d'une meilleure connaissance de la "vraie domotique".

Les personnes sensibles à la domotique sont celles qui veulent se projeter dans l’avenir, construire des bâtiments peu énergivores, et celles qui vont anticiper la nouvelle Réglementation Thermique 2012.
Les personnes les plus intéressées à cette technologie devraient être les architectes et les maîtres d’œuvre mais pour le moment, ils y sont très peu réceptifs.

Pourquoi cette attitude et que faire pour les intéresser ?
Publié : il y a 7 ans
Compte tenu des différentes rencontres avec quelques archis et constructeurs, il se dégage le sentiment d'une méconnaissance ou d'une connaissance partielle de cette technologie.

Pour beaucoup, la domotique est perçue uniquement au travers des ténors du marché que sont Legrand et Hager et dans une seul fonctionnalité, la gestion de l'éclairage et pour Somfy dans la gestion des ouvrants.
D'autre part, ils estiment que le prix est surfait pour les fonctionnalités offertes.

Enfin, trop d'archis et de promoteurs négligent en amont des projets l'impact des lots techniques du second œuvre dans l'apport d'un confort indéniable. Il ne travaille pas en partenariat direct avec l'intégrateur domoticien mais font appel à un électricien qui se mettra en relation avec son grossiste qui l'orientera vers le commercial d'un des ténors du marché.

De ce fait, la domotique n'est pas intégrée dans l'approche globale du projet et entraîne des surcoûts pour sa réalisation.
Publié : il y a 6 ans
Bonjour Monsieur Agnano, Nous avons participé à la formation KNX ensemble, ton analyse est juste. Après avoir prospecté pendant deux ans les architectes et architectes d'intérieur, j'en tire les mêmes conclusions. Une ignorance totale des possibilités d'une telle technologie, et surtout un a priori des coûts engendrés. Alors qu'il existe des fabricants dans l'ombre avec des solutions économiques, et beaucoup plus évoluées que les principaux acteurs du marché. Par l'intermédiaire de l'installateur électricien "de base", les ténors du marché leur proposent une solution clés en main pas forcément adaptée aux besoins du client. Ces installateurs se laissent guider par ces derniers et ils pratiquent des prix d'installation exorbitants (garde fou)pour compenser leurs manques de connaissances de la technologie. Surtout lorsqu'il y a des écrans tactiles et des tablettes. Pour la plupart, ils ne maîtrisent pas la programmation d'une installation domotique donc par conséquent, ils ne maîtrisent pas, non plus, les possibilités de cette dernière. Je ne parle même pas des écrans tactiles (tablettes) et encore moins des codes RS232 ou 485. Voilà pour enrichir tes connaissances. A+ william
Publié : il y a 6 ans
Bonjour à tous !

Suite à vos remarques que je partage également, je pense que les choses vont évoluer rapidement du fait que nous sommes de plus en plus nombreux à créer des initiatives ou des startup concevant des solutions ouvertes et bon marché (l'évolution technologique le permet maintenant). Je voudrais vous inviter à donner vos avis sur nos produits en tant que l'un des fondateurs de Oyoma. Le site où l'on peut les voir est http://www.oyoma.net/fr/produits.html en allant en particulier sur la page liée à la RT 2012 : http://www.oyoma.net/fr/electric.html
Cordialement,
Rémi Jonquières
Publié : il y a 6 ans
Bonjour: Je suis un individus en avance sur mon temps, et je m'interresse beaucoups a la domotique, hélas, il est vrai que ce mode est tres honéreux, et pas beaucoups répandus dans les habitations d'aujourd'hui.Pour la création de ma salle de bains, j'ai intégrer des spots a LED/ detecteur de mouvements a infrarouge, ceux-ci sont reglable dans la durée de l'éclairage, disposé a un metre l'un de l'autre lorsque vous marcher l'un s'allume et le precedent s'éteint lorsque vous n'etes plus dans son rayon d'action, un système qui me permet d'effectuer une économie d'energie electrique et surtout aucun interrupteur, d'autre part, un système ingénieux que j'ai installer, ce sont des mitigeurs / mi air/mi eau afin de limiter le volume d'eau, ainsi que le dispositif sur ceux-ci du système infrarouge qui ouvre le robinet sans que quelqu'un le touche. Je pense que si la domotique était un peu plus abordable et avec de vrai professionels former dans ce domaine et beaucoups de publicité, de nombreuse habitations serait équipées.Attendons encore une vingtaine d'années.
Publié : il y a 6 ans
Bonjour à tous.
Pour répondre à Mr Daniel Bernard, la domotique est aujourd'hui abordable. Faut-il avoir le bon interlocuteur avec les bonnes connaissances. Je propose des solutions KNX de base avec un niveau de confort supérieur à une installation traditionnelle. Les maître d'ouvrage préfère dépenser 6000€ dans leur cuisine et leur salle de bain, que l'investir 4000 € dans une installation intelligente ou dans une ventilation double flux. C'est le constat.

Pour répondre à Mr Remi Jonquieres, j'ai visité le site en question. C'est une installation dite ouverte puisque le protocole de communication est l'IP, il traite uniquement la supervision d'une installation, en y intégrant la sécurité. Il ne propose pas de solution global, pas de gestion des ouvrants motorisés, de l'éclairage, etc....

Je vous propose de visité mon site à l'adresse suivante : www.be-artcom.net
J'ai des solutions...
Publié : il y a 6 ans
La domotique est souvent, à mon point de vue , le gadget pour bobo qui veut flamber face aux amis. Dommage, car elle devrait être le complément, presque indispensable, aux équipements de logements bien conçus, bien réalisés et très performants. En effet cela n'a aucun sens de vouloir réduire la consommation d'un logement si celui-ci n'approche pas le niveau passif (15 kWh/m²/an, maximum 1 € / an/ m² pour le chauffage). Logement équipé de menuiseries triple vitrage, de VMC double flux ou machine "compacte" et souvent de BSO.Dans ce cas la domotique prendra en main les BSO et le système de ventilation, voire la gestion d'ECS et l'éclairage.
Il serait déconnant d'investir plusieurs milliers d'euros dans la domotique sans ces conditions préalables.
Publié : il y a 2 ans
Bonjour.

Si la GTB/GTC locale ou à distance est essentielle au fonctionnement d'un bâtiment, le pilotage énergétique demande de disposer d'informations supplémentaires (comptage, températures, ensoleillement, ...) et de capacité de commandes.

Un socle d'entreprises existantes permet de ne pas angoisser sur la création, l'exploitation et la pérennité de ces systèmes et permet des gains énergétiques (Cf concours CUBE par exemple).

On change totalement de perception sur la domotique généralisée dans un logement avec un client non professionnel.

L'électronisation du domicile ne séduit pas vraiment la majorité sauf pour des gadgets. Elle peut rebuter lorsqu'on fait le parallèle avec les problèmes des véhicules sur-équipés en électronique.

Les médias faisant régulièrement écho aux plaintes pour pannes réelles ou fantômes, intermittentes et des réparateurs auto parfois impuissants, pas assez formés et équipés.

Les différents modules peuvent dialoguer par liaison radio mais là aussi, la multiplication des sources radioélectriques domestiques inquiète, même si la puissance maxi des modules est réglementée.

On peut se poser les questions suivantes : quelles entreprises sont capables de fournir une installation domotique aux particuliers ? peut-on avoir confiance dans l'électricien qui s'est formé ?

Si l'entreprise disparait, l'offre existe t-elle encore près de chez moi et leur SAV sera t-il capable d'intervenir sur une marque qu'elle n'installe pas ?

Le temps de prise en main et l'apparente complexité d'un système domotique peuvent aussi rebuter.

Enfin, les coûts de construction des logements étant élevés, les acquéreurs font souvent l'impasse sur des éléments de confort ou sur la technologie.

On remarquera que dans la construction neuve de logement, il n'existe pas d'obligation de pré-câblage sauf pour quelques prises Ethernet.

On est donc obligé de réaliser les câblages des organes commandés. La pose de fourreaux aiguillés peut cependant être prévue à la construction.

Comme il est dit dans un message précédent, l'enveloppe et les systèmes énergétiques doivent avoir été optimisés avant de songer à la domotique pour réduire ses factures énergétiques. Mais déjà là, ça coince pour financer la rénovation de l'existant (http://www.lemoniteur.fr/article/renovation-des-logements-ca-coince-toujours-niveau-budget-34085310)

A partir de quand parle t-on de domotique ?

Dès qu'il y a des thermostats programmables ?

Dès que ceux-ci sont pilotables à distance via sa box ou son téléphone mobile ?

Dès qu'il y a "amélioration" du confort d'utilisation des équipements ?

Inclut-elle les équipements commandés (volets, portes, vitrages opacifiants, ...) ?

Pour rester dans le sujet, je précise que la RT 2012 applicable aux constructions neuves n'est pas une haute qualité énergétique à atteindre mais bien un plafond pour ne pas construire de bâtiments trop énergivores.

Si les systèmes sont bien conçus et bien réglés, l'utilisation de la domotique pour réduire la consommation ne sert à rien car il n'y a pas de difficultés techniques aujourd'hui,

Si on décidait d'ajouter de la domotique pour faire baisser sa facture, il faudra se poser la question du temps de retour sur investissement ; TRI pouvant dépasser la durée de vie du système domotique.

Cette durée de vie ne dépend pas seulement de celle du matériel mais aussi de la disponibilité des pièces à moyen terme et de la durée de vie d'une technologie et d'un protocole "stabilisés" à l'instant t ; l'innovation entrainant sans cesse des bouleversements.

Certes, d'autres produits sont devenus obsolètes en quelques années (technologies de lecteurs CD et de portables) mais le coût de remplacement est-il comparable à celui d'un système domotique ?

En ce qui concerne la construction passive, il n'est pas non plus nécessaire d'installer une centrale de commande mais de réaliser un enveloppe du bâti très performante puis d'installer des équipements adaptés peu énergivores.

Mais tout dépend ensuite du comportement des occupants !

Bien sûr, il y a un confort ajouté mais ressenti différemment d'un individu à l'autre.

De plus, on commence à trouver des équipements rassemblant dans un seul bloc toutes les fonctionnalités de chauffage, ECS, clim/ventilation, récupération de chaleur (VMC double flux ou ballon thermodynamique) optimisés pour fonctionner ensemble.

Le seul ajout de la domotique étant la communication vers l’extérieur.

Tous ces systèmes consomment "sournoisement" un peu d'électricité en permanence et l'ADEME explique que ce n'est plus le poste froid qui est le plus énergivore mais le poste électricité spécifique (informatique, surveillance, box internet, mais aussi veilles et chargeurs connectés)

L'utilisation même d'internet serait une cause supplémentaire du réchauffement climatique (http://www.rfi.fr/technologies/20141202-web-internet-etude-energetique-consommation-impact-climat)

Pour séduire, la domotique devrait apparaître comme une "banale" installation supra-électrique, aux matériels et composants interchangeables (compatibles), évolutifs même avec une rupture technologique et facilement réparables (ou débrayables) dans de courts délais surtout si le pilotage gère le chauffage.

Je ne sais toutefois que penser de l'impact futur des appareils domestiques qui deviennent de plus en plus communicants.

Une information pour les personnes âgées en perte d'autonomie ou en situation de handicap : l'installation de stores, volets électriques, portes de garage, peut être subventionnée sur le reste à charge (ANAH, MDPH, CNAV et caisses de retraites), voire même aidée par des fondations.

En l'état de mes connaissances sur le sujet, je pense qu'il faut encore du temps pour que la domotique convainc.
Répondre à ce sujet
Anticiper la RT2012 avec la domotique
Menu
×