CITE : "Les entreprises sont dépitées. Nous exigeons de la transparence"

par BATIACTU il y a 2 ans
ENTRETIEN EXCLUSIF. Jacques Chanut ne décolère pas suite à l'annonce du prolongement du CITE sous sa forme "dégradée " et excluant les fenêtres et les chaudières à fioul du crédit d'impôts. Cela signe la "mort du RGE " et ne permet pas de "FAIRE ", selon le président de la FFB, qui exige cohérence et transparence, lors d'une réunion qui doit se tenir dans les prochains jours.
Lire l'article sur Batiactu
21 réponses à ce sujet
Publié : il y a 2 ans
Désolé mais le RGE sera maintenu pour certains ouvrages plus significatifs en terme d'isolation.
Il est logique que les fenêtres soient écartées du cité car les fournisseurs ont confondus deniers public et bénéfices . En tant qu'artisan j'approuve complètement cette décision.
Publié : il y a 2 ans
Très bien l'arrêt du CITE pour les chaudières à Fioul. Le Fioul est une énergie fossile non renouvelable, émettrice de CO2, et soumise comme tous les produits pétroliers liquides à une forte variabilité du prix en fonction de le l'état de l'économie et des tensions géopolitiques internationales. Les combustibles liquides sont en effet le nerf de l'économie car ce sont les énergies adaptées au transport sur lesquelles la demande est déjà forte. Utiliser le fioul pour le chauffage c'est s'exposer à des variations fortes du prix du combustible. Celui qui est prudent choisira plutôt le gaz, ou le granulés de bois, ou encore la pompe à chaleur (sans fluides HFC s'il vous plait). Tout le monde ne s'en portera que mieux....
Publié : il y a 2 ans
Bureau d'étude thermique je peux vous confirmer sur foi de milliers d'études réalisées que le changement des fenêtres n'apporte qu'une amélioration faible au regard du budget engagé, de l'ordre de 10/15% même quand on considère une meilleure étanchéité à l'air! Et donner encore des subventions pour le fioul en plein transition énergétique est une hérésie de première... Il y a bien mieux maintenant qu'une énergie polluante et soumise à des évolutions tarifaires à la hausse incessante! Vous avez confondu bénéfice des entreprises et Transition Energétique en créant votre RGE qui ne protège en rien le client au final et augmente mécaniquement les coûts! Et vous vous plaigniez maintenant de la disparition d'un tel mécanisme qui n'est qu'un effet d'aubaine pour vos adhérents en tout cas pour ces produits là!
Encore un effet délétère des lobbies qui gangrènent toute réflexion qui pourrait faire vraiment évoluer la rénovation énergétique de masse...En baissant les prix par exemple laissés artificiellement hauts grâce au CIDD !
Publié : il y a 2 ans
"si les Français n'ont pas les moyens de réaliser leurs travaux, nous ne pourrons pas les mener."
Ce n'est pas le CITE qui donne à ceux qui n'en n'ont pas les moyens, la possibilité de faire des travaux.
Pour des travaux faits en janvier 2018, les personnes percevront le CITE en août 2019, soit 20 mois plus tard !...
Publié : il y a 2 ans
Le marché de la rénovation énergétique est cornaqué, et dégradé, depuis "toujours" (1973, 1er choc pétrolier, et les premières bêtises, type pompe à chaleur partout en relève de fioul qui ont suivis).

Les français n'ont pas appris à gérer leur énergie, ni à rénover leur bien, ils ont juste appris à suivre les tendances fiscales du moment.

Ces derniers temps, l'exploitation des tendances fiscales n'est plus le fait des artisans maitrisant leur art, mais de réseaux commerciaux, dont les prestations laissent souvent à désirer.

La demande de ce monsieur est donc que cela continue comme avant ?

Quelle corporatisme !

La profession a juste besoin d'un taux de TVA bas pour lutter contre le travail au noir, et d'une responsabilisation des acteurs de terrain, à commencer par les propriétaires.

Les aides fiscales n'ont souvent servie qu'à faire gonfler les marges des fabricants (de fenêtre, de chaudière à condensation, et d'isolant par ex...)

EN quoi une aide fiscale pour une fenêtre doit être en pourcentage du prix de la fenêtre ?

Une fenêtre PVC isolante de base coûte 200 Euros.

Une fenêtre alu / bois haut de gamme coûte 2000.

Une aide forfaitaire calculée au m2 de vitrage serait largement plus équitable pour l'égalité des citoyens devant l'impôts.

SI on compare une fenêtre à une paire de lunettes remboursée par la sécu, l'état a juste à payer le verre isolant, pas à sponsoriser une montures de luxe....

PS : Je suis artisan, impliqué dans la rénovation énergétique, depuis 30 ans.
Publié : il y a 2 ans
Mort du RGE ? Sous sa forme actuelle, qui va le regretter ? Il a jeté le discrédit sur toute une profession, en permettant à une bande d'aigrefins de se gaver sur le dos des citoyens. Beau résultat pour motiver massivement les gens à investir dans les économies d'énergie ! Dans ce débat, M.Chanut apparaît surtout comme un défenseur corporatiste en exigeant le statu quo, sans remettre en cause des dispositions contestables (le subventionnement des fenêtres, cadeau royal aux industriels du PVC) ou franchement aberrantes (le soutien aux chaudières à fioul). On attend une autre attitude d'un haut responsable professionnel qui se pose en champion du développement durable et des économies d'énergie. D'ailleurs, on le voit bien à travers les réactions de ce forum, la base des artisans et consultants impliqués concrètement sur le terrain est parfaitement consciente des vrais enjeux, qui doivent prendre en compte les intérêts des citoyens-consommateurs-contibuables, et non a priori ceux des industriels du BTP.
Publié : il y a 2 ans
A mon avis, mais cela n'engage que moi :
Pourquoi exclure les fenêtres ? La réponse est simple : lire le projet de loi ELAN qui vise la disparition des fenêtres PVC, or, quand on a des moyens financiers limités, on ne peut pas passer au bois ou pire à l'aluminium (oups). De toute façon, le temps de retour sur investissement, par les économies d'énergie engendrée par le remplacement des huisseries, est de l'ordre de 50 à 70 ans pour un logement standard (j'habite dans le sud est, on n'a pas les mêmes retombées thermiques que dans des régions moins favorisées). Non valable thermiquement, mais valable du point de vue du confort (absence de sensation de paroi froide, limitation des nuisances sonores; etc...)
Pourquoi exclure les chaudière fioul ? Heu ça existe encore des chaudières fioul ? Pourquoi pas des chaudières à charbon ? Autant je m'oppose à certaines "évolutions", autant je ne comprend pas que l'on puisse encore utiliser une énergie fossile pour se chauffer (bien que tant qu'on n'arrivera pas couvrir les besoins hexagonaux en biogaz, la question se pose aussi pour le gaz de ville).
Publié : il y a 2 ans
Le grand n'importe quoi continue ! Il suffit en effet qu'une mesure mise en place commence vraiment à fonctionner, que les entreprises commencent à y trouver leurs repères et leur intérêt, pour que l'état transforme, modifie ou annule de façon unilatérale et irrespectueuse ... Je ne savais pas que les artisans et PME du bâtiment avaient les reins assez solides pour encaisser régulièrement la mise en place de dispositions qui les pénalisent !
Publié : il y a 2 ans
sans en rajouter aux avis clairement exprimés, la politique environnementale ne doit pas avoir pour objet de procurer du chiffre d'affaire (ni des emploi dérive fréquente) à quelques corporations de niche. Mais chaque fois qu'il y a des aides (de l'argent à prendre) il se trouve des candidats qui ne sont pas l'utilisateur final.
Publié : il y a 2 ans
Aucune raison de financer avec le CITE la transformation de chaudières FIOUL en chaudières GAZ ! sauf si on est raccordé à du "gaz vert" (on en est loin dans nos villes)
En revanche, ce ne serait pas stupide pour le CLIMAT d'aider les solutions Pompes à Chaleur, quand c'est techniquement possible = habitat individuel
Publié : il y a 2 ans
Les artisans ont augmenté les devis de 30% en faisant miroiter le CITE aux clients.Ils se sont bien gavés....Ils voudraient que cela continue ..biensur...
Quant aux chaudières dont le prix est multiplié par 5 ou 7 ?????? pour le client...
Publié : il y a 2 ans
Les artisans ont augmenté les devis de 30% en faisant miroiter le CITE aux clients.Ils se sont bien gavés....Ils voudraient que cela continue ..biensur...
Quant aux chaudières dont le prix est multiplié par 5 ou 7 ?????? pour le client...
Publié : il y a 2 ans
Bonjour,
la spéculation immobilière absorbe la capacité financière des nouveaux propriétaires. Ce qui réduit leur capacité à engager des travaux et réduit d'autant la dynamique économique.
Un immobilier cher tue l'emploi !
Les aides ne font que conforter uns situation bloquée, et ne profite in fine qu'aux propriétaires vendeurs, en maintenant des cours du m² construit au delà du raisonnable (capacité des ménages à emprunter pour acheter et RENOVER).
Publié : il y a 2 ans
Publié : il y a 2 ans
Bonjour Monsieur Morand,
Ce qui me gène dans vos propos, c'est la globalisation, il ne faut pas faire une généralité !
Il est possible, voir probable que certains artisans ou plus grosses sociétés aient augmenté leurs tarifs, mais ce n'est certainement pas la totalité, et de plus la concurrence veille !

Un artisan qui n'a pas augmenté ses prix.
Xavier de la Salle
Publié : il y a 2 ans
Bonjour,
RGE n'est pas une fin en soi. Cet organisme n'a aucune nécessité si est organisé un système de compétence et de contrôle tous métiers confondus. Ainsi fortes de ce contrôle elles devraient pouvoir permettre aux entreprise de faire bénéficier du CITE sans payer un organisme QUALIT ENR qui n'est pas représentatif, qui ne nous défends jamais et qui n'est la que pour payer tous les mois des politiques. Les syndicats professionnels devraient reprendre la main.
Publié : il y a 2 ans
Les industriels (fabricants de fenêtres )qui ont pris le cite pour un cadeau de l'etat ,iqui se sont enrichi au détriment de leurs principaux clients ( attisants) ainsi que le
Client final qui n'a en réalité
Jamais réalisé un bénéfice
Significatif.
Personnellement j'ai dû trouver des fournisseurs à l'étranger pour satisfaire mes clients
Je demande que les fournisseurs qui ont profité de cette manne pour s'enrichir soient lourdement taxés ou condamnés .
Publié : il y a 2 ans
Les aides en faveur de la rénovation thermique doivent être concentrées sur les postes de dépenses énergétiques les plus importants : l'isolation des parois opaques (toiture et murs).

Lorsque j'entends que le CITE a profité aux industriels, je suis dubitatif. Nous sommes industriels et nous conseillons chaque jour des artisans et des particuliers. Ce ne sont pas les prix qui augmentent, en tout cas pas chez nous. Par contre ce sont les épaisseurs d'isolants qui augmentent avec les années : R de 2, de 3, de 4, de 5 et désormais de 6 pour des rampants de sous-toiture : une aberration ! Tous les bureaux d'étude, enfin ceux qui ne suivent pas bêtement les logiciels édités par les mastodontes de l'isolation, vous le diront : ajouter de l'épaisseur sans traiter l'étanchéité à l'air, la ventilation et les problèmes de transfert d'humidité est une absurdité. Et pourtant rien dans le texte de loi sur le CITE sur les membranes de protection (écran de sous-toiture, pare-pluie et pare vapeur). Il faut seulement respecter des épaisseurs et des R. Et comme les artisans ne sont quasiment jamais contrôlés suite à leur formation RGE : ils peuvent tranquillement faire bénéficier du CITE seulement si ils marquent R=6 m².K/W sur leur facture.

Nous avons fait certifié notre produit sous avis technique du CSTB. L'un de nos concurrents propose un produit sans avis technique, avec un R calculé en laboratoire et jamais appliqué sur chantier, alors on a appelé la Direction Générale des Finances Publiques qui nous a répondu simplement : Pas vu, pas pris ! Donc j'ai quelques doutes sur l'efficacité du CITE.

Autre bizarrerie dans le texte et que nous a fait remonter un de nos artisans sur un cas concret : Il y a un mois, j'étais sur un chantier de toiture de 200m², il fallait changer les ardoises, le couvreur les enlève et en-dessous l'isolant était en bon état. A priori, on ne change pas l'isolant (coût supplémentaire, empreinte écologique, etc....). Et pourtant ! on enlève tout et on remet du neuf car dans le texte de loi du 200 quater du CGI est écrit : seule les résistances thermiques des matériaux neufs peuvent être pris en compte dans le cadre du CITE. Sans cette phrase, que se passe-t-il ? On aurait :
- Le particulier qui paie moins cher tout en touchant son CITE seulement sur le complément d'isolant,
- l'Etat qui fait des économies en ne finançant que ce qui est nécessaire
- la planète qui n'utilise que les ressources dont elle a besoin
- l'artisan qui peut se regarder dans sa glace le matin en se disant qu'il a fait du bon boulot
- l'industriel qui gagne autant car la rénovation sera accessible à un plus grand nombre

Mais bon, c'est plus simple et plus de garanties pour les lobbies de mettre directement R=6 dans les textes de loi (tests en laboratoire sous des normes sans conditions réelles : poussières, humidité, ponts thermiques, etc....). Comme le dieselgate pour les voitures mais jamais reconnu.
Publié : il y a 2 ans
Heu....
Vous embauchez chez CLIMANAT ?
Bien joué : quelques lignes suffisent à en dire beaucoup. Bravo
Publié : il y a 2 ans
Ce n'est pas en supprimant des aides que les particuliers à revenus très modestes diminueront la passoire thermique qui leur sert de logement !
La France se veut donner l'impulsion pour réduire l'effet de serre et dans les faits suppriment une partie des aides qui permettrait de contribuer à la diminution de l'effet de serre. Paroles et paroles et paroles ... toujours des paroles de politique qui ne sont qu'un effet de manche pour se faire élire ! Quid de la transition écologie ? C'est bien pour cela que Nicolas Hulot a démissionné, 3 pas en avant et 2 pas en arrière, alors qu'il y a urgence pour la planète et donc POUR TOUS LES HUMAINS. Messieurs les politiques arrêtez de regarder seulement le bout de votre nez et pensez un peu plus à vos descendants qui ne pourront peut-être plus vivre sur la planète bleue parce que vous n'aurez pas traiter ce problème en extrême urgence ! Il y a péril pour la planète et il semblerait que la seule chose qui compte pour vous ce soit le fric, toujours le fric et ne pas dépassez le budget !
Qu'allez vous faire avec du fric quand les humains auront épuisés toutes les ressources naturelles ? Répondre sincèrement à cette question, c'est prendre en compte le problème avant qu'il ne soit trop tard. L'argent ne peut pas faire revivre une planète qui se meurt à cause des seuls intérêts financiers de quelques individus ou groupes financiers. Mais peut-être n'en n'avez vous rien à faire, car vous allez immigrés sur la Lune avec votre fric ou une autre planète ...
Dans ce cas partez tout de suite vous ne serez pas importunés par les gens d'en bas et la planète ne s'en portera pas plus mal ! Continuez Messieurs et Mesdames a prendre cela à la légère, une nouvelle REVOLUTION MONDIALE est en marche et le fric ne vous sauvera pas.
Publié : il y a 2 ans
Je demande au Président de la FFB: FAIRE quoi ?

Pour moi je me suis exprimé sur ce point. Voir
https://www.dropbox.com/s/ru9000pesu0s92j/Epub%20622.pdf?dl=0
Répondre à ce sujet
CITE : "Les entreprises sont dépitées. Nous exigeons de la transparence"
Menu
×