L'Etat assume soutenir l'électricité dans la RE2020

par BATIACTU il y a 2 mois
ÉNERGIE. L'administration, par la voix d'Olivier David, de la Direction générale de l'énergie et du climat (DGEC), assume encourager l'usage de l'électricité dans les bâtiments, le vecteur choisi pour remplir les objectifs carbone 2050.
Lire l'article sur Batiactu
28 réponses à ce sujet
Publié : il y a 2 mois
L'Etat ne soutient pas l'electricité, mais soutient EDF/Enedis et recompense leurs considérables efforts de lobbying. Preuve en est de cette revision aberrante de coefficient qui défie les lois de la physique, et encourage l'usage d'electricité provenant du réseau, au détriment de la performance energétique globale (deperditions en ligne). Consternant.
Publié : il y a 2 mois
Les lobbyistes du gaz avait imposé un coefficient aberrant pour torpiller l'électricité et indirectement le nucléaire. Maintenant on fait de l'électricité sans machine thermique (PV et éolien) il est donc normale de ne plus pénaliser l'électricité. La physique à ses lois et même les lobbyistes du gaz doivent les accepter.
Publié : il y a 2 mois
Janconvici donne des conférences sur l'énergie, il donne une approche purement scientifique avec chiffres à l'appuies... Exemple https://www.youtube.com/watch?v=JgSik0by8FY
Publié : il y a 2 mois
rien de choquant à condition d'être très exigeant sur le bbio
Publié : il y a 2 mois
Enfin un peu de bon sens
Publié : il y a 2 mois
Abaisser le coefficient d'énergie primaire pour l'électricité c'est pénaliser les énergies renouvelables.
Pour rétablir la balance, il fallait corriger les facteurs de prise en compte du gaz et non avantager l'électricité sur la base d'une projection de performance que nous n'attendrons peut-être jamais.
Publié : il y a 2 mois
Quand on ne tient pas compte de l'ensemble des éléments dans le calcul, c'est facile de nous faire prendre des vessies pour des lanternes.
A quand un vrai bilan carbone de l'électricité, scientifiquement objectif, et donc tenant compte de tous les paramètres
Mafieux, tricheurs, menteurs, stop !!!
Publié : il y a 2 mois
Pourquoi pas à condition de renforcer les exigences sur le bâti : isolation bio sourcés favorisée., maintien du niveau de l'étanchéité à l'air par des solutions durables ( membranes ou pare vapeur systématique), exigence plus important te sûr la ventilation et qualité de l'air ....
bref. Une maison saine , durable et performante dont la consommation ne dépend de pas des systèmes installés
Publié : il y a 2 mois
Pourquoi faire simple quand on peut faire compliqué....
Un habitat neuf et très isolé nécessite peu d'énergie pour se chauffer. Un chauffage électrique de qualité est économique à la pose, entretien zéro, pas de maintenance de chaudière ou de pompe à chaleur, pas de cuve de stockage de fuel ou de propane (dans les zones non raccordées au gaz de ville).
Enfin, pourquoi vouloir pénaliser la seule énergie qui ne soit pas importée et qui de plus reste la plus intéressante en terme d'émissions de CO2?
Je précise que je n'ai aucun intérêt particulier, ni dans une énergie, ni dans une autre.
J'essaie juste d'être pragmatique et simple!
Publié : il y a 2 mois
Il est vrai qu'en France (mais pas en Pologne ou en Chine...) pour limiter les émissions de CO2 il vaut mieux chauffer à l'électricité qu'au gaz.
Mais pour cela, il faut de l'électricité décarbonée en grande quantité et ce ne sont pas les éoliennes (arrêtées aujourd'hui ou il fait -5°C et qu'il n'y a pas de vent) qui feront le job. Il nous faut quelques centrales nucléaires supplémentaires.
Publié : il y a 2 mois
Pas trop étanches les bâtiments, il faut bien renouveler l'air intérieur.
Mais il faut ventiler en pression (VMI et pas VMC) pour que les "fuites soient des sorties et pas des entrées. Il faut alors aller chercher l'air dans un endroit tiède tant l'été (pour ne pas avoir besoin de climatisation) que l'hiver pour limiter la consommation de chauffage). Cet endroit, c'est le sous sol ou le vide sanitaire.
Publié : il y a 2 mois
Le chauffage électrique beaucoup moins cher que les chauffages centraux permet d'affecter ces économies à un renforcement de l'isolation. C'était déjà le cas dans les années 1970, au même prix global, les maisons "tout électriques" étaient isolées et en double vitrage pendant que celles chauffées au fuel ne l'étaient pas.
Publié : il y a 2 mois
Ce godillot obéit bien sagement aux consignes de son 1er ministre pro-nucléaire (pour ceux qui ne le savent pas, E.Philippe a été lobbyiste parlementaire pour Areva, chargé des relations avec l'assemblée) pour garder son poste où ce dernier l'a nommé. Vu que en même temps, ce gouvernement encourage la mobilité électrique à toutes les sauces, on voit parfaitement le plan du fait accompli qui nous condamnera à construire les 6 EPR pour assurer l'approvisionnement électrique.

Rappelons que Selon les calculs précis de l'Ademe, 1KWh électrique en période de chauffage (230 jours/ an, en moyenne) contient plus de C02 que 1KWh de gaz naturel.

Sur le fond, c'est une reculade sans précédent, qui va nuire encore une fois aux plus précaires dans la mesure où elle va encourager la construction de logements sociaux à moindre coût, comme ça a déjà été le cas auparavant.

Rappelons quelques chiffres essentiels :

- dans un logement bien isolé, la 1ere dépense d'énergie n'est plus le chauffage mais la production d'eau chaude et l'espérance de vie et la médiocre performance des ballons thermodynamiques n'engendrent qu'une économie réelle dérisoire !

- comme les moteurs de calcul réglementaires ne tiennent peu compte des périodes de surchauffes (le calcul de la tic est un vaste enfumage) la consommation de clim. va encore progresser !

- en 20 ans le prix de l'électricité a pratiquement doublé avec une progression actuelle de 4.7 %/an et les scénarios envisagent 7%/an. ce qui ferait 0.39€/KWh dans 10 ans.

conclusion : sachant que ce sont les foyers avec des enfants qui consomment le plus d'eau chaude et de climatiseurs mobiles (source: Crédoc) ... Je vous laisse a vos conclusions !

PS/ Cette politique du tout élec. a déjà été faite puisque 30% des logements actuels sont en tout électrique ... aujourd'hui 20% des français sont en précarité énergétique.
Publié : il y a 2 mois
Certes, le chauffage électrique pourrait être une bonne solution ... Mais seulement pour des bâtiments passifs (moins de 15 kWh / m² / an pour le chauffage). En neuf, c'est facile (certaines des maisons que j'ai conçues sont à 7/8 kWh / m² / an). Je ne crois néanmoins pas du tout que nous sommes partis pour atteindre ce niveau de performance sur tous les bâtiments existants. Techniquement, c'est possible (je l'ai déjà fait pour certains de mes maîtres d'ouvrage). Mais n'oublions pas qu'il n'y a à l'heure actuelle aucune obligation dans ce sens. Ce n'est pas demain la veille que tous nos bâtiments deviendront vertueux. Donc, le chauffage électrique reste et restera encore longtemps une catastrophe économique et écologique.
Publié : il y a 2 mois
Pour le gaz, le calcul est simple: une molécule de méthane (gaz de ville: CH4) se combine avec 2 molécules d'oxygène 2O2) pour donner 1 molécule de gaz carbonique (CO2) et deux molécules de vapeur d'eau (2H2O). Le méthane à un pouvoir calorifique inférieur (sans condensation de la vapeur d'eau) de 50 MJ/kg (13,9 kW.h/kg) et un pouvoir calorifique supérieur (avec condensation de la vapeur d'eau) de 55 MJ/kg (15,3 kW.h/kg)
CH4 + 2O2 => CO2 + 2 H2O
16 g + 64 g => 44 g + 36 g + 800 à 880 kJ (0,22 à 0,24 kW.h) soit 183 à 200 g de CO2/kW.h auxquels il faut ajouter les émissions générées par l'extraction, le transport et ses moyens, la distribution, les relevés, la construction et l'entretien de la chaudière... Le "bon chiffre" doit être de l'ordre de 300 g/ kW.h.
L'électricité nucléaire est à 12 g, l'électricité éolienne à 11 g, l'électricité solaire à 45 g, l'électricité gaz à 490 g, l'électricité charbon à 820 g l'électricité moyenne produite en France aujourd'hui: 114 g.
Quand la physique peut répondre à vos interrogations, utilisez la, sinon restez discrets car vous n'avez pas les compétences...
Publié : il y a 2 mois
Pour Ludovic qui de par sa formation doit connaître les lois de la physique: un coefficient de 2,3, signifie un rendement de 1/2,3 = 44,5 % ceci ne me parait pas choquant pour des turbines à vapeur à plusieurs étages, avec condenseur et des alternateurs refroidis à l'hydrogène.
Publié : il y a 2 mois
M. Guérin, vous faites la même erreur que M. Ladevèze. Malheureusement pour vous, et votre raisonnement basé sur du pseudo calcul scientifique, personne ne peut dire sérieusement quel est le bilan carbone de l'électricité d'origine nucléaire, sauf à vouloir entuber le passant inculte.
En effet, personne ne sait puisqu'il faudra attendre quelques milliers d'années pour y voir clair. La gestion des déchets est incertaine et très mal maîtrisée, le démantèlement des centrales est à l'état de balbutiement. Quant aux risques d'autres Tcherno ou Fuku, n'en parlons pas, car nous ne savons rien sur l'avenir, sauf que statistiquement parlant, il y a de fortes raisons de penser qu'il y en aura d'autres. La seule chose qui est sûre avec le nucléaire, c'est qu'on est au stade de Mickey dans le merveilleux dessin animé de Disney. La seule différence, c'est que dans notre monde réel, il n'y a pas de maître magicien pour venir nous sauvez du désastre en cours. Alors, continuez à faire l'autruche ...
Publié : il y a 2 mois
Il vaut mieux considérer les chiffres de l'ADEME que ceux de Wikipedia si je peux me permettre. Les études montrent que le nucléaire rejette 66 gCO2/KWh contre 443 gCO2/KWh pour le gaz qui n'est absolument pas compétitif.
La meilleure alternative parmi toutes celles existantes est l'énergie solaire (moins intermittente que l'éolien et pouvant être installée partout) qui rejette en moyenne d'après plusieurs ACV 32 gCO2/KWh.
De plus, le cout de production de l'énergie solaire est trois fois moins élevé que celui du nucléaire. Peu de politiques se soucient de développer le solaire à plus grande échelle dans notre pays pro-nucléaire et pourtant, des économies d'échelles colossales pourraient être réalisées si on commençait déjà à installer de façon systématique du solaire thermique et photovoltaïque sur les toits des bâtiments dans nos villes. Aujourd'hui on est encore très loin du compte alors que nous savons technologiquement comment créer des Grid de mix énergétique extrêmement performants.
Développons le solaire thermique et photovoltaïque dans nos villes et limitons les milliards d'argent public engloutis dans la fission nucléaire.
Publié : il y a 2 mois
Bonjour à tous.
Le solaire (je préfère le thermique au photovoltaïque car il n'y a pas de panneaux en silicium mono cristalin à recycler) est simple et pas très cher pour produire de l'électricité. Son problème est que l'électricité ne se stocke pas et qu'il faut donc la produire en même temps qu'elle est consommée. Il faut donc stocker l'électricité solaire si l'on souhaite la substituer à des centrales thermiques (charbon, gaz, fuel, nucléaire, tourbe...) et c'est la que ça devient très cher car il faut des batteries (très chères, peu durables et très polluantes à produire) ou transformer l'électricité en hydrogène (avec un très mauvais rendement de l'ordre de 35%) pour ensuite produire de l'électricité avec des piles à combustible (rendement 60%) ce qui multiplie le prix de production par 5... Il est plus efficace (50%) d'utiliser des STEP (barrages à 2 réservoirs haut et bas) dans lesquels on fait monter l'eau quand il y a trop d'électricité et redescendre aux heures de consommation. Mais il faut les sites pour cela. Les falaises normandes seraient une bonne idée: il y a de la place en haut, et en bas, le réservoir est infini...
Publié : il y a 2 mois
Plus rentable que de bousiller un site classé : faire pédaler les chômeurs 8 heures pas jour pour remonter l'eau .... Je plaisante, bien sûr !
Bon, on pourrait les faire aider par des politiciens, des hauts fonctionnaires, des ministres, députés etc .... Au moins, ils seraient utiles à qqch.
Publié : il y a 2 mois
Pour Francis:
Il en faudrait beaucoup car un cycliste qui roule souvent sans être un professionnel peut au mieux développer 100 W pendant 8 heures par jour soit 0,8 kW.h par jour.
Une tranche de centrale électrique de 1.300 MW produit: 1.300.000 kW * 24 heures = 31.200.000 kW.h par jour soit l'équivalent de 39 millions de "pédaleurs": la moitié de la population française pour produire l'équivalent d'une seule tranche de centrale...
et avec un prix du kW.h à 0,15 € cela ferait un salaire de 0,12 € par jour pour les "pédaleurs": 0,015 € de l'heure: 1,5 centimes de l'heure... Mais ça occuperait du monde...
Publié : il y a 2 mois
Le chauffage par PAC (pompes à chaleur) qui utilisent l'électricité au minimum de consommation est de très loin la solution optimale, face au gaz notamment car elle n'entraine aucune émission de GES en France.
Les auteurs du texte de la RT2012 s'étaient fait arnaquer par les gaziers, dont le lobby est intense et souvent à la limite de la légalité (cf. Engie et ses condamnations pour harcèlement téléphoniques).
Espérons qu'ils ne se laisseront pas avoir une nouvelle fois . C'est cependant à craindre, quand on lit qu'ils se réfèrent à Négawatt, association antinucléaire (donc anti-électricité) qui déclare que le "meilleur kWh est celui qu'on ne consomme pas" : allez le dire aux petits vieux qui se gèlent pour économiser le chauffage.
Publié : il y a 2 mois
Pour M GUERIN, lorsque vous comparez l'impact carbone du gaz avec d'autres énergies est-ce que dans les 12 g du nucléaire, vous prenez en compte, de la même manière que pour le gaz, l'impact de l'extraction du minerai, son conditionnement/transformation (je ne suis pas un spécialiste), son transport, l'impact de la construction et entretien des centrales, le retraitement du combustible, le stockage des déchets et le démantèlement des centrales? Il en va de même pour les autres énergies évidemment. Je pense que lorsque l'on compare des choses il faut le faire de la même manière pour toutes. Et lorsque l'on annonce des chiffres/données (cela vaut pour tout le monde) c'est bien de citer les références/sources....Je vous invite à lire les articles de BUILD GREEN https://www.build-green.fr/
Publié : il y a 2 mois
Tout à fait d'accord aussi avec Yannick Pineau.
Quand fera t'on les choses sérieusement ?
Publié : il y a 2 mois (Édité)
A Yannick Pineau, vous avez entièrement raison, tous ces inconditionnels du nucléaires répètent panurgiquement les chiffres des industriels ... c'est à dire le coût environnemental marginal et en aucun cas le coût environnemental global ou total qui n'est pas maitrisé .
Publié : il y a 1 mois
Réponse à Gérard Student
1) La durée de vie en bon état des PAC est une grande inconnue. Sauf pour ceux qui les fabriquent, les vendent et les installent... mais évitent de les entretenir.
2) Vous devriez vous renseigner avant d'affirmer que NégaWatt est anti-nucléaire. Dans son dernier rapport, l'asso intègre largement l'électricité nucléaire dans son scénario de transition énergétique.
Publié : il y a 1 mois
Voilà ce qu'on trouve sur le net : "Selon l'AFPAC (Association Française pour les Pompes à Chaleur), une PAC dispose d'une durée moyenne de vie de 15 ans, sous réserve que le matériel soit installé par un installateur ayant le label QualiPAC et fasse l'objet d'un entretien régulier".
J'aime bien le "sous réserve" car dans la pratique, beaucoup de PAC sont mal installées, mal entretenues et fonctionnent avec trop de courts cycles.
Mais même à 15 ans, vu l'investissement et les coûts de maintenance et d'entretien, ça ne tient pas la route en temps de retour face à un simple poêle à granulés dans une maison BBC digne de ce nom. Et ça ne tient même pas la route face à des radiateurs électriques : c'est un comble ! les PAC, c'est tout juste rentable pour des bâtiments énergivores, mais il y a d'autres solutions ....
Publié : il y a 4 semaines
Les maisons passives et bioclimatiques sont pénalisées par le moteur RT 2012, merci de le changer. C'est très pénible d'avoir 300 % d'erreur par rapport à la réalité. Pire des maisons des maisons BEPOS pourraient même être des classes B dans ce moteur. On rêve ! Il est temps de mettre l'isolation, le bioclimatisme, la double flux et le chauffage minimaliste en avant ! Je propose de prendre un moteur phpp à la place du moteur RT 2012 ! Il ne fonctionne pas !
Répondre à ce sujet
L'Etat assume soutenir l'électricité dans la RE2020
Menu
×