Construction de maisons : un semblant de calme avant la tempête

par BATIACTU il y a 9 mois
CONJONCTURE. En 2018, le secteur de la construction de maisons a connu un début de récession, sensiblement impacté par le "rabotage" du prêt à taux zéro (PTZ) et la disparition prochaine de l'APL accession. Persuadée que la tendance baissière se poursuivra, LCA-FFB estime que les professionnels pourront encore souffler en 2019, avant un chambardement en 2020.
Lire l'article sur Batiactu
8 réponses à ce sujet
Publié : il y a 9 mois
difficile de pouvoir estimer avec précision son champs d'activité avec les cartes que détient l'État et le fait qu'il change constamment les règles du jeu.
Publié : il y a 9 mois
Bonjour,

Les pouvoirs publics persistent mais ne risque pas d'assumer les conséquences de ces choix... Les ménages les plus modestes auront de plus en plus de mal à trouver du locatif vacant de qualité acceptable, puisqu'on est loin des objectifs en neuf et qu'on a ôté toute rentabilité au locatif ancien, d'abord à coup de CSG et que l'on est en train de nous pondre des normes de réhabilitation déraisonnables...
Le résultat sera un renchérissement global des loyers et une détérioration générale du parc immobilier existant, les travaux de simple entretien étant différés pour échapper aux contraintes obligatoires d'amélioration thermique...
Un terrain idéal pour les marchands de sommeil qui eux pourront prospérer en achetant une bouchée de pain des immeubles vétustes pour les louer en l'état à prix d'or jusqu'à leur effondrement ultime (comme ça se produit déjà à Marseille ou dans d'autres grandes villes ) ...
Facile donc d'estimer avec précision son champ futur d'activité selon qu'on est politique (on ne lâche rien), bailleur (on lâche tout), propriétaire (on se fait taxer), constructeur (on licencie), ou investisseur (on place en bourse)...
On comprend mieux pourquoi Mr Macron préfère parler de fin du monde plutôt que de fin du mois!
Allez, bon courage à tous quand même!
Restons optimiste et conquérant comme disait je ne sais quel crétin dans ces pages!
Publié : il y a 9 mois
Si la baisse en secteur diffus va certainement contrarier les entreprises du secteur, mais les entrepreneurs vous trouver en eux même la solution sans recourir à l'Etat.
Mais en matière d'aménagement du territoire et d'urbanisme ce n'est peut-être pas mal. L'urbanisation diffuse à un cout:
- pour les collectivités territoriales qui doivent assumer les réseaux
- pour les acheteurs qui devient captif de l'automobile dont le cout d'usage est croissant,
- pour la collectivité en général qui doit subir les pollutions carbonées du transport individuel généré.
Les action visant la production de logement pourraient peut être se tourner vers la revitalisation des centres urbains déjà desservis, bien sur ce ne seront pas les mêmes entreprises qui seront à la manœuvre, plutôt l'artisanat que la PME du batiment qui devra s'adapter.
Publié : il y a 9 mois
Il peut-être temps de recentrer l'habitat et remettre en cause la maison individuelle ?
Publié : il y a 9 mois
C'est ça remettre en cause la maison individuelle pour être écrasé par les charges et engraisser des syndics
Publié : il y a 9 mois
"Ecrasé par les charges" ? Vous dites ça comme si l'habitat individuel et était exempt. Le simple fait de devoir faire 20min de voiture pour atteindre le premier commerce ou service public est une charge en soit.

Il faut arrêter de vivre dans l'illusion que l'habitat individuel résout tous les problèmes de logement. On est déjà entré dans l'ère ou il apporte plus de problème que de solution. Monsieur HERRY a raison, il serait peut être temps de remettre en cause la construction anarchique de logements individuels et de commencer à se poser de vrais questions d'urbanisme.
Publié : il y a 9 mois
Pas forcément besoin d'un syndic onéreux dans les immeubles et lotissements. Vous pouvez créer une ASL (Association Syndicale Libre) et nommer le président bénévole à tour de rôle parmi les copropriétaires. Renseignez-vous ! Votre Notaire ou un Géomètre Expert peut rédiger les statuts d'une ASL, vous serez gagnants.
Publié : il y a 9 mois
Faut-il miter le territoire, avec toutes ses charges publiques conséquentes (voiries, réseaux, ramassage scolaire, ramassage ordures, déneigement...) payées par les impôts directs et indirects parce que l'on estime que le cout d'un syndic d'immeuble ou de lotissement est trop élevé? - "Chacun pour soi et la collectivité pour moi"?
Répondre à ce sujet
Construction de maisons : un semblant de calme avant la tempête
Menu
×