L'amendement sur les "passoires" thermiques est adopté par les députés

par BATIACTU il y a 3 mois
RENOVATION. Le compromis porté par le gouvernement au sujet de la rénovation de ces logements mal isolés a été adopté ce vendredi à la quasi unanimité, dans le cadre de l'examen en première lecture du projet de loi énergie et climat à l'Assemblée nationale. Des députés et des ONG critiquent un dispositif encore trop timide.
Lire l'article sur Batiactu
6 réponses à ce sujet
Publié : il y a 3 mois
sur 577 députés, 39 étaient présents pour voter !!!! on voit comment ce sujet des maisons mal isolées, de l'habitat insalubre, etc leur tient à coeur .....
Publié : il y a 3 mois
et quid des bâtiments administratifs, des écoles etc ????
Publié : il y a 3 mois
Tant qu'il n'y aura pas de contrôle effectué sur les travaux de rénovation énergétique, les objectifs ne seront jamais atteint, l'isolation des bâtiments est complexe et la grande majorité des entreprises intervenantes sont incompétentes dans ces domaines!
Publié : il y a 3 mois
Tout ceci est affligeant !!! Quand verra t'on une vrai volonté d'avancer ?
Publié : il y a 3 mois
Les objectifs de ce projet sont loin d'être à la mesure du problème.
Mais « le problème », il faudrait d'abord le mesurer avec exactitude.
Le diagnostic énergétique tel qu'il est pratiqué actuellement est très loin de la réalité et souvent très loin des consommations réelles : exemple : un immeuble de montagne avec commerce au rez, 3 logements sur 3 étages, d'une surface utile totale de 270 m2, et qui consomme 1200 € d' énergie de chauffage par an, au gaz de ville n'a été classé qu'en catégorie D au dernier diagnostic pré-locatif exécuté!
Dans ce cas, il y a sous-évaluation flagrante de la performance de l'immeuble, mais dans d'autre cas, c'est l''inverse. Il y a un double problème de mauvais logiciel et plus grave d'incompétence des diagnostiqueurs, un nouveau métier où n'importe qui peut se prévaloir d'une compétence souvent usurpée et mal controlée. PW architecte.
Publié : il y a 3 mois
100% d'accord avec Laurent Fournel et Paul Wagner.
Le problème est beaucoup plus complexe qu'il n'y parait ...
Comment faites-vous si vous êtes propriétaire d'un appartement en copropriété classifié F ou G si les autres copropriétaires ne votent pas les travaux d'économie d'énergie, parce qu'ils n'en ont pas les moyens ou n'ont pas l'intention de vendre ou de louer leur appartement ? De très nombreux travaux d'isolation sur les immeubles en copropriété ont des temps de retour sur investissement (économies annuelles réalisées par rapport au coût des travaux) de plus de 15 ans ! Bien au-delà des moyens d'une grande partie des petits propriétaires privés, qui souvent ont fini de rembourser leurs emprunts immobiliers lorsqu'ils arrivent à l'âge de la retraite ...
En outre de nombreux travaux ne donnent pas le résultat escompté en termes d'économies et créent des problèmes de malfaçon, ce qui refroidit d'autant les copropriétaires ...
Sortir les appartements classés F ou G du circuit locatif ou obliger les nouveaux acquéreurs à effectuer des travaux (bis repetita : comment vont faire ces nouveaux acquéreurs si la majorité des copropriétaires est contre ?) est la mauvaise réponse à une bonne question. Cela va raréfier l'offre locative et complexifier les ventes, donc rendre le marché immobilier encore plus illiquide (ce qui est déjà le cas sur la plus grande partie du territoire en dehors de quelques grands centres économiques sous tension) sans véritablement solutionner le problème, qui est multi-dimensionnel : compétence des diagnostiqueurs, compétence des entreprises, absence de vérification de l'efficacité des travaux post-réalisation, incitations financières insuffisantes, dégradation du rendement locatif joint à une complexification extrême du processus qui décourage les investisseurs.
Répondre à ce sujet
L'amendement sur les "passoires" thermiques est adopté par les députés
Menu
×