Construction/rénovation durable : avoir une réflexion globale

par Jean-Claude Suida il y a 6 ans
71 réponses à ce sujet
Lancer un nouveau sujet
Publié : il y a 6 ans
Construire ou rénover en respectant l’environnement :
Construire ou faire construire est avant tout une démarche raisonnée pour penser une maison, un immeuble, un équipement…
C’est une recherche d’équilibre des relations entre ses habitants, le bâti, le terrain, mais aussi la prise en compte des performances
dans le choix des matériaux et des installations.
L’éco-construction ou l'Eco-rénovation s’appuie sur un certain nombre de principes simples, respectueux au mieux de l’environnement tout en répondant à des besoins prenant en compte les énergies, l'eau, les matériaux, un lieu d’implantation, la santé, l’usage et le confort.
Publié : il y a 6 ans
Le projet Indépendance Homes vise à améliorer la qualité de l’habitat par le biais de solutions issues d’une réflexion d’ensemble sur le bâtiment et le mode de fabrication / construction.
L’ensemble du projet est orienté sur une construction « Bois » préfabriquée en atelier.
Le système préfabriqué doit permettre la maîtrise totale des composants, avant de les mettre en site, pour obtenir une certitude de résultat et une réduction des coûts de manière importante.
Je recherche des industriels pour la fabrication, à grande échelle et en atelier, des éléments de structures en bois d'un habitat « type passif ».
Ma réflexion de normalisation des éléments constructifs pour standardiser la construction, rationnaliser les éléments et les composants est au point.
Le marché est européen, les cibles en France sont les primo-accédants et les investisseurs immobiliers
pour les versions d’habitat mitoyen Homes 2+2 et Homes 3+1
et les investisseurs classiques pour la version Homes 4.
Le prix de vente possible est de l’ordre de 1100€ au m² pour le T3 mitoyen Homes 2 de 105m² habitable.
« Total pour le bâtiment Homes 2+2 = 231 000€ hors options et terrain ».
Publié : il y a 6 ans
Je suis assez d'accord avec le fonds de la réflexion.
Le hic selon moi cependant, c'est que la fabrication en usine vise à la construction rapide et sans embuche.
Mais à mon avis, c'est difficile d'imaginer cela si la fondation, le soubassement, vide sanitaire...n'est pas effectué par une équipe que l'on connaît.
Car le travail est aléatoire d'une équipe sur l'autre, et une entreprise de maçonnerie expérimentée n'a pas forcément le réflexe de penser l'ossature bois qui va se fixer dessus.
Avec des ossatures fabriquées en atelier, il faut prendre le temps de faire un relever correct de la réalisation de la dalle, soubassement, fondation avant de mettre en production.
Du coup la standardisation est complexe. Et son principe sans doute pas très écologique puisque le but est d'avoir une unité de production qui va rayonner sur toute la France, voir toute l'Europe ?
Les transports et leur bilan carbone ne me semblent pas compatibles avec une démarche écologique.
Est il logique de dire que l'on va gaspiller l'énergie lors du transport et l'économiser plus tard sur le chauffage ?
Publié : il y a 6 ans
Pour parler concrètement d´EcoRénovation, j´aimerais attirer votre attention sur le sujet suivant.
J´essaie depuis deux ans d´introduire sur le marché français le système ITE de niveau passif pour réhabilitation de bâtiments existants de l´entreprise autrichienne GAP Solution.
Ce système, en application depuis une quinzaine d´années en Autriche, en Suisse et en Allemagne, est composé de panneaux isolants translucides actifs préfabriqués et assemblés en usine – chaque élément étant composé d´un coffrage bois + isolant minéral, d´un panneau gaufré en cellulose et d´un vitrage securit. En intégrant dans cette enveloppe thermique une ventilation/aération mécanique décentralisée et un module individuel de préchauffage ECS, ce système permet d´atteindre des facteurs de division des consommations avant réhabilitation de 10 à 23 tout en réduisant les émissions de CO2 de facteur 10.
Ce qui fait l´attrait de ce système, c´est qu´il fait ses preuves depuis 15 ans, donc avec un retour d´expérience conséquent qui permet au constructeur de garantir les performances thermiques et énergétiques de son système en offrant une revalorisation écologique, durable et rentable des bâtiments existants sur une période de 30 à 40 ans.
Autre remarque : avec des valeurs cep après réhabilitation de 20 à 30 kWh/m².a, on n´est plus très loin d´un BEPOS, on serait donc capable aujourd´hui de répondre à la RT 2020 en réhabilitation ! Dans ce contexte, un argument revient assez souvent : « pourquoi penser à la RT 2020 alors qu´on a encore aujourd´hui des difficultés à respecter la RT 2012 en rénovation/réhabilitation ? »
Outre le fait qu´en bon Français, on est souvent enclin à vouloir réinventer la roue tout en apportant des solutions « au juste nécessaire », nous constatons que la demande s´accroit en France et nous recherchons des entreprises et Maitres d´œuvre qui seraient intéressées à travailler avec nous dans l´esprit d´une collaboration durable.
Publié : il y a 6 ans
Je suis d’accord avec vous pour le transport et le bilan carbone, cela nécessite plusieurs unités de production réparties dans chaque pays, mais il faut bien commencer quelque part.
Le soubassement ( dalle, vide sanitaire) est nivelé et équipé « au droit des murs bois du bâtiment » d’un joint d’étanchéité type Compriband, mais il existe d’autre système de jonction « soubassement / murs bois ».
Quant au respect des dimensions du soubassement cela ne pose pas de problème particulier, le projet prévoit des kits « dimensionnel » de coffrage.
Publié : il y a 6 ans
Un projet d’EcoConstruction ou d’EcoRénovation nécessite une vision globale « tête haute » des techniques, des réglementions et des financements possibles sans se faire influencer par les hobbismes des investisseurs et des accros du résultat financier à court terme.

Un exemple de réflexion d’investissement (Je le prends dans un autre domaine)
Le médecin brésilien Drauzio Varella a tout dit sur l’avenir tragi-comique de l’humanité :
« Dans le monde actuel, nous investissons cinq fois plus d’argent en médicament pour la virilité masculine et en silicone pour les seins des femmes que pour la guérison de la maladie d’Alzheimer. Dans quelques années, nous aurons des femmes avec des gros seins et des vieux à la verge dure, mais aucun ne se souviendra à quoi ça sert. »
Publié : il y a 6 ans
Réponse à Monsieur Daniel Bouteillier-Marin ;
Effectivement le principe de ne tenir compte que des réglementations obligatoires et en vigueur sans appréhender leur évolution future pose et va poser des problèmes aux gestionnaires de patrimoine et propriétaires immobilier.
La RT évolue de plus en plus vite pour répondre à l’engagement de la France pris en 2003 par le chef de l'État et le Premier ministre de « diviser par un facteur 4 les émissions nationales de gaz à effet de serre du niveau de 1990 d'ici à 2050 ». Cet objectif a été validé par le « Grenelle de l'environnement » en 2007. Réaliser le « Facteur 4 » consiste à réduire de 75 % en 47 ans les émissions de gaz à effet de serre du pays.
Pour ce faire, il est nécessaire que la plus grande partie des bâtiments neufs et rénovés soient encore plus performants en n'étant plus consommateurs d'énergie « bâtiment passif » mais producteurs net d'énergie grâce à une très forte intégration dès leur conception/réhabilitation de moyens de production d'énergie renouvelable.
« Tous les nouveaux bâtiments construits à partir de 2020 seront à énergie positive »
Dans le projet de loi de finance pour 2011, le législateur avait prévu un dispositif de « Bonus / Malus » vis-à-vis de la performance énergétique du bien immobilier dans le cadre de sa revente !!
Dispositif abandonné au vu de l’organisation du réseau de diagnostiqueurs énergétiques de l’époque.
Mais le réseau s’est organisé et formé et il devient plus pertinent sur les questions énergétiques du bâti.
En 2013 on entend le législateur revenir sur ce principe de bonus/malus pour la location de biens immobiliers !!!
Il ne faut jamais oublier qu’un Projet d’EcoConstruction ou d’EcoRénovation doit avoir un objectif à long terme et permettre l’anticipation et la maîtrise des changements nécessaires au monde de demain.
Les moyens pour y parvenir : La mobilisation de l’intelligence collective ; La veille technique & technologique ; La veille juridique & réglementaire ; La mise en place des méthodes & outils de la prospective stratégique.
Publié : il y a 6 ans
Bonjour à tous,
Je me pose la question pourquoi remettre à demain ce que tu peux faire aujourd'hui !!! Cela est typiquement FRANCE !!! Se limiter volontairement à ca qui est obligatoire !!! La France a enregistrée un records de dépôt de PC privé sur la fin 2012 pour échapper à l'obligation de la RT entrant en vigueur au 1er janvier !!!
Depuis maintenant plus de 5 ans, j'ai développé et mis au point une technologie de construction de Mur Massif Monolithique Bois donnant des résultats plus que satisfaisant et permettant dans une réflexion globale de la construction de l'habitat et l'utilisation de l'ensemble des technologies EnR, traitement et gestion des l'eaux, de l'Air, Etc., ... pour arriver et obtenir des logements de très haute qualité environnementale, très optimisé dans la gestion des espaces à vivre et ou il y fait bon VIVRE !!!
Ses technologies et procédés sont aujourd'hui au point et certifiés CSTB !!!
Pour répondre au problème transport, nous avons un programme de développement d'implantation en France de 8/10 unités de production, la première étant en Rhône Alpes, et la deuxième devrait voir le jour d'ici fin 2013 en Limousin. Ce programme s'étend sur encore 8 ans à raison d'une implantation tous les 2 ans.
Je recherche des partenaires au sens large du terme, mais aujourd'hui, c'est le financier qui prévaut !!!
Un regroupement de personnes convaincus du process et souhaitant investir dans l'avenir en qualité de Business Angels est entrain de se former pour réunir 500K€.
Pour qui veut en savoir plus et/ou en être et participer au futur de la planète dès maintenant pour ne pas remettre à demain ce que tu peux faire aujourd'hui ... !!!
Me contacter par mail avec vos coordonnées à jogar20@free.fr
Bonne semaine à tous.
Cordialement,
JAG
Publié : il y a 6 ans
Pour le financement, y-en-a t'il parmi vous qui ont expérimenté un Contrat de Performance Énergétique ?

Est-ce un outil utilisable à petite échelle ou n'est-ce utilisable que par les grands groupes immobiliers : Bouygues, CEF,.. ?
Publié : il y a 6 ans
Réponse à Benoit Thibaud: Nous (GAP-Solution) proposons un financement de projet qui comporterait une garantie de performance énergétique couplée avec un prêt "Bonus" dont le remboursement est effectué sur une période déterminée par l´économie annuelle des charges chauffage/ECS/ventilation obtenue grâce à notre système ITE passif en réhabilitation de bâtiments collectifs.

Réponse à Jean-Claude Suida: Tout à fait d´accord avec vous. Un problème majeur aujourd´hui, c´est que manque d´argent probablement et peut-être aussi de responsabilité à long terme, on s´évertue à trouver des financements à courts termes, quite à devoir investir 2 fois en 15 ans plus cher qu´en une fois pour 30 ans. Comme nous l´avons démontré, une réhabilitation BEPOS est dès aujourd´hui réalisable, encore faut-il vraiment le vouloir et y mettre l´argent nécessaire.
Publié : il y a 6 ans
Bonjour à tous,

je viens de rejoindre votre groupe de discussion et je voulais d'abord me présenter.
Je suis le responsable d'un bureau d'études spécialisé dans la construction modulaire de nouvelle génération et nous travaillons sur des projets de logements individuels ou collectifs utilisant le système constructif modualire 3D. Je suis convaincu qu'il faut que la solution industrialisée permettra de répondre aux contrainte de performances, de délais, de budget et de qualité.
Je travaille régulièrement avec des fabricants industriels qui sont à la recherche de solutions techniques pour simplifier et amélioré lors concept et process, si vos solutions sont intéressantes et que vous le souhaitez, je peux vous mettre en relation. une chose est sûr, l'industriel oui mais pas n'importe comment. il faut garder à l'esprit que les utilisateurs vivront dans ces maisons
Publié : il y a 6 ans
Bonjour à tous (et particulièrement à J.C Suida; D. Bouteillier-Marin; J. A. Garcia et A. Conigliaro). Je rejoins le groupe de discussion, étant depuis 22 ans entrepreneur dirigeant dans le bâtiment (TCE quand possible, sinon GO, Charp couv, plâtrerie peinture - et très sensible au DD, tés engagé dans diverses associations œuvrant pour le DD - dans l'une, on a, entre autre, crée un site d'initiatives durables, taper: "www.initiatives-durables-monts-du-lyonnais"). J'essaie, depuis 15 mois, pour réaliser sur le terrain, de trouver un système qui permette de viser, sinon le passif, du moins de s'en approcher, tant pour la réhabilitation que pour le neuf. Et, au-delà de ce que j'ai pu lire qui a déjà été dit par le groupe, et que je trouve pertinent et intéressant, il me semble que viser l'autonomie totale pour les logements (y compris pour l'électricité domestique) est un objectif qu'il faut avoir dès maintenant. Car 2020 est demain (17 ans, pour une construction, c'est la jeunesse), même si les difficultés pour franchir cette marche sont importantes aujourd'hui, tant financières que psychologiques (mais pas technique, on sait et on a ce qu'il faut). Il est assez paradoxal d'entendre parler de durable et, en même temps, de "s'imposer" d'avoir à remettre au gout du jour (mais dans des proportions importantes) la construction que l'on aura financé une grosse dizaine d'années auparavant. Je comprends le législateur qui ne peut contraindre la population entière, surtout ceux qui sont très éloignés de la technique et - ou - qui ne disposent pas de moyens financiers pour viser aussi haut. Je pense que les professionnels du bâti devraient agir d'eux même pour anticiper au maximum cette échéance du passif, particulièrement pour les existants (réhabilitation collective, en premier, mais aussi en individuel), et élaborer des solutions qui permettent concrètement de réaliser d'ores et déjà des réhabilitations (mais aussi des constructions neuves) qui atteignent ou frôlent le passif, avec des coûts modérés et accessibles au maximum (je suis actif aussi dans l'insertion par le travail). Je découvre que certains d'entre vous pensent avoir atteint ce niveau, sur le plan technique et industriel. Je suis particulièrement très intéressé à étudier de très près ces solutions, en mode réalisation effective, dans le cadre d'études sur des chantiers possibles, en vue de réalisations, tant celle de J.C. Suida que de D. Bouteillier-Marin et de J. A. Garcia. Je ne sais si cela peut se faire via le groupe de discussion, puisque, étant de nature très concret, il me faut voir (documents, plans, chiffres, prévisionnels, détails d'exécution, etc.. et, pourquoi pas, si possible, matériaux et matériels - éventuellement prototype -, discuter de vive voix (à bâton rompus, dit-on), avec un crayon et un stylo dans la main. Et je suis prêt à rencontrer chacun, quitte à me déplacer (pas jusqu'en Autriche, beau pays, certes, mais quelque peu éloigné tout de même). Je transmets mes mel et portable, afin que celui des trois (et pourquoi pas les trois, indépendamment les uns des autres ou pas ?) qui le veut bien puisse me contacter et aller au vécu (c'est rentrer dans le concret, celui qui fait, et qui aboutit à des solutions visibles et palpables, mais aussi qui tape dans le dur et est têtu, et ça, ça m'intéresse). Mel: levernay69@orange.fr; port: 06 07 61 43 28. Dans l'attente de contact pour aller au réel, ce qui n'empêche pas de continuer à discuter via le groupe de discussion présent. A bientôt, et bonne fin de journée (ici, dans les monts du Lyonnais, il neige, et nous avons 25 à 30 cm de neige, du moins chez moi, à 800.00 ml d'altitude). Sincères salutations.

Alain Hilaire
Publié : il y a 6 ans
Bonjour,

La RT 2012 à surtout comme motivation (hors réchauffement climatique) de réduire nos consommations d'énergie, cette dernière étant vouée à une augmentation constante tant sur le plan de la consommation que sur le plan des coûts. Cependant, elle ne doit pas entrainer de surcoût ne la rendant accessible qu'à une élite, la maison écologique doit devenir un standard accessible à tous...
Le cumul de plusieurs technologies (PAC, Panneaux photovoltaïques, panneaux solaires thermiques, VMC intelligentes, etc...) permet de très bon résultats amortissables, mais l'effort principal tient à l'enveloppe de l'habitat, à son isolation.
En ce point, les matériaux actuels sont dépassés, et il faut généralement monter des murs multi-matériaux et plus large au détriment des surfaces habitables... cela entraine déjà des surcouts (plus de matériaux et plus de main d’œuvre...).
Par ailleurs, les matériaux d'origine minérale se raréfient et donc vont augmenter, à titre d'exemple, le sable commence à poser des problèmes pour le béton, il faut aujourd'hui l'extraire du fond de nos mers (avec l'impact environnemental sur l'écosystème marin qu'on imagine) pour palier au besoin de la planète.
Que dire du bilan carbone de la brique ou de la laine de roche ?
Aussi, le salut viendra de l'innovation comme par exemple WBLOCK (www.wblockfrance.fr) qui, à base de bois, permet de construire en RT 2012 à des coûts plus bas qu'actuellement avec des performances optimisées...
Ces innovations doivent être tournées vers des matériaux bio-sourcés comme le bois pour la construction, les NRJ renouvelables pour l'énergie, car illimité à l'échelle humaine... la prédation de la planète à des limites et l'accroissement démographique mondiale oblige à trouver des solutions durables...
Le défi du 21ème siècle est la préservation de l'environnement, et la RT 2012 permet aux hommes de grandir en respectant la planète et ses ressources...
Publié : il y a 6 ans
Bonjour à tous, pour info ;
L’association "La Maison Passive France", créée en 2006 fait la promotion du standard "européen" de maison passive/Passivhaus, passive house, passivhus, casa passiva...
Site : http://www.lamaisonpassive.fr/spip/
La Maison Passive France fait la promotion du standard passif par l’information, la formation et la labellisation. Elle vous aide dans l’accompagnement de vos projets en vous proposant de l’info-matériel, des formations et en labellisant les bâtiments.
Publié : il y a 6 ans
Comme je suis persuadé que l’intelligence collective est une réponse pertinente vis-à-vis de nos « recherches & développement » et « Une » des solutions pour tous les intervenants de projets d’EcoConstruction & d’EcoRénovation durable, je vous communique des sites qui m’ont permis d’appréhender et de développer des connaissances.
Que l’intelligence collective soit avec nous !...
Contrats de performance énergétique : www.lecpe.fr --- www.fedene.fr --- www.evo-world.org --- www.developpement-durable.gouv.fr ---
Bâtiments à basse consommation : www.enertech.fr --- www.lamaisonpassive.fr --- www.prebat.net --- www.costic.com --- www.green-office.fr --- www.elithis.fr --- www.naturalpositivebuilding.fr --- www.simbio.fr --- www.alpheeis.com --- Liste non exhaustive, je vous communiquerais d’autres sites après avoir fait un tri. Bonne semaine à tous.
Publié : il y a 6 ans
Je suis abonné à cette revue : « la Revue Générale du Froid et Conditionnement d’Air », très pertinente dans ses articles et dossiers.
Je vous conseille de lire le dossier du N° 1130 de Sébastien Prévot (Responsable du Pôle R&D Cardonnel Ingénièrie)
« La RT 2012 nouvelles exigences, nouvelle méthode, nouveaux défis ! ».
Je vous livre la fin de sa conclusion : Ainsi, en parallèle du monde réglementaire qui travaille sur des conventions et des indicateurs propres à lui-même, il est un monde de tous les jours où le confort et la qualité d’habitabilité d’un bâtiment doivent rester les problématiques et les enjeux de tous les acteurs de la construction. C’est alors que nous assurerons le « confort durable du bâtiment ».
Pour en savoir plus, Site : http://www.agpcom.fr/rgfroid/
Bonne lecture.

Jean-Claude Suida
Publié : il y a 6 ans
Je suis d’accord avec vous Monsieur Daniel Bouteillier-Marin, la problématique de l’EcoRénovation : La rigeur budgétaire qui conduit à des remises en question ; Le manque de personnels qualifiés et prêts à travailler ensemble ; Les mentalités longues à évoluer ; Les pourvoyeurs de fausses idées et les marchands de crédit d’impôt.....
Le montant financier des travaux d’économie d’énergie par ménage en 2010 est de « Dépense moyenne de 4396 € », pour le bâti uniquement : 3030 €, toujours en 2010, Source TNS Sofres pour l’Ademe.
Pour information le système de rénovation/réhabilitation passive de bâtiments de l’entreprise GAPSolution est à quel prix ? Par exemple pour un immeuble des années 1975 de 5 étages 20m par 20m de façade !

Jean-Claude Suida
Publié : il y a 6 ans
Réponse à Monsieur Jean-Claude Suida :
Pour des raisons de déontologie je ne vous indiquerai pas sur cette plateforme de discussion le prix du système de réhabilitation de GAPSolution. Cela pourrait d´ailleurs porter à confusion, vu que le prix varie bien entendu suivant la conception des bâtiments à réhabiliter, le nombre de logements, la surface habitable, vu aussi la composition des façades (nombre de menuiseries, ouvertures, balcons, loggia, etc. …)
Je vous transmets néanmoins une indication qui devrait, je pense, vous intéresser tout en sachant que derrière ces indications nous parlons d´un système préfabriqué et installé en usine, menuiseries PVC/Alu à triple vitrage inclues, montage sur site incl.
Pour passer de 300 à 25 kWh/m².a, vous allez investir dans ce système de réhabilitation passive de bâtiments entre € 1,35 à € 1,95 par cep économisé. En majorant très modestement le prix de l´énergie de 3,5%/an, vous aurez ainsi amorti votre investissement sur 15 ans pour une duré de vie de 30 ans ou plus.
Etonnant est le fait qu´aujourd´hui, on se contenterait d´investir en France un ratio équivalent à ceux que je mentionne plus haut mais pour n´atteindre tout juste que 80 kWh/m².a, sinon plus. Il est évident et nous l´avons démontré qu´à ce niveau, il faudra bien réinvestir au moins autant pour atteindre une valeur énergétique exigée par la RT 2020.
Publié : il y a 6 ans
Avoir une réflexion et une vision globale.
« Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux. MARCEL PROUST »
Ville et Territoire durable ne se construiront qu’en mobilisant l’intelligence collective.
L’EcoConstruction, l’EcoRénovation, l’EcoEnergie, l’Energie renouvelable, la gestion des Eaux sont aux cœur des enjeux environnementaux et sociétaux pour bâtir la Ville et le territoire sur un modèle durable.
Cela nécessite la mobilisation de tout les acteurs, privés ou publics, à participer, maîtriser, appliquer les techniques et les méthodes du développement durable.
Publié : il y a 6 ans
L'assainissement biologique apporte un plus à l'éco construction qui devient biologique. La totalité des eaux usées de l'habitat est traitée et recyclée pour servir immédiatement à l'arrosage de la biodiversité végétale. Celle ci par le principe de la photosynthèse va réinitialiser l'atmosphère des agglomérations en absorbant le CO2 pour rejeter de l'O2. le rejet d'eau du procédé 'Fosse Biologique"lyseconcept contient de fines particules de matière organique en suspension ainsi qu'une flore bactérienne active qui en font un élément fertilisant et enrichissant pour la terre végétale. le procédé lutte contre la désertification des sols. pour ce faire les terrains d'habitation doivent avoir une superficie suffisante et non pas quelques mètres carrés de béton.
Publié : il y a 6 ans
J'ai intégré en 2012 le Groupe d'Experts de l'O.N.U. qui, réunit des Scientifiques et des Techniciens du Monde Entier qui réfléchissent sur < APPELS A SOLUTIONS - CRUES TORRENTIELLES ET INONDATIONS - FAIRE FACE AUX DEREGLEMENTS ET CHANGEMENTS CLIMATIQUUES IMAGINER - DEBATTRE - AGIR >...
Mes concepts ont pour objectifs de faire de la Prévention - des Protections adaptées aux constructions, les équipements etc...exposées aux risques - obstruer les ouvertures - fermer - étancher - créer un confinement - conforts thermique et acoustique - verrouillage ANTIVOL dissuasif pour les cambrioleurs, car complique l'ouverture des axcès.
Des dispositifs conformes aux Plans de Prévention aux Risques - d'Utilité Publique - textes et lois - assureurs - notaires qui depuis le 1er juin 2008 mentionnent les sinistres sur les actes lors de vente ou relocation d'un bien immobilier etc...les besoins sont exponentiels...vastes ^problèmes
Publié : il y a 6 ans
Bonjour et merci de m'avoir invité à votre salon de discussion.
Pour me présenter brièvement, je suis électricien de formation et d'expérience récemment développé à l'économie de la construction. J'habite Toulouse.

Je peux amener dans ce salon une réflexion sur la production, la consommation et le stockage de l'énergie électrique - domaine qui me tient à cœur. Mais aussi sur les solutions, bien pratiques elles, qui peuvent être mise en œuvre et ce, dans un projet bien défini. C'est-à-dire qu' entre la consommation et le stockage de l'électricité de nombreux paramètres - physiques (implantation élec., architecture), pécuniaires (coût des matériaux et entretien), moraux (choix des matériaux de stockage (et c'est un vaste chapitre...), choix d'un distributeur d'électricité ou non, choix des appareils élec. et leur consommation) et naturels (climatique et temporel) - devront être étudiés puis fixés afin de proposer une solution OPTIMALE. C'est ce que j'ai appris de mes expériences, de mes réflexions, de mes recherches. Le "kit prêt à installer" étant très envié peut facilement être à disposition, se déclinant sous plusieurs formes.

Monsieur Suida si vous me permettez, j'aimerai faire passer votre contact à une entreprise de construction de maison en panneaux bois préfabriqués basée à proximité de Toulouse.

Monsieur Bouteiller-Marin j'entends votre appel.

Monsieur Vilella je suis tout à fait d'accord avec vous ! Certaines entreprises savent bien allier le travail en usine et les réalités du chantier que vous décrivez... contrairement à d'autres. Du choix des intervenants : de leur professionnalisme, du degré de confiance entre eux et de la clarté de leur communication naissent les collaborations qui laissent après leur passage un travail avec un grand T, des bâtis qui durent et de se démodent pas. Aussi pourrons nous nous servir de l'outil qu'est ce site à ces fins.
Publié : il y a 6 ans
Réponse à Monsieur David Guiraud ; Oui le Projet Indépendance Homes est prévue pour être en totale indépendance énergétique et eau dans sa version complète et bien sûr je vous autorise à faire passer l’info « contact » à une entreprise de construction de maison en panneaux bois préfabriqués basée à proximité de Toulouse. Je vous transmets mon email. Cordialement Jean-Claude Suida.
Publié : il y a 6 ans
Merci à vous tous pour votre participation : « EcoConstruction & EcoRénovation » avoir une réflexion globale.
Des techniques existent pour répondre à la demande croissante d’une construction/rénovation de bâtiments très peu énergivores. Pour l’EcoRénovation, voir le principe que Monsieur Daniel Bouteillier-Marin propose avec un contrat de performance énergétique (Une petite révolution pour la France). Ce système est utilisé depuis 15 ans en Autriche, Allemagne, Suisse !!!
Pour l’EcoConstruction, il y a beaucoup de prétendants... mais avec un prix au m² qui s’adresse à une clientèle ciblée.
Très peu de projets proposent des bâtiments type PassivHaus® :
1. Besoin en chauffage < 15 kWh/(m2.a) ou puissance de chauffe < 10 W/m2
2. Étanchéité de l’enveloppe : n50 ≤ 0,6 h-1
3. Besoin en énergie primaire totale (électroménager inclus) < 120 kWh/(m2.a)
et encore moins avec des options énergie & eau positive et stockage d’énergie à un prix au m² très attractif.
Cela vient du fait que la culture des constructeurs est basé sur du One-shot et non sur une culture de standardisation et production en série pour faire chuter, par économie d’échelle, les prix de fabrication/construction.
Le projet Indépendance Homes vise à améliorer la qualité de l’habitat par le biais de solutions issues d’une réflexion d’ensemble sur le bâtiment et le mode de fabrication / construction. (Réflexion Globale)
Le but est une fabrication en quantité, des éléments standardisés, pour obtenir un prix de vente très compétitif.
Cibles :
1 - Les investisseurs « Loi Duflot » et classiques
2 - Les primo accédants avec un PTZ+ à 40%
3 - Les accédants classiques
4 - Investissement pour réaliser des Eco-quartiers, quartiers à énergie positive.

N’hésitez-pas à émettre votre point de vue pout faire vivre cette rubrique.......
Merci d’avance.
Publié : il y a 6 ans
Bonjour: Je tient à vous remercier de m'avoir invité dans ce groupe de discussion.
Lorsque l'ont parle d'écologie,il est indispensable de mettre en avant l'assainissement qui encore aujourd'hui coute une fortune dans les traitements en station d'épuration pour le contribuable, j'ai pus encore constater recemment des projets de construction pour des villages ou des villes qui n'en avait pas besoin;car ils en possedait deja, il est necessaire aujourd'hui de mobiliser le plus grand nombre d'élus afin de réduire ces constructions et les remplacer par des marécages artificiel de filtration et d'épuration.En effet,Dans ma carrière professionelle j'ai mis en oeuvre des marécages de filtration biologique pour remplacer ces stations qui sentent mauvais et qui sont peu esthetique et peu rentable dans le temps (réparation, etanchéité, pompe a remplacer, demographie des habitants ,ect,ect) l'avantage des ces marécages, il s'autorégule, absorbe des dechet qui sont reconvertis en matière nutritve pour la flore qui se developpe tres bien, de cause a effet, celle-ci attire de la faune qui se reproduit et detruit certaine bactérie que les plantes n'absorbe pas, d'autre part il faut souligner que ces marécages ne demande aucune dépense pour le contribuable et aucune intervention humaine pour d'éventuelle réparations,et devienne de par eux memes un écosystème parfait a long terme s'integrant a n'importe quel endroit sans odeur nauséabonde qui dérange bon nombres de riverains les jours de forte chaleur.
Publié : il y a 6 ans
Merci de votre invitation à rejoindre ce groupe. j'ai beaucoup de lectures à faire des avis exprimés et çà m'intéresse.
Publié : il y a 6 ans
Merci de m'avoir invité à rejoindre votre groupe. Il s'y dit des choses intéressantes qui m'intéressent. Avant de participer à mon tour, il me faut lire les différents avis avant de pouvoir me prononcer.
Publié : il y a 6 ans
Merci pour l'invitation.

Pour ma part, je suis un spécialiste dans l'accessibilité (franchissement pour toutes hauteurs)
Je reste disponible pour fournir des éléments en fonction des demandes
Publié : il y a 6 ans
merci pour l'invitation, thème intéressant je vais faire le tour (mais peut être pas ce soir) avec plaisir ;)
Publié : il y a 6 ans
bonjour, merci pour la proposition, je suis spécialisé dans les recherches en développement durable. cela inclus les énergies renouvelables, la potabilisation d'eau, phyto-épuration, matériel basse consommation, etc... mais aussi la formation, l'information et la responsabilisation des personnes.
à ce titre, et dans le cadre d'un partenariat avec le gîte observatoire de Briançon, nous somme en train de mettre sur pied des séminaires et formations.
je travail donc en collaboration avec le responsable de l'observatoire, Mr Deycker, astrophysicien, conférencier en physique quantique, neurosciences et neurophotonique; ainsi que Mr Dirand (auprès de qui je me suis formé sur les énergies renouvelables), ancien ingé de l'aérospatial/aéronavale.
nous travaillons sur tous un tas de procédés intéressants, et sommes ouvert à la discution et l'échange.
je vais voir un peu plus en détail ce qui ce passe sur ce groupe, quand j'aurais un peu plus de temps.
n'hésitez pas à me contacter.
Publié : il y a 6 ans
Bonjour, nous sommes bureau d'étude thermique et réalisons les études thermiques nécessaires au dépôt du permis de construire (attestation thermique RT2012).
Réalisation de l'attestation thermique RT2012 sous 48h pour seulement 139eTTC.
N'hésitez pas à nous contacter pour plus d'informations ou sur : http://www.bureau-etude-thermique-bet.fr
Publié : il y a 6 ans
Je vous remercie de m'avoir invite dans ce groupe dont les sujets m'ont l'air tres interessants...
Publié : il y a 6 ans
Merci pour l'invitation à participer à ce groupe, je reste disponible pour tout sujet lié aux procédés de construction. J'ai occupé des fonctions du Directeur Construction Durable dans un grand Groupe.
Publié : il y a 6 ans
Bonjour et merci pour vos contributions.
Depuis 2011, grâce au soutien de l'ADEME, le CLER (comité de liaison des énergies renouvelables) a mis au point une nouvelle base de données pour son centre de documentation sur les énergies renouvelables et la maîtrise de l’énergie.
Cette ressource en ligne, une des plus grandes bases de données francophones sur les énergies renouvelables et la maîtrise de l'énergie en ligne, propose : 14 000 articles , 2700 ouvrages , 300 titres de périodiques , 1500 documents dans des dossiers thématiques , 150 films et vidéos, 200 photographies libres d'usage, 90 outils pédagogiques (jeux, expositions, maquettes, kits ...), des PDF consultables directement en ligne sur( www.cler.org/documentation.)
Source Etd
Publié : il y a 6 ans
Bonjour nous sommes une société spécialisé dans tout le domaine de la sécurité incendie ,Désenfumage naturel éclairement zénithal ,écran de cantonnement et extincteurs toutes marques .Si vous pourriez afficher quelques photos de vos réalisations .
merci
Cordialement Mr Delacherie .
www.ddpim13.com
Publié : il y a 6 ans
Merci pour votre invitation, que j'ai saisi au bond étant donné que l'on ne parlait pas de verre dans vos discussions. Je travaille pour un fabricant de verre "PILKINGTON" et je suis très souvent demandés pour faire des études de faisablité verrières en façade ou en verrières.
Le verre est un élément clé de la façade car il influe directement sur les consommations énergétiques pour le chauffage, la climatisation ou l'éclairage artificiel.
Choisir le bon verre n'est pas chose facile, double, triple ? à couche de contrôle solaire ou non ?. Je peux vous apporter mon expertise dans ce domaine si vous en avez besoin.
Publié : il y a 6 ans
Bonjour à tous,
Je découvre énormément d'informations intéressantes et judicieuses dans tout vos propos. Ce qui va me permettre d'élargir mes connaissances sur les méandres du RT 2012.

Merci à tous.
Publié : il y a 6 ans
Bonjour, Merci de m'avoir invité sur votre groupe.
Je suis particulièrement sensible à l'éco-construction et tous moyens d'allier économie, vie saine et confort. Je pense que tout cela passe par l'innovation mais aussi par une démarche individuelle de raisonnement sur le style de vie et la responsabilité de chacun.
A titre personnel, je promeus un produit qui montre régulièrement son potentiel et sa contribution à l'éco-construction: http://www.parpaingboismassif.com/?gclid=CNP2gciZm6QCFYlg4wodHBsJEg
Au plaisir d'échanger,
Publié : il y a 6 ans
Bonjour à tous,
Migration de la vapeur d'eau : Explications et Calculs
Malheureusement, la question de la diffusion de la vapeur d'eau au travers des parois d'une maison est trop souvent méconnue et donc négligée...

Pourquoi est-ce que cela vaut tellement la peine de s'y intéresser ?
Parce qu'une mauvaise conception des murs peut entrainer la condensation de cette vapeur d'eau, phénomène appelé "point de rosée" !
Cette vapeur d'eau qui condense va donc mouiller les matériaux ; habituellement, il s'agira de l'isolation placée du côté froid du mur.
Or, une isolation mouillée n'est plus isolante ! Au contraire, une isolation mouillée devient conductrice, c'est-à-dire qu'elle accélère la perte de chaleur !!...
Pour mieux comprendre ce phénomène de perte de pouvoir isolant, il suffit d'enfiler un pull mouillé lorsqu'il fait très froid...
Comment la vapeur d'eau migre t'elle au travers des parois ?
Pour information, les molécules de vapeur d'eau sont environ 20 fois plus dispersées que les molécules d'eau.
La vapeur d'eau migre donc au travers de la plupart des matériaux, y compris au travers du béton dense.
Ce transfert des molécules de vapeur d'eau se fait sans mouvement de l'air, de la zone de haute pression partielle (face chaude du mur, du côté intérieur de la maison) vers la zone de basse pression partielle (face froide du mur, du côté extérieur de la maison).
Le transfert de cette vapeur d'eau est plus ou moins rapide suivant la perméabilité des matériaux exprimée par le "coefficient Mu" (coefficient de résistance à la diffusion de la vapeur d'eau d'un matériau).

Comment peut-on calculer s'il y a un risque de point de rosée ?
La vapeur d'eau est soumise à une pression dite pression partielle, variable de 0 kN/m² (air sec avec 0% d'humidité relative) jusqu'à un maximum appelé pression de saturation (pression à laquelle la vapeur d'eau devient liquide : air saturé avec 100% d'humidité relative).
Pour éviter le point de rosée, il faut donc que les pressions partielles à l'intérieur du mur n'atteignent jamais la pression de saturation !...

Les pressions de saturation sont de moins en moins élevées au fur et à mesure que les températures diminuent (cfr diagramme de Mollier)
Puisque la courbe des pressions de saturation est fonction de celle des températures, il faut donc :
1ère étape : Déterminer la courbe des températures dans une paroi
La température à l'intérieur de la paroi va décroitre proportionnellement à la résistance thermique de chaque composant de cette paroi.
2ème étape : Déterminer la courbe des pressions de saturation Ps dans la paroi
Pour rappel, la courbe des pressions de saturation est fonction de celle des températures.
Le diagramme de Mollier nous donne les pressions de saturation correspondant aux températures.
3ème étape : Déterminer la courbe des pressions partielles p dans la paroi
Comme expliqué plus haut, dans une paroi, les pressions partielles subies par la vapeur d'eau vont en décroissant du plus chaud au plus froid.
Source : Béton de la Lomme ;
Pour plus de détails Site : http://www.betondelalomme.be/fr/systeme-global-construct/avantages/diffusion-vapeur-eau/explications
La sté Béton de la Lomme propose sur leur site un calculateur sous Excel « à télécharger » pour faire des calculs sur le risque d’un point de rosée dans les parois.
Cordialement Jean-Claude Suida
Publié : il y a 6 ans
J'ai lu toutes les interventions depuis 2 mois.

Ma première impression, réaction, est que vous avez un besoin criant d'un architecte qui, par sa vision de généraliste de la construction et de l'habitat, vous apportera la dimension qui semble vous manquer : la présence de l'homme, de l'habitant, de l'occupant, bref, de l'usager. Contrairement à vos analyses, l'architecte a une approche SENSIBLE de l'habitat qui le mène à parler de façon synthétique des différentes contraintes de l'habiter : il réunit les divers paramètres scientifiques et techniques et les traite de façon globale.

Je parlerai donc avec des mots le moins possible spécialisés, de façon à être entendu et suivi par tout le monde, que ce soit l'ingénieur, le technicien, l'entrepreneur ou artisan, autant que l'usager, le candidat à la construction comme le futur utilisateur de près ou de loin du ou des bâtiments.
Publié : il y a 6 ans
Vous dites : > Je conçois donc à nouveau qu'il ne peut exister sans les apports des architectes.
Publié : il y a 6 ans
J'en viens au dessin de la maison s/ 2 niveaux qui semble vous servir comme symbole de votre projet d"indépendance homes". Je m'interroge s/ l'exemple qu'il donne. L'étage plus large que le RDC, malgré les poteaux, semble une hérésie du point de vue de la sismicité. La coursive en balcon et le grand débord de toit, soulignés par du rouge, sont les plus grands ponts thermiques qui soient. La verrière centrale en pyramide est une fuite colossale de calories l'hiver, et expose aux pires surchauffes solaires d'été. L'absence de souche de cheminée interdit l'utilisation d'un insert, d'un poêle à bois, etc... Je ne parle pas du manque de rythme des ouvertures, du manque de symétrie de la façade et du manque de correspondance des vides et des pleins entre étage et RDC. Un SYMBOLE vraiment ?
Publié : il y a 6 ans
Il me semble bien que j'agisse différemment de certains : face à un programme que je précise et améliore dès le départ avec le maître d'ouvrage, je débute ma recherche avec à l'esprit les principes de l'architecture bioclimatique ; permettez-moi de vous conseiller mon SITE qui est accessible en cliquant s/ mon nom écrit en rouge en entête ; je le rappelle ici : www.michel-bonneau-architecte.fr. La RT 2012 n'est alors pas un guide, mais des minima qui sont vérifiés des l'Avant-Projet Sommaire ; la norme "PassivHaus" peut être respectée si le programme, les contraintes de site, ne s'y opposent pas, mais je n'en ai cure... Le but est le bien-être de l'occupant, le plaisir du passant, la pérennité de la construction, obtenus dans le souci de la bonne économie du bâtiment comme de son usage futur. Les règles de l'éco-construction y sont intégrées dans ce même but et pour leur impact s/ l'environnement et la société.
Publié : il y a 6 ans
« Tous les nouveaux bâtiments construits à partir de 2020 seront à énergie positive » C'est, pour moi, une aberration démocratique. C'est vouloir faire palier par les futurs candidats à la construction la déficience des producteurs d'énergie à utiliser en grand les énergies renouvelables. Et ils ont imaginé nous forcer la main par un impôt qui ne dit pas son nom : le bâtiment à énergie positive. En réponse, je crois que la seule vraie mesure acceptable à faire supporter par les habitants comme dans le tertiaire doit être la recherche des ECONOMIES D'ENERGIE A TOUS CRINS. Et pas plus ! Une RT 2020 n'a pas lieu d'exister, n'en déplaise aux hypocrites qui ont engagé le pays dans une autre voie.
Publié : il y a 6 ans
Je rejoins Lionel Thévenin pour juger que la RT 2012 est un bienfait pour les économies d'énergie qu'elle provoquera, de par la prise en compte des principaux principes du BIOCLIMATISME. Son résultat devrait être de pousser les gens à entrer dans la culture du SOLAIRE PASSIF. J'en suis un promoteur avec bien d'autres architectes plus talentueux que moi, depuis les années 80. Nous avons été bien tristes de voir la perte d’engouement pour cette voie, depuis la fin du 1er choc pétrolier. En complément de ce qu'il dit, je voudrais insister s/ l'importance de l'ISOLATION P/ L'EXTERIEUR avec assèchement du point de rosée par une lame d'air en ventilation naturelle. C'est la solution à tous nos problèmes d'isolation, en neuf ou à fortiori en rénovation. Locaux frais en été, plus confortables et régulés en hiver et aux 2 demi-saisons. Si l'on rajoute à ça l'utilisation de SERRES CHAUDES pour l'habitat ou de MURS TROMBE pour le tertiaire, nous avons des systèmes globaux qui fonctionnent déjà parfaitement avec un bon usage, sans besoin de systèmes actifs coûteux et fragiles. Le bioclimatisme, le logement ou le tertiaire solaire passif sont éminemment BIO-ECOLOGIQUES. Cela peut être renforcé par l'emploi de MATERIAUX BIO-SOURCéS et SAINS qui sont déjà s/ le marché.
Publié : il y a 6 ans
Merci de votre invitation à rejoindre ce groupe. Je suis architecte et ce sujet m’intéresse. Avant de participer plus activement, beaucoup de lectures à faire.
Publié : il y a 6 ans
Bonjour à tous et merci pour vos contributions dans le Groupe.

Je vous informe de ma participation au groupe de travail chargé d'explorer l'obligation de rénovation énergétique dans le secteur résidentiel - Plan Bâtiment Durable -
Les acteurs du débat national sur la transition énergétique ont demandé au Plan Bâtiment Durable de réfléchir à une opportunité d’obligation de rénovation énergétique dans le secteur résidentiel.
Philippe Pelletier, par lettre de mission du 12 mars 2013, a donc confié à Jacques Chanut (FFB) et Raphaël Claustre(CLER) le soin de co-piloter un groupe de travail dédié à cette question.
Cette réflexion sera déterminante pour l’élaboration du plan de performance énergétique des logements.
Le rapport sera remis à la mi-juin 2013 afin de pouvoir présenter les conclusions du chantier avant la fin du débat national sur la transition énergétique.
Lien : http://www.etudeobligationderenovation.fr/
- Planning de travail :
• 26 mars 2013, 15h à 17 h – Première réunion plénière : présentation du groupe et de la méthode
• 16 avril 2013 – Date limite de remise des contributions écrites
• 22 mai 2013, 15h à 17h- Réunion plénière intermédiaire : première synthèse des contributions
• 11 juin 2013, 15h à 17h – Réunion plénière finale : validation du rapport
Je reste à votre disposition pour tout échange.
Cordialement,
Mr Jean-Claude SUIDA
Publié : il y a 6 ans
La rénovation énergétique « Financement »
La rénovation énergétique des bâtiments est un impératif environnemental qui fait consensus. Avec 44% de la consommation énergétique finale et 21% des émissions de GES en France, la transition énergétique, appelée par chacun lors de la Conférence environnementale des 14 et 15 septembre 2013, ne pourra avoir lieu si ce secteur n'évolue pas massivement.
Si des dispositifs dédiés ont été élaborés afin de soutenir les investissements dans l'efficacité énergétique et dans la qualité environnementale (crédits d'impôts développement durable, Eco Prêt à Taux Zéro, etc ...), force est de constater que le rythme des rénovations énergétiques est encore loin d'être suffisant pour atteindre les objectifs nationaux et européens.
Parmi les solutions innovantes, le tiers financement apparaît comme un modèle en cours d'émergence notamment dans le cadre de rénovations lourdes.

Tiers financement ?
Le tiers financement se définit comme « un mécanisme consistant à faire financer une rénovation par un tiers, lequel se rembourse en partie sur les économies d'énergies obtenues grâce à cette rénovation et garantit contractuellement l'amélioration de performance énergétique du bâtiment ». Ainsi, avant et après les travaux, la facture énergétique reste identique, les charges d'énergie se transformant en charges d'efficacité énergétique. Il s'agit donc de la transformation de dépenses futures de fonctionnement (coût de l'énergie) en un investissement présent (rénovation énergétique). A l'issue de la rentabilisation de l'investissement, la facture pour le bénéficiaire du dispositif n'est plus composée que du restant d'énergie consommée : les dépenses sont alors significativement diminuées.
A cette démonstration simplifiée d'un schéma de tiers financement qui constitue en soi une évolution notable, il convient d'y ajouter quelques paramètres complémentaires afin de juger de l'équilibre des opérations : effet de la hausse du prix de l'énergie ; effet du taux d'intérêt du financement, effet comportemental ayant un impact sur les économies de charges réelles, renforcement de la valeur patrimoniale, etc...
Afin de démontrer la possibilité et la pertinence d'investir dans la rénovation énergétique, la naissance de tiers financeurs issus du secteur public (totalement publics ou en partenariat public-privé) apparaît dans un premier temps indispensable. En effet, le tiers financement porté par une entité publique présente l'intérêt majeur de ne pas rechercher une rémunération financière élevée de son activité. Cela permet mécaniquement d'accroître la possibilité de réaliser des investissements ambitieux pour des maîtres d'ouvrages n'ayant pas la possibilité de se financer dans le circuit classique.
Différents projets de tiers financement portés par des acteurs publics sont actuellement à l'étude ou en cours de déploiement en France.
Source : Caisse des dépôts, 2010 & Etd

Cordialement, Jean-Claude Suida
Publié : il y a 6 ans
Réponse à Mr Michel Bonneau,
Avant propos : « Une » personne ou « Un » acteur économique ne détient pas LA Vérité mais SA Vérité !!!
L’intelligence collective est « Une » réponse vis-à-vis de nos recherches & développements et « Une » des solutions pour tous les intervenants.
Il faut de la volonté, de la méthode, de l’organisation, des opportunités pour que des acteurs économiques, privés ou publics, travaillent ensemble en mobilisant l’intelligence collective.
Bien sûr les architectes comme les autres intervenants, vis-à-vis d’un projet du type « Indépendance Homes », ne sont pas mis de coté, au contraire... Les ressources de l’intelligence collective se manifestent dès que plusieurs personnes ont la volonté et l’opportunité de se rapprocher pour échanger et transmettre leurs connaissances et leurs savoirs- faire.
Un acteur économique, privé ou public, n’existe que par les êtres humains qui composent sa structure et la font vivre. Il n’existe pas de sous métier, mais des métiers différents avec des compétences et des connaissances complémentaires qui se hiérarchisent par les expériences de chaque individu.
Quant à vos interrogations sur le projet, je vous rassure ; Pas de ponts thermiques ; La verrière centrale en pyramide couvre un patio et permet une ventilation naturelle en été, en hiver elle capte de l’énergie solaire en parallèle avec une ventilation double flux à échangeur thermique ; L’absence de souche de cheminée est volontaire, le seul endroit possible d’un insert, d'un poêle à bois, etc... est justement dans le patio pour éviter toute surchauffe de l’habitation. Un rappel du principe ;
Les principes à respecter dans la construction passive PassivHaus® :
Bonne protection contre la chaleur et compacité : enveloppe extérieure U ≤ 0,15 W/(m²K)
Orientation sud sans pont thermique et absence d’ombre : Utilisation du solaire passif.
Vitrage superperformant et superchâssis de fenêtre : UW ≤ 0,8 W/(m²K) facteur g aux alentours de 50 %
Récupération de la chaleur de l’air sortant : taux de récupération ≥ 80%
Résultats :
1. Besoin en chauffage < 15 kWh/(m2.a) ou puissance de chauffe < 10 W/m2
2. Étanchéité de l’enveloppe : n50 ≤ 0,6 h-1
3. Besoin en énergie primaire totale (électroménager inclus) < 120 kWh/(m2.a)
Pourquoi 15 kWh par m2 et par an de chauffage ?
La pratique (et la théorie) montrent qu’au dessous de cette valeur, une maison n’a plus besoin d’avoir de système de chauffage indépendant. Elle se chauffe "toute seule" :
Les apports du soleil et ceux de ses habitants suffisent à maintenir une température agréable et cela tout au long de l’année (c’est à dire autant l’hiver que l’été). Est-ce qu’une maison passive coûte cher ?
En fait, non. Les gains de chauffage notamment (qui sont dix fois inférieurs à ceux d’une maison standard) permettent d’investir davantage dans l’isolation et dans une ventilation intelligente. Une maison passive ne coûte que 10 à 25 euros par mois en chauffage.
Ce qui est nettement plus faible qu’une maison basse énergie (entre 40 à 65 kWh/(m2a), selon la zone climatique).
Quant aux risques sismiques vis-à-vis du projet, il n’y a pas de problème, je vous invite à visionner une vidéo d’un test sur plateforme d’essai sismique ( d’un immeuble de 6 étages ) qui utilise les mêmes matériaux constructifs que le Projet « Indépendance Homes ». Lien ; http://www.youtube.com/watch?v=n1pScoYtAtA - Bien sur ! on peut se poser la question... le projet Indépendance Homes verra-t- il un jour le jour ? Cela dépendra de l’intérêt des acteurs économiques à promouvoir un concept de fabrication / construction d’un système standardisé et préfabriqué en atelier qui permet la maîtrise totale des composants, avant de les mettre en site, pour obtenir une certitude de résultat et une réduction des coûts de manière importante. Je reste à votre disposition pour tout échange.
Cordialement,
Mr Jean-Claude SUIDA
Publié : il y a 6 ans
ELODIE, éco-concevoir les yeux grands ouverts !

ELODIE est un logiciel qui a été conçu pour permettre l’évaluation des performances environnementales d’un bâtiment sur tout son cycle de vie. Il est dédié à l’ensemble des acteurs de la construction souhaitant intégrer ces considérations environnementales dans leurs études. Quel que soit votre métier, et quelles que soient vos préoccupations, ELODIE a été pensé pour vous permettre de réaliser vos études sur les performances environnementales. Il fait désormais partie de la liste des logiciels compatibles avec la certification d’ouvrages britannique BREEAM.

Le logiciel, ELODIE s’intéresse au pilier environnemental du développement durable. Il permet de quantifier les impacts environnementaux : énergie primaire, émission de gaz à effet de serre, déchets générés, consommations d’eau… sur l’ensemble du cycle de vie des bâtiments

ELODIE vous permettra d’étudier les performances environnementales de vos ouvrages de manière multicritère et dans le cadre d’une approche globale. Vous pourrez ainsi objectiver vos prises de décisions, éco concevoir, et évaluer les performances de vos bâtiments.
Nous avons développé pour vous un outil modulaire qui vous permettra de prendre en compte l’ensemble des contributeurs aux impacts environnementaux, mais aussi d’affiner vos études.

ELODIE est en perpétuelle évolution, à terme il vous permettra également d’étudier les éléments de confort thermique et acoustique, ainsi que le coût global.
• Accéder aux modules Composant, Eau, Energie et Chantier,
• Exporter vos projets et leurs résultats sous format Excel ou xml,
• Partager vos projets avec vos collaborateurs
• Utiliser les données environnementales de la base de données INIES et d'ELODIE

Pour plus d'informations, rendez-vous sur la Boutique : http://bit.ly/elodie-cstb
Répondre à ce sujet
Construction/rénovation durable : avoir une réflexion globale
Menu
×