Les architectes "profondément choqués" par les propos du Gouvernement

par BATIACTU il y a 1 an
COLERE . Face à l'inquiétude et aux critiques des architectes à propos de la loi Elan, le ministère de la Cohésion des territoires avait livré son point de vue sur la situation à Batiactu. Des éléments de réponse sur lesquels l'Unsfa tient à apporter des "réponses concrètes".
Lire l'article sur Batiactu
22 réponses à ce sujet
Publié : il y a 1 an
ah que la réforme est dure...
Publié : il y a 1 an
Bonjour
Elle serait dure et intelligente, elle passerait comme une lettre à la poste. Mais elle est dure et conne, au point d'être contreproductive par rapport à ses propres objectifs (!) : à ce niveau technocratique et ministériel, c'est quand même effroyable de n'écouter qu'une infime partie des acteurs concernés, et de ne favoriser que leurs intérêts purement financiers, au mépris le plus total de l'intérêt commun...
Publié : il y a 1 an
Les lobbyistes de nos grandes entreprises du btp, font tellement bien leur travail ! Soutenu par l'Elysée, ne sont ils pas issus de la haute finance, dont Emmanuel Macron est leur champion ?
Publié : il y a 1 an
Bien vu et bien argumentée la réponse de l'UNSFA (au passage, je constate qu'elle reprend largement des éléments débattus dans le forum de Batiactu).
Nous avons face à nous une bande de technocrates arrogants qui prétendent "révolutionner" les pratiques en taillant sabre au clair dans les "procédures". C'est oublier que lesdites procédures (Loi MOP, RT2012,… ) sont le résultat équilibré de longues négociations entre des acteurs multiples concernés à des titres différents et complémentaires par les enjeux considérables de la construction (sociaux, humains, environnementaux, économiques, culturels,…). On ne peut pas répondre à ces enjeux avec un pool de cerveaux réduits à des tiroirs-caisses, totalement incultes et inconséquents. Où est le projet politique, humain et culturel dans cette loi ELAN? Pour moi ce n'est qu'un élan ver l'abîme…
Publié : il y a 1 an
Bien vu et bien argumentée la réponse de l'UNSFA (au passage, je constate qu'elle reprend largement des éléments débattus dans le forum de Batiactu).
Nous avons face à nous une bande de technocrates arrogants qui prétendent "révolutionner" les pratiques en taillant sabre au clair dans les "procédures". C'est oublier que lesdites procédures (Loi MOP, RT2012,… ) sont le résultat équilibré de longues négociations entre des acteurs multiples concernés à des titres différents et complémentaires par les enjeux considérables de la construction (sociaux, humains, environnementaux, économiques, culturels,…). On ne peut pas répondre à ces enjeux avec un pool de cerveaux réduits à des tiroirs-caisses, totalement incultes et inconséquents. Où est le projet politique, humain et culturel dans cette loi ELAN? Pour moi ce n'est qu'un élan ver l'abîme…
Publié : il y a 1 an
Puisque le ministère émet des doutes sur la légitimité de l' indemnité versés aux non lauréats des concours ; je propose que l'on s'interroge : est juste de payer les ministres et leurs collaborateurs pour leur temps passé sur des mesures non adoptées ?? François .PELEGRIN,architecte
Publié : il y a 1 an
Puisque le ministère émet des doutes sur la légitimité de l' indemnité versés aux non lauréats des concours ; je propose que l'on s'interroge : est juste de payer les ministres et leurs collaborateurs pour leur temps passé sur des mesures non adoptées ?? François .PELEGRIN,architecte
Publié : il y a 1 an
je vais peut être écrire en trouble fait, que si les architectes seront un jour intégrés aux entreprises, c'est que malgré les alertes, le gouvernement n'aura pas su donner, aux architectes diplômés, l'enseignement nécessaire, de façon à sortir les jeunes architectes de leurs incompétences notoires dues à un enseignement fortement défaillant...........et à l'ordre de refuser de mettre en place un numérus clausis, l'architecte étant la seule profession règlementée sans numérus clausis.........
Publié : il y a 1 an
petit rappel sur le cout de l'élection présidentielle: remboursés par l'état!!!!!!
même si pas élu!!!!
16.698 millions d'euro pour MACRON
15.072 millions pour HAMON
13.784 millions pour Fillon
12.416 millions pour Le Pen
10.676 millions pour Mélenchon
et je passe les autres.
en 2012: 228 millions
en 2007: 210.7 millions
Et çà, c'est tout les 5 ans et juste pour les présidentielles!!!
Alors, les concours coutent cher?????
L'hypocrisie est bien un trait de caractère des politiciens.
Publié : il y a 1 an
Pouvez vous me dire messieurs les soit disant responsables et:ou minstres concerné combien nous coûte les diverse élucubrations des conseillers des ministères et les diverses demandes de rapports ( exemple BORLOT ) Ces gens sont ils des bénévoles ? J en doute fort Encore une connerie de plus de technocrate non au fait du réel
Publié : il y a 1 an
Ce n'est même plus un gouvernement de comptables. Tout juste de marchands de tapis, et encore!
Publié : il y a 1 an
Macron et consorts vendront tout aux intérêts financiers et le pire est à venir.
Macron est sorti du tas de fumier mis en place depuis 40 ans par des politiciens véreux toutes tendances confondues, mais il est la quintessence de ce système bien rodé, le mépris, la morgue et le cynisme en plus
Publié : il y a 1 an
Les architectes, enfants gâtés et éternel pleureuses du monde de la construction
Publié : il y a 1 an
@ M. Lefeuvre
Les pays européens où la construction reste de bonne qualité (et je ne sépare pas le projet de l'exécution) sont la Suisse, l'Autriche, l'Allemagne, l'Angleterre et les Pays-Bas, c'est-à-dire des pays où justement la scission que vous portez aux nues entre architecte et BET est la plus ténue. Justement parce que les architectes y sont restés les pilotes du projet comme des études d'exécution, suivent leurs chantiers et gagnent ainsi une expertise qui leur permet de maintenir la qualité recherchée. En France, la maîtrise d'œuvre d'exécution échappe de plus en plus aux architectes et le résultat, en comparaison européenne, n'est pas heureux.
Publié : il y a 1 an
Non les architectes français ne sont surtout pas des enfants gâtés et encore moins des pleureuses. Ils essaient de défendre leur rôle que de plus en plus d'entités non architectes et souvent constituées de, mauvais, ingénieurs et autres assimilés voudraient leur enlever pour leur seuls intérêts de clique spéculative. La France est de ce fait à l'opposé des pays européens et ce au détriment de l'intérêt général. Il y a de la 'bananerie' insidieuse dans la république de l'architecture française. Luttons contre cette médiocrité volontaire. Au passage approuvons le poste d' Arnaud Berthier
Publié : il y a 1 an
Je suis électricien pas architecte, mais à lire le sujet il semble que cette loi soit liée à une politique économique imposée par Bruxelles, si c'est bien le cas, quelque soit le gouvernement, il doit l'appliquer. Je met un lien, malheureusement celle d'un parti politique, mais il a avantage d'expliquer ces obligations et de les sourcer (point 6 des GOPE concernant les architectes). Il semble que plusieurs métiers réglementés vont y passer. https://www.upr.fr/actualite/france/la-feuille-de-route-economique-et-sociale-d-emmanuel-macron-est-mise-a-jour-les-grandes-orientations-des-politiques-economiques-gope-2018-2019.
Publié : il y a 1 an
Le rôle de l'architecte n'est pas seulement de concevoir de belles images.......ceux QUI PENSENT DE LA SORTE sont à la solde des grands groupes ou n'ont rien compris au métier et au rôle de l'architecte..........après plus de 35 ans d'expériences et bientôt 3000 (trois mille) projets traités, je sais ce que j'affirme.
Celà fait bien longtemps que je n'ai pas vu un architecte avec 5 ans d'expériences savoir construire correctement et ne pas faire de bourdes en tous genres sur les plans, descriptifs, terminologie, et sur les chantiers......!
J'ai des exemples "à la pelle".........
Et il n'y a pas besoin de 5 ans d'études pour faire des perspectives correctes de bâtiments sur Sketup ou maya ou autre.........
Quand je vois passer des projets PFE, j'hallucine de tant d'incompétences.......
Publié : il y a 1 an
Il y a quand même un gros paradoxe à opposer procédure et qualité. Les procédures ne sont elles pas là précisément pour garantir la qualité ? Réduire l'un revient forcément à réduire l'autre.

Le triangle maitre d'ouvrage - maitre d'œuvre - entreprise est la base indispensable de tout projet. C'est la seul organisation qui permet de prévenir les dérives et les conflits d'intérêt. On a bien vu ce que ça a donné avec les PPP la dernière fois qu'un gouvernement a voulu jouer aux apprentis sorcier avec la loi MOP.

@ M. LEFEUVRE : Je suis en total désaccord avec vos propos, dissocier le projet architectural des études techniques est l'idée la plus ridicule qui soit : à quoi pourrais bien servir un projet d'architecte s'il n'est pas réalisable ? à quoi pourrais bien ressembler un bâtiment "techniquement viable" sans architecture ? Ne parlons même pas de synthèse technique. Les ingénieurs sont des experts dans leurs domaines respectif, mais quand il s'agit de former un tout et d'avoir une vision globale, on est bien content d'avoir un architecte.
La conception architecturale et technique est un tout. L'un ne va pas sans l'autre, la maitrise d'œuvre est un travail d'équipe. Les architectes qui pensent pouvoir se passer des ingénieurs sont aussi fous que les ingénieurs prétendant se passer d'architecte.
Publié : il y a 9 mois
Mr Berthier,

Non en Suisse par exemple, les architecte ne suivent pas les projets comme vous le précisez ou alors, les entreprises comme ECCOservices par exemple n'auraient pas lieu d'être....En effet, ce sont ce types d'entreprises qui interviennent sur le suivi d'exécution en Suisse que ce soit à Genève (CMU par exemple) ou à Lausanne sur les grands projets actuels.

Mr Bourguignon,

Je n'ai jamais précisé que l'architecte était inutile.....je vois passer multitudes de projets qui, sans les conseils de techniciens, ne seraient pas réalisables que ce soit financièrement que techniquement. Un projet est constitué d'une équipe dont fait parti l'architecte.....Sur le terrain, l'architecte peut constater le suivi architecturale mais ne me dites pas qu'il est un super technicien du béton ou autre. Chacun son métier....et pour finir, j'ai passé quelques années à constater des pathologies de la construction naissante suite à des non respects de la chaîne conception/exécution et parfois avec de très lourdes conséquences car le suivi n'était pas correctement exécuté. Je pense que pour le bien de l'avenir de la construction, chacun doit comprendre que le travail d'équipe est nécessaire, l'architecte en conception architecturale et respect des normes, les techniciens en conception et exécution. Ne pas oublier que la plus part des négligences sont supportées souvent par le client final et pour cela, c'est mon expérience d'expert judiciaire qui parle. Je suis donc bien d'accord avec vous sur le fait que l'un sans l'autre cela ne marche pas....mais faut-il encore que tous les acteurs veuillent bien l'admettre....
Publié : il y a 9 mois
Vous ne faites qu'hélas pointer la profonde incompétence et l'amateurisme manifeste d'individus apparemment non formés à la prise en charge de leurs propres responsabilités. Honte absolue significative d'une sous culture.
Publié : il y a 9 mois
Cher Monsieur Lefeuvre,
Je vous renvoie au contrat d'architecte suisse SIA, dont la mission totale prévoit aussi bien la coordination technique que la gestion des appels d'offre, la rédaction des marchés et la direction de travaux. Donc, si, les architectes suisses suivent encore souvent les projets comme je l'ai dit: conception, mise au point technique (avec l'appui des mandataires techniques, bien évidemment), appels d'offre et conduite de chantier (toujours au côté des mandataires).
Et pour vous éviter une réponse inutile, sachez que je suis architecte à Genève et que, pratiquant des deux côtés de la frontière franco-suisse, j'appréhende assez bien les différences culturelles dans l'art de bâtir. Là où il y a exigence de moyens en France, la règlementation suisse se fonde davantage sur une exigence de performances. Et là où tout le monde se réfugie sous les injonctions déresponsabilisantes des bureaux de contrôles en France, chaque concepteur, architecte ou ingénieur, reste totalement responsable de sa conception en Suisse. Ça ne signifie pas que l'architecte en Suisse est un super-technicien meilleur que les spécialistes. Simplement qu'il reste, encore assez souvent, le chef d'orchestre du projet, rôle qu'il a perdu de longue date en France. Et je maintiens que c'est une des raisons principales de la différence de qualité constructive entre la France et les pays européens que j'ai cités précédemment.
Publié : il y a 9 mois
Mr Berthier,

Veuillez trouver ci-dessous un extrait d'un article sur les architecte en Suisse :

1. L'ARCHITECTE EST-IL OBLIGATOIRE ?
La Suisse est un pays multiculturel avec ses particularités, ses quatre langues nationales et ses lois régionales. Ainsi il n'existe pas de loi Fédérale imposant l'utilisation d'un architecte pour la réalisation privée d'un bâtiment.
La liberté est laissée à chacun des 24 cantons de légiférer sur le sujet.
C'est pourquoi, dans certains cantons, l'architecte est obligatoire, mais dans d'autre le métier d'architecte n'est même pas protégé, ce qui signifie qu'un boucher peut ouvrir demain un atelier d'architecture et imprimer son papier à lettres avec le titre "Architecte ".
Nous vous recommandons donc de bien vous renseigner sur les références et les compétences de la personne que vous choisirez.
Devant le nombre de lois cantonales nous vous proposons de vous référer au site de la société Suisse des Ingénieurs et des architectes à l'adresse www.sia.ch. [ retour ]

2. QUELLE EST SA FORMATION ?
Heureusement au niveau de la formation, une unité Fédérale est en place, ce qui garantit à ses étudiants un niveau d'étude reconnu mondialement.
La première filière plus théorique se déroule au niveau d'une école poythéchnique (universitaire) dans les villes de Lausanne et de Zurich et amène au titre d'architecte EPF.
La deuxième filière plus axée sur la pratique se déroule dans une école d'ingénieurs et amène à l'obtention d'un titre d'Architecte HES ou ETS.
Les deux formations sont équivalentes et vous permettent d'exercer sans problème dans toutes la Suisse.[ retour ]

3. QUELLE MISSION PUIS-JE CONFIER A L'ARCHITECTE ?
L'architecte est capable de gérer un projet à 100 % depuis l'avant-projet jusqu'à la remise des clefs, ou bien de réaliser des prestations partielles de mandant selon les cas.
La normes SIA 102 vous donne une indication en % des parties de travaux prévues pour la réalisation d'un objet.[ retour ]

La SIA 102 précise la même chose et identifie les canton concernés. Et je vous confirme de part mon expérience que les architectes en Suisse ne suivent pas tous le projet en adéquation avec la mission qui leur est donné.

Quand au fait que vous défendiez la supervision de celui-ci sur les projets, je suis à votre disposition pour vous faire parcourir les multiples dossiers que je gère et ou j'intervient en tant que MOA , MOE et AMOA suivant ma mission. Vous seriez surpris...

Quand aux pays européens que vous cités, les règles de calculs et de constructions sont différentes pour chacun et c'est peut-être sur ce point là qu'il serait nécessaire de travailler. ex: la continuité électrique des aciers en Suisse..

Bien cordialement,
Répondre à ce sujet
Les architectes "profondément choqués" par les propos du Gouvernement
Menu
×