L'Europe met en demeure la France de réformer le label RGE

par BATIACTU il y a 6 mois
INJONCTION. L'Union européenne demande à la France de réformer son label "Reconnu garant de l'environnement" (RGE). Alain Maugard, copilote du plan de rénovation énergétique des bâtiments, réagit pour Batiactu .
Lire l'article sur Batiactu
45 réponses à ce sujet
Publié : il y a 6 mois
le salut viendra t'il de l'Europe !!!
Publié : il y a 6 mois
C est surtout que le label n est pas gage de qualité
Label donné trop facilement sans controle
Publié : il y a 6 mois
le label oui , mais l'ingérence de qualibat dans le label outre la charge financière disproportionnée , n'a jamais été un gage de qualité. Un certificat d'aptitude désintéressé serait un meilleur gage de qualité.
Quant à attendre une amélioration venant du mercantilisme européen, ne soyons pas stupides à ce point.
Publié : il y a 6 mois
le label est une rente de situation pour Qualibat et son mode d'obtention ne garantit en rien l'aptitude de l'entreprise à répondre correctement à des questions thermiques et/ou environnementales. C'est une tenaille: les entreprises sont raquetées et les clients n'ont aucune garantie réelle de qualité. Il y a arnaque sous roche ou peu s'en faut.
Publié : il y a 6 mois
Alain Maugard a raison. La commission européenne ne manque pas d'air à parler de "distorsion de concurrence", elle qui fait tout pour encourager le dumping social, créant ainsi les conditions d'une concurrence totalement distordue au détriment de la qualité des travaux et de la valeur ajoutée qu'apportent les vrais savoir-faire. Que ceux qui soutiennent cette attaque réfléchissent 2 minutes aux conséquences à plus ou moins court terme sur leur propre activité et sur leurs propres conditions d'exercice.
Publié : il y a 6 mois
la commission se positionne clairement en porte parole du lobby des prestataires de main-d'oeuvre, lesquels sont tout sauf des entrepreneurs mais des destructeurs de savoir-faire, et à terme du savoir tout court !
Même si ce n'est toujours le cas, Alain Maugard a raison sur ce point.
Mais il faudra quand même interrogé l'échec relatif de la RGE par partie pour réintroduire la notion d'approche globale de la rénovation si l'on veut construire un vrai argumentaire.
Publié : il y a 6 mois
Bon débarras à ce Label RGE, Je suis vraiment satisfait de la réponse de l'Europe à ce sujet. Cela fait 6 ans que je travaille dans le bâtiment et dans le domaine de conformité et je vois une qualité de travail qui n'avance pas ! Le RGE ne sert pas à grand-chose. Je serais à mon gout et dans l'urgence que déjà le gouvernent , oblige une qualification obligatoire pour les maçons , car la plus par des entreprises ne sait pas ferrailler une maison dans son montage.
Publié : il y a 6 mois
Ce qui est sûr c'est que le salut ne viendra pas de l'Europe, pardon de l'UE.
Dans ce cas, elle applique les art 101 et 102 du TFUE, qui concerne la soit-disante ''Concurrence libre et non faussée????'' qui entraine toutes les dérives. Voir les travailleurs détachés: toujours faire au moins cher sans se soucier des conditions et des résultantes (chomâge, fermeture d'usines, etc...) Renseignez-vous sur les sites vous expliquant comment fonctionne l'UE, et vous comprendrez pourquoi il n'y a rien à attendre de l'UE.
Publié : il y a 6 mois
Il est temps que l'Europe mette un bon coup de pied dans les labels et certifications obligatoires que l'on retrouve qu'en France, histoire de financer quelques fainéants dans des services publics qui se promènent à travers le pays et qui pompent le peu de bénéfices que les TPE peuvent faire, si d'aventure ils ne sont pas obligé de faire de la sous-traitance qui les laminent très rapidement.
Ce sont des TAXES déguisées dont on ne parle jamais et de plus est, je ne connais aucune certification obligatoire sérieuse et elles sont toutes sans exception initiés par une petite bande d'escrocs qui manipulent les fonctionnaires pour leurs seuls intérêts. La MERDE IN FRANCE est bien plus grave qu'il n'y paraît.
Publié : il y a 6 mois
Je pense que le problème vient de la formation en premier , beaucoup s'installent artisans à la chambre des métiers parce qu'ils sont travaillés dans une entreprise .Mais le problème, c'est qu'il s'installe souvent avec la mauvaise formation et de l'expérience transmise non correcte.
Publié : il y a 6 mois
Bizarre cette attaque au label RGE,
C'est aujourd'hui le seul qui en partie, peux rassurer le client
Que n'importe qui, ne l'obtienne pas facilement , c'est tant mieux, cela évite des déconvenues aux clients finaux
On assite déjà a un grand "n'importe quoi" avec certains "improvisés" entrepreneur pour ne pas nous pénaliser encore avec une ouverture vers d'autres membres qui n'ont pas du tout, la même approche des métiers techniques
Pourquoi ne pas remettre en cause également la norme NF tant qu'on y ai?
Publié : il y a 6 mois
On ferait mieux de se préoccuper du travail détaché opéré par certains qui n'ont que des notions de rentabilité et non de qualité
Publié : il y a 6 mois
ce système pose en France un problème : le cout est le meme que vous soyez artisan sans salariés ou entreprise de 50 salariés ou plus
Publié : il y a 6 mois
Une centralisation et une planification par le "SYSTÈME RGE"....
Fini Mr MAUGARD et Cie...
Enfin la meilleur nouvelle de l'année ! Bravo à l'union européenne !!! Et oui pour cette Europe qui nous espérons dans sa démarche, contre la centralisation des "sur-compétences RGE" de l'ingénierie et/ou de la centralisation et planification des "sur-qualifications RGE" des entreprises du bâtiment .
Quand on planifie l'organisation économique du bâtiment, par une véritable escroquerie sous un "pseudo label RGE de l'incompétence", il faut bien avouer que l'on se retrouve face à une mafia bien huilée !!! Bravo à l'Union Européenne !
Publié : il y a 6 mois
et non l'europe n'a pas tort, l'europe a raison
les pseudo exigences de ce label sont totalement faites pour fermer le marché
c du protectionnisme déguisé
Publié : il y a 6 mois
C est la qualité des chantiers qu'il faudrait contrôler. Pas celle des entreprises. Rien que d utiliser de la laine de verre c est pas de la qualité d isolation DE TOUTES FACONS !!
Publié : il y a 6 mois
RGE et Qualibat ne garantissent rien de la qualité d un chantier puisqu il n est pas contrôlé systématiquement après sa réalisation. Et vous voulez des photos de chantiers à 1€ faits à la hussarde par le "système" mis en place par EDF par exemple ?
Publié : il y a 6 mois
Pour avoir suivi les formations en Capeb, je suis étonnée des remarques faites et réaliser les dossiers administratifs sans parler des frais liés , les labels ne sont pas "donnés" loin de là, quant aux contrôles nous en avons eu 1 de 4 heures pour une maison d'habitation lambda où tout a été passé au crible y compris justifier de notre proposition commerciale compte tenu du bilan global énergétique initial avec priorités de travaux, les gains énergétiques suite aux travaux, audit des clients....Avec Chiffres et factures énergétiques à l'appui!
Pour ce qui est de la maçonnerie il s'agit d'un métier dit protégé donc obligation de qualification et expérience professionnelle....Il peut toujours exister des personnes mal ou pas formées qui interviennent au sein d'une entreprise, ou pire mal intentionnées mais tous les maçons, sans exception, apprennent le ferraillage qui relève très souvent de protocole issu soit d'une étude plancher ou béton.
Dans le cas présent l'UE ne voit qu'une ouverture ultra concurrentielle des marchés au profit des " prestataires de services" ( parfois peu scrupuleux qui font sans doute pression) dont le seul objectif est de s'engouffrer dans un marché qui leur soit plus que juteux en se dédouanant de toute contrainte , alors même qu'il est recherché un professionnalisme avec des résultats à la hauteur de l'argent public FRANÇAIS investi.
Si les entreprises étrangères veulent se positionner sur ce marché elles font comme leurs petits copains français: font les formations et valident les qualifs
Pour ce qui est de l'UE vaste fumisterie.
Publié : il y a 6 mois
Plus que l'on ne parle d'emplois , si l'on veut faire de la qualité tout en préservant le travail dans ce pays , il y a un métier, c'est maitre d'œuvre ! Si l'on veut faire de la qualité sur du neuf par exemple pourquoi ne pas obliger l'obligation de la maitrise d'œuvre. Cela créera de l'emploi aussi et bien sûr obliger la vérification de compétence pour certains métiers du bâtiment histoire de faire un Update.
Il faut arrêter l'auto-construction je pense. Il faut arrêter de donner des autorisations à la chambre des métiers à des personnes sans vérifications et pour leurs justes expériences.
La qualité se fera par la formation et la bonne !
Publié : il y a 6 mois
Mme Maussion , pour avoir parcouru toute la Méditerranée et au nombre de maisons que j'ai contrôlées, le retour que j'ai de ses 6 ans, c'est qu'il y a un grand problème dans le bâtiment. Je pense qu'il faut arrêter pour certains métiers de donner des autorisations sans diplômes de CFA minimum . Les expériences ne suffirent pas , surtout pour quelqu'un qui était manœuvre et qui se jette a la chambre des métiers en sortant sa fiche de paie avec marqué 4 ans de travail.
Publié : il y a 6 mois
Je ne comprends pas que pour être ambulancier , il faut être titulaire d'un diplôme d'État et que pour être maçon, presque rien n'est requis ( petite expérience sur fiche de paie ) alors que le risque mortel et financier et très important. Il y a pas un problème ?
Publié : il y a 6 mois
Mais qu'importe qu'il sache maçonner ou non , s'il veut s'en sortir, l'artisan doit d'abord être un Expert comptable ! Et si on en revenait au "bon sens" au lieu de se palucher sur des règles issues de loobies. C'est tout le système comptable, les mille ennuis fiscaux et le fatras des directives administratives qui oblige à causer "fric" avant de causer "boulôt". Avec à la fin, chacun qui cherche à combler sa trésorerie plutôt que s'occuper du chantier.
Publié : il y a 6 mois
je pense que le label RGE est effectivement une distorsion de concurrence. Il favorise les grandes entreprises et empêche les artisans TPE de pouvoir travailler. Le label coute chère et il en faut un par type de travaux. pose de chaudière bois, pose de chaudière gaz, pose de pompe à chaleur etc.
Le label RGE ne garantie pas la bonne réalisation des travaux car c'est UNE personne de l'entreprise qui à suivi la formation et pas forcement celle que l'on retrouvera sur le chantier. Pour moi la bonne solution serait d'avoir une formation diplômante, Le diplôme validerai la compétence de la personne effectuant les travaux. Ce qui n'empêche pas les audits pour éviter les dérives.
De plus demander des exemples de réalisations pour obtenir le label empêche un débutant d'obtenir le label, car sans label RGE pas de chantiers, donc pas d'expérience,donc pas de Label, donc etc ....
Publié : il y a 6 mois
je pense que le label RGE est effectivement une distorsion de concurrence. Il favorise les grandes entreprises et empêche les artisans TPE de pouvoir travailler. Le label coute chère et il en faut un par type de travaux. pose de chaudière bois, pose de chaudière gaz, pose de pompe à chaleur etc.
Le label RGE ne garantie pas la bonne réalisation des travaux car c'est UNE personne de l'entreprise qui à suivi la formation et pas forcement celle que l'on retrouvera sur le chantier. Pour moi la bonne solution serait d'avoir une formation diplômante, Le diplôme validerai la compétence de la personne effectuant les travaux. Ce qui n'empêche pas les audits pour éviter les dérives.
De plus demander des exemples de réalisations pour obtenir le label empêche un débutant d'obtenir le label, car sans label RGE pas de chantiers, donc pas d'expérience,donc pas de Label, donc etc ....
Publié : il y a 6 mois
J'ai suivi la formation pour devenir RGE car je suis gérante d'une entreprise générale du bâtiment, à l'époque, j'étais conductrice de travaux dans le gros oeuvre surtout en rénovation. On nous demande davantage administrativement au lieu de faire véritablement notre métier, ce qui a de quoi vous dégoûter de votre profession. Je considère qu'il faut savoir travailler dans les règles de l'art avant de payer une somme non négligeable à une qualification qui, de toute façon, vous sera délivrée même si votre travail n'a pas été fait correctement pour la simple raison que vous aurez payé la qualification. C'est une parenthèse exprimée. L'Union européenne est loin de nos DTU qui sont largement plus draconien que la norme CE qui pour moi est vraiment limite en qualité, désolé de dire cela, je préfère poser des parpaings de norme NF que de la norme CE. Au lieu de demander des comptes à la France, ne faudrait-il pas que chaque état regarde leur norme avant d'incriminer notre système de réglementation ? Le label RGE a des lacunes mais elles sont modifiables, non ?!!
Publié : il y a 6 mois
Bonjour, je suis artisan plaquiste, je pense que ce label RGE n'est pas pour le respect des règles de l'art, car nous pouvons le faire sans label car même un mauvais professionnel peut " acheter" ce label.
Moi je pense plutôt que c'est encore une pompe à fric imputé aux entreprise et encore dans ma profession un seul label RGE suffi mais quand je vois se qu'il faut à une entreprise de chauffage ce qu'il faut payer pour pouvoir travailler c'est inadmissible!
Publié : il y a 6 mois
Je l'ai dit depuis le début : le label RGE (et avec lui la qualité qu'il est sensé produire) ne fonctionnera que si, en amont des travaux, il y a un vrai diagnostic avec prescriptions, et si, après travaux, il y a un contrôle de type consuel.
Publié : il y a 6 mois
Nous devrions avoir à lire la demande de l'UE pour pouvoir nous forger une opinion. Ne livrer que la réaction du général Maugard, n'est-ce pas participer à une propagande mafieuse ?
Publié : il y a 6 mois
Monsieur Maugard, merci de défendre la compétence contre la concurrence
Publié : il y a 6 mois
En accord avec d'autres commentaires, un label ne suffit pas pour obtenir de bons résultats. En France on a trop tendance à se passer de maîtrise d'oeuvre, cela est sans doute dû à la position de Entreprises Générales. Pour les travaux de rénovation énergétique, comme pour les travaux de mise en accessibilité, ou les travaux de mise en sécurité, il est nécessaire d'avoir un maître d'oeuvre qui assure la compatibilité de ces travaux avec les autres contraintes du bâti en question, ce qu'un professionnel pointu dans son domaine ne peut dominer. Après c'est la compétence du maître d'oeuvre qu'il faut vérifier .
Publié : il y a 6 mois
Bonjour
moi ce qui me gêne c'est qu'il y ait à payer un organisme qui décide des accords du label RGE, quels intérêts aurait Qualibat de refuser un candidat car par logique ça fera moins d'argent dans leur caisse. On ne peut pas être juge et partie prenante !!! donc on se retrouve avec des gens qui ont le label sans réelles compétences. Nous sommes RGE car on ne peut pas faire autrement sinon nos clients perdent le CI mais franchement, quand je vois des grosses boîtes en face de nous, RGE également, qui ont fait monter un dossier par une secrétaire ou un chargé d'affaires et puis ils mettent une équipe sur le chantier qui n'y connait rien !!! j'ai vu des ITE sur des immeubles fait par une grosse boîte RGE et bien il faut voir le boulot pour le croire !!! et bien ils sont toujours RGE malgré une procédure et une condamnation !!
Publié : il y a 6 mois
Des exemples d'entreprises RGE qui font n'importe quoi, ça court les rues. Mon voisin fait réaliser une extension par un CMI : bonjour la qualité du boulot et particulièrement en ce qui concerne l'isolation. Pourtant les camionnettes affichent fièrement les labels !
Publié : il y a 6 mois
Mr Lemoine,
J'ignore quel type de maisons vous contrôlez, qui les a construites et les conditions d'exécution, niveau des prestations ou même le budget (souvent déterminant, les bons ouvriers n'ayant aucune peine à bien se vendre)...
Je ne peux parler que de ce que je connais et suis plutôt réservée sur le gage de qualité d'un seul CAP maçon en CFA BTP. L'expérience est indispensable n'est ce pas en forgeant qu'on devient forgeron?
Malheureusement le constat est le même dans beaucoup de secteurs d'activités: Les véritables impliqués et passionnés se sont raréfiés au profit d'éléments mis sur cette voie de garage qu'est devenue l'apprentissage.......A cela s'ajoute les évolutions de société et aux adaptations qui s'en sont suivies des centres de formations afin de pouvoir accueillir un minima de candidats leur permettant le maintien des cessions. Ce qui répond grandement à votre dernier questionnement. Il faut être aussi positif à tout mal son antidote: la formation continue est un bon traitement.....
Par contre je puis vous assurer que vous ne pouvez vous installer en maçonnerie sans diplômes et un minimum d'expérience cumulés: ni chambre de métiers, banque, assurance ne vous suivraient de toute façon. Notre agent d'assurance d'ailleurs demande diplômes, qualifications, expériences de notre personnel dont nous devons justifier....
Croyez bien que les assureurs font en sorte de limiter l' exposition de leur compagnie à la sinistralité.
De tout temps il y a eu ( seul les bâtis de belle manufacture ont traversé les âges) et y aura encore des malfaçons quel qu'en soient les origines: méconnaissance, cupidité ou irrémédiable incompétence; mais Il ne faut pas regarder la queue du peloton mais ceux qui sont en tête et au minima tenter de les rejoindre...
En effet des entreprises sérieuses et les travaux bien réalisés, hélas, on en entend pas parler et c'est décevant, par contre des gorges chaudes sur ceux mal réalisés et les entreprises mal intentionnées ne doivent pas servir à discréditer ce qui ne partait que d'une bonne intention...
Si vous vous maintenez sur un niveau de qualité vous n'aurez rien à craindre de la catégorie dont vous parlez et qui finira par se prendre les pieds dans le tapis..; vous n'aurez ni la même clientèle ni les mêmes chantiers, c'est tout.
Publié : il y a 6 mois
Je suis artisan et je pense que le label RGE est une vaste foutaise, j'en ai pour preuve des travaux réalisés chez ma mère, une entreprise Française qui fait intervenir des travailleurs détachés. Un travail totalement inacceptable, isolation à un euros bien sûr... Dossier que je suis en train de mettre au tribunal, les mal façons dépassent l'entendement, coupe à 20 cm des murs, découpe de l'isolation autour des placards, donc les portes n'ouvrent plus, une cheville par plaque, coupes plus qu'aléatoires etc etc... Bertrand Corazza.
Publié : il y a 6 mois
Je suis artisan et je pense que le label RGE est une vaste foutaise, j'en ai pour preuve des travaux réalisés chez ma mère, une entreprise Française qui fait intervenir des travailleurs détachés. Un travail totalement inacceptable, isolation à un euros bien sûr... Dossier que je suis en train de mettre au tribunal, les mal façons dépassent l'entendement, coupe à 20 cm des murs, découpe de l'isolation autour des placards, donc les portes n'ouvrent plus, une cheville par plaque, coupes plus qu'aléatoires etc etc... Bertrand Corazza.
Publié : il y a 6 mois
Que dire de ces entreprise qui ont fleuries et qui injectent de l'isolant directement sous les couvertures ? La ventilation sous toiture, ils s'en foutent. Les freins vapeurs idem .... Et pourtant ils sont maugarisés !
Publié : il y a 6 mois
On veut unifier les critères de performance énergétique depuis le cercle polaire artique jusqu'au tropique du cancer (en plus d'unifier les modèles économiques alors qu'ils ne sont que expérimentaux et non prédictifs). Dans un cas, on se gèle dehors 9 mois par an, dans l'autre on a trop chaud tout le temps.
D'abord qu'on nous confirme que ce sont les bâtiments qui plombent les taux de CO2 (parce que l'avion et la bagnole c'est écolo ?).
Qu'on laisse chaque région, voire chaque département ou mieux chaque commune chercher son optimum écolo. Et pourquoi pas, chaque foyer. Et s'il faut des compétences techniques pour trouver la bonne solution, que les services publics soient de bon conseil. Pas des biens pensants de patronage, ne répétant pas (sans les comprendre) les prescriptions standards de nos institutions qui se croient régaliennes mais qui ne connaissent que ce que leur ont dicté les lobbies. Alors, ce "grand jour" (j'ai révé dans ma petite tête d'un grand jour...) , le client aura confiance, l'artisan sera réglo et ça marchera. Il faudra néanmoins que la banque retrouve son rôle de financeur, de conseiller intègre et non de spéculateur.
Publié : il y a 6 mois
Le libéralisme économique est le pire des dogmes à Bruxelles ! Que pèse la recherche de Qualité en face de ces censeurs qui se disent défendre la liberté d'entreprendre ?
Dans les faits, nous constatons la liberté d'arnaquer, mais dans leur vision, il s'agit de liberté d'entreprendre, « mère de tous les bienfaits », notamment de baisse des prix, graal salvateur, peu importe que le résultat dans un grenier ou en sous face de sous-sol soit merdeux !!
Bon courage M Maugard

Pour les grincheux du RGE.
Qualibat lutte contre les éco-délinquants via les commissions d'attributions (où siègent des professionnels) et via les audits, mais c'est d'un impact bien faible face à une organisation commerciale structurée pour de l'arnaque à 1€.
Alors bougez vous, demandez à vos OP qu'un véritable outil de chasse soit institué, faites créer un dispositif de mise sous surveillance d'entreprises, avec audits aléatoires fréquents… (et n'oubliez pas que celui qui vient de relancer le phénomène éco-délinquance, le 15 janvier, s'appelle François de Rugy, très fier de ce qu'il a fait).
Publié : il y a 6 mois
Dans une économie libérale, il faut être naïf pour croire à l'intégrité et l'impartialité des "contrôleurs" et "certificateurs", dès l'instant où ils répondent à l'économie de marché, leur gagne pain. On aurait pu espérer que le "contrôle" soit le fait exclusif des services publics, sans délégation possible. Mais, il s'avère qu'eux mêmes (Cf entre autres les récents bouquins de Laurent Mauduit et Vincent Jauvert) sont vérolés. Alors on ajoute un contrôle au contrôle, une certif à une certif et à la fin, il y en a un qui bosse et 5 qui lui emmerdent la vie sans rien y comprendre. En plus avec des prix à la baisse. Forcément ça ne peut que merder.
Publié : il y a 6 mois
Au lieu encore une fois de se faire un noeud au cerveau.
La solution est très simple.
On fait un cahier des charges pour chaque spécialité.
Ensuite il suffit qu'un inspecteur certifié fasse un contrôle complet des travaux réalisés et qu'il atteste la conformité.
Dès que le chantier est certifié l'entreprise est payée des 30% du solde de son chantier et le client est autorisé à défiscaliser.
De cette façon chaque chantier est contrôlé.
L'état est conforté sur la bonne utilisation de l'aide qu'il octroie.
Cerise sur le gateau . L'état saura exactement à quoi son argent est utilisé et pourra très précisément justifier de son action.
Et enfin le client est totalement sécurisé sur son investissement.
Reste à déterminer un prix raisonnable pour rémunérer la visite du contrôleur.
La somme de 200€ me parait raisonnable + 100€ si une contre visite est nécessaire.
Cette solution est évidemment trop simple, certains diront simpliste..
Cela fait aucun doute car elle va à l'encontre des intérêts de tous ces organismes de certification et formations qui sont le cancer du bâtiment et qui ne poursuivent qu'un seul objectif.
Faire de l'argent au détriment des entreprises des client et de l'état .
Publié : il y a 6 mois
Désolé Lamine Benraad, mais (surtout en rénovation), ce ne sont pas 200 € qui rétribueront un bon contrôleur. Prise de rendez vous, trajets, temps perdu à piger les questionnaires standards etc c'est ( à mon avis) déjà 300 à 400 € pour un type qui connait bien le sujet et qui peut réfléchir un peu. Ensuite faut visiter, en détail (c'est là que se cache le diable) interviewer l'occupant en le mettant en confiance (sans le berner) et comprendre. Et après, mesurer les fuites, collecter les consommations, les confronter aux besoins, ... Et là, pour moi, un type compétent, c'est 1500 € au moins pour 100 m² en constructions "standards". En rénov de bâtiments anciens, qui ont 2 ou 3 siècles d'histoire, qui ont été malmenés et maquillés 20 fois, c'est 5 000 € (Sauf à recommander d'entrée le passage d'un bulldozzer). Sinon, avec ces bas prix, on est reparti dans les mêmes iniquités que les "diags" (DPE, diag élec etc...) qui se limitent à remplir des pseudo CERFA aussi abscons que ceux du fisc et en tous cas inadaptés au pb du "client" (NB J'ai 30 ans de diags, audits etc d'expériences).
Publié : il y a 6 mois
mais enfin... il existe des certificats d'aptitude professionnelle: la maladie du contrôle est française, ou tout au moins ce qui reste après tant d'années nous dirigeant droit vers la dictature. Les entreprises doivent être assurées, et il suffirait que les assureurs exigent la communication du journal du personnel par chantier, et le tout resterait dans la société civile, c'est pas mieux que les emplois de complaisance des multiples contrôleurs qui sucent l'os étriqué du bâtiment?
Publié : il y a 6 mois
Pas de contrôle et un travail de qualité, c'est effectivement l'idéal ... Mais ce n'est possible que dans une société idéale peuplée de gens dotés d'une bonne conscience etc ...
Malheureusement, cela n'existe pas. Ce qui implique des contrôles, des sanctions, etc ... Et forcément, ça coûte plus cher ... Et le pire, c'est que ce sont les bons élèves qui payent pour les mauvais.
Publié : il y a 6 mois
En anglais (puisque cette langue imprécise envahit nos concepts) "control" c'est réguler (au sens "cybernétique") , corriger, modifier ce qui "entre" (dans un système, dans une machine, dans une organisation) pour que ce qui en "sort" soit mieux adapté à ce que l'on veut. De son côté l'ingénierie (au départ) n'est pas faire ce que demande le "client", mais faire tout ce qui est nécessaire (persuasion, études, validation pas des tiers) pour qu'il ait in - fine ce dont il a besoin (qui peut être de ce qu'il demande sinon plus besoin d'ingénierie). Tout ça est positif et actif. Maintenant, le "contrôle" c'est vérifier la conformité à des modèles +/- faux et dire oui / non SANS RIEN Y AJOUTER DE CONSEILS. L'ingénierie c'est faire du copier / coller des recommandations de ces modèles +/- inadaptés. Et surtout dégager ses responsabilités (et en corollaire faire transiter du fric sous brouillard). Enfin, la notion de qualité, qui au départ était de faire un truc adapté au besoin, (ni trop peu, ni trop trop) est devenu, "je raconte tout ce que je fais", et un incompétent vérifie que je le fais et si je me suis gouré au départ, il vaut mieux que je m'accroche à mon erreur plutôt que corriger le tir. On en arrive à une situation où lorsqu'une personne bosse utilement, il y en a 5 qui se paluchent sur ce qu'elle fait (et se paluchent entre elles). De manière intuitive, si dans un système (une organisation), le côut du "management" (du contrôle au sens actuel, de l'étude méthodologique, de la gestion...) dépasse 30% du coût de production réel (prendre de la matière et la transformer), ça ne peut que "partir en couille". A partir de là, chacun défendant légitimement son bifteck, il est amené à oublier (négliger) l'essentiel au profit du virtuel et du procédural. Rajouter de la méthode, du contrôle, etc empirera la chose. Moi je crois que les artisans et TPME peuvent faire du "bon boulôt", mais il faut qu'ils en vivent et donc qu'il ne bouffent pas leur temps à des procédures, des méthodes, des certificats etc ... auxquels ils sont mal préparés (sinon ils n'auraient pas appris leur vrai boulôt). Mais dans ce cas, tous nos incompétents "jacobins" et centralisateurs, perdraient un "pouvoir" (illusoire) et comme ils sont en général mauvais, il faudrait qu'il quittent un confort douillet pour mettre les mains, dans la glaise, qu'ils se brûlent à l'eau chaude, qu'ils prennent quelques chataîgnes électriques ou seulement qu'ils serrent les miches en haut d'un échafaudage.
Publié : il y a 6 mois
label rge = pompe à fric , on nous parle de qualité de travail mais en fait ils nous font payer pour pouvoir travailler . pour moi fini le rge , les dossiers à rallonge , photos , justificatif de toutes sorte qui nous prennent un tant de dingue ! Je ne renouvelle pas ! dans deux ans je suis à la retraite mais je plaint ceux qui arrivent !
Répondre à ce sujet
L'Europe met en demeure la France de réformer le label RGE
Menu
×