L'Etat veut doper l'industrialisation dans le Bâtiment

par BATIACTU il y a 3 mois
RAPPORT. Lors du salon Batimat, le ministre de la Ville et du Logement, Julien Denormandie, s'est vu remettre par Robin Rivaton un travail sur les apports du numérique dans la construction. Il a insisté sur l'importance de développer une filière française forte de construction industrialisée.
Lire l'article sur Batiactu
6 réponses à ce sujet
Publié : il y a 3 mois
L'idée n'est pas nouvelle Faire des constructions à l'Américaine peu voire pas adaptés à nos climats, avec une durée de vie limitée tout en restant hors de prix. C'est l'AVENIR ! et c'est écoresponsable !
Publié : il y a 3 mois
Ravi d'avoir assisté hier à cette intervention qui vas dans le bon sens. C'est exactement ce qu'il faut faire pour remettre des emplois en France et construire mieux. La préfabrication est un moyen pour répondre plus rapidement et de façon plus qualitative à la RE2020, tout cela en ayant moins de sinistres et de pallier au manque de plus en plus important de main d'œuvre qualifié. Cela permet de mieux payer les artisans sur le chantier afin que leurs taches soient uniquement des taches a valeur ajoutée bien rémunéré (ex : préfabrication des pieuvres électriques = 1 jour pour câbler une maison de 80m2. mon électricien me facture 2000€ par maison et il est ravi car il n'y passe de 20h !!! ça me coute moins cher et mon chantier avance plus vite, tout le monde est gagnant ). Cela permettra aussi de passer à la construction 3D avec tous les avantages que cela comporte > moins de risque, plus propre, plus écologique…et au final meilleur marché
Publié : il y a 3 mois
Industrialisation vaut dire marcher des géant du BTP. C'est ça la création d'emploi?
Construction jetable était-elle écoresponsable?
C'est vraiment prendre les gens pour des ….
Publié : il y a 3 mois
Je sais pas pourquoi, ça me rappelle quelque chose… Ah oui, ça me revient, la construction "industrialisée", chemin de grue, préfa, des ZUP des années 50/60...
Belle référence!! Quand est-ce que l'on comprendra qu'une construction n'est pas un bien comme les autres, c'est fait dans un site, à chaque fois différent et ça dure au moins 50 ans (souvent bien plus…). Donc aujourd'hui ça va être même erreurs, même conséquences quand on fera le bilan dans 20 ans...
Publié : il y a 3 mois
Il n'y a pas d'incompatibilité entre la prise en compte du site, et la fabrication du bâtiment hors site.
De plus l'industrialisation n'est pas incompatible avec la variété et l'esthétisme.
Les échecs des années 60 siont pris en compte depuis longtemps, ça s'appelle l'amélioration continue. Depuis les techniques ont évolué notamment dans la conception et le 3D. Il serait temps de se mettre à la page, et d'arrêter de suivre les trains.
Publié : il y a 3 mois
Principe de sécurité sanitaire: https://www.senat.fr/rap/r07-176-1/r07-176-11.pdf
Déontologie, recherche, évaluation: https://www.senat.fr/compte-rendu-commissions/20170724/opecst.html
Malgré les nombreuses auditions et rapports sur les problèmes sanitaires posés par la pollution chimique de l'air intérieur, le virage de l'innovation de la filière se prépare dans le mépris le plus total de la protection des jeunes générations.
L'ANSES a validé et fait paraître en 2018, sans grande publicité, une mise à jour des VGAI pour le formaldéhyde (https://www.anses.fr/fr/content/valeurs-guides-de-qualit%C3%A9-d%E2%80%99air-int%C3%A9rieur-vgai). Pour la population en général, la VGAI à long terme (10 µg/m3) est purement et simplement abandonnée, au profit d'une unique VGAI à court terme (ancienne VGAI à court terme 50 µg/m3, nouvelle 100 µg/m3 ).
En page 15 de ce document, il est indiqué que les deux études (Lang et al. (2008) et Mueller et al. (2013)) « de bonne qualité » sur lesquelles l'ANSES a décidé de s'appuyer pour élaborer son avis, ont été « financées par des consortiums industriels (producteurs et utilisateurs de formaldéhyde) » (en page 43 le nom de ces industriels est précisé).
La survenue de cet évènement extrêmement grave doit-être analysée.
Il faut confronter cette analyse à l'apparition de toute une dynamique commerciale autour de l'épidémie d'allergies qui ravage nos pays industrialisés (http://www.assemblee-nationale.fr/13/rap-off/i2141.asp, voir page 132 du document pdf), qui implique non seulement la filière du bâtiment, mais également le domaine de la santé.
Répondre à ce sujet
L'Etat veut doper l'industrialisation dans le Bâtiment
Menu
×