L'idée de bonus-malus énergétique à l'étude

par BATIACTU il y a 6 mois
PERFORMANCE ENERGETIQUE. Au lendemain de la présentation du plan de rénovation des bâtiments, Nicolas Hulot a indiqué que le gouvernement réfléchissait à un système de bonus-malus sur la performance énergétique des logements appliqué sur la taxe foncière ou au moment de la vente d'un bien.
Lire l'article sur Batiactu
12 réponses à ce sujet
Publié : il y a 6 mois
Pour éradiquer les passoires thermiques il va être nécessaire de
- se former en amont,
- préparer un dossier bien structuré,
- réduire le prix des dispositifs de génération thermique en les simplifiants afin de faciliter la maintenance,
- puis agir physiquement sur le chantier.

Ceci en ne perdant pas de vue que dans l'existant la déperdition d'un immeuble est connue avant la mise en place de la nouvelle génération thermique: il suffit d'additionner les consommations électrique données par les compteurs individuels dans le cas de l'effet joule et de totaliser les dépenses annuelles en kilowatt-heure gaz ou fioul dans le cas de la combustion.

Ceci aussi en sachant qu 'il est souhaitable d'associer intelligemment le collectif et le privatif pour la distribution des flux thermiques dans les parties privatives.

Cela est expliqué en détail dans ce que nous avons appelé "la bible" dans notre immeuble et qui est accessible gratuitement pour Batiactu à partir du lien suivant:
https://www.dropbox.com/s/inw3iv8xa21le5y/Epub.pdf?dl=0

Le seul problème est que ce document n'est pas validé par "ceux qui savent".

Quant au financement, il suffit qu'il soit équitable. Ce qui n'est il est vrai plus facile à dire qu'à faire. En disant cela je pense à la prime chauffage des sénateurs, à l'équilibrage thermique à partir d'un chauffage collectif.

Ceci dit je pense aussi aux inégalités sociales qui resultent du texte que je viens de recevoir de ma cousine ce matin:

"Plus de soucis pour mes vieux jours si j'ai le bonheur de vivre longtemps. Mon infirmière m'a dit les gens ne connaissent pas les lois , elle a apprit à un stage de formation que l'on peut être très pauvre comme c'est le cas d'une de ses patiente qui n'a jamais travaillé et qui n'a pas un sous de retraite ou dérisoire. Elle est maintenant placée en maison de retraite médicalisée, et elle ne paye rien avec beaucoup  d'autres personnes dans ce cas. Pour tout ce monde c'est la Banque du Conseil Général qui Paye. Ceci sans que les gens ne soient informés. Ceci dit, il y a l'inverse: elle a une autre patiente seule,  sans enfants et excessivement riche qui a fait son testament en donnant tout à cette Banque. Et bien elle n'est pas mieux servie pour ça,  elle garde sa couche des journées entières sans être changée. Hier soir à 22 h il a fallu que je tel à mon infirmière de ma résidence qui se trouve être la même pour la
supplier d'intervenir afin tel  à qu'elle vienne coucher cette personne puisque personne ne vient pour le faire. Ça été fait. Mon infirmière s'est effectivement déplacée, l'a couchée après avoir controlé.
Argent ou pas si elles n'aiment pas leur métier que tu soit riche ou pauvre tu n'es pas mieux servie. Quoiqu'il en soit me voila rassurée bonne nuit  bzz"
Publié : il y a 6 mois
Il y en a marre avec toute cette idiocratie Française, le Pays et la majorité des Français sont de plus en plus dans des situations critique et tous ce imbéciles l'Etat en première ligne continuent leurs singeries. C'est toujours la fuite en avant, toujours en demander davantage à la population, toujours des contraintes et des taxes ! il y a des limites qu'il ne faut pas dépasser, attention au retour du bâton.
Publié : il y a 6 mois
ATTENTION

Bravo à Philippe Pelletier d'avoir introduit les mots clés Acheteur et Vendeur qui sont dans un bien immobilier aussi important que le système de génération thermique.

La fréquence d'achat ou de vente d'un bien immobilier de l'ordre d'une quarantaine d'années est en effet comparable à la durée de vie souhzitée d'une generation thermique.

ATTENTION vu que dans les "mots clés" en liaison avec les performances énergétiques des biens immobiliers il y a aussi les mots privatif et collectif, ancien et nouveau, renouvelable et non renouvelable voir:

https://www.dropbox.com/s/bqa1e666bccu67l/LT-mots-clef.pdf?dl=0

Ces deux notions sont complementaires et il va falloir en // inciter le Maitre d'oeuvre à investir voir
http://infoenergie.eu/riv+ener/LCU_fichiers/incitation.htm
Publié : il y a 6 mois
N'importe quoi
Réfléchir à ça alors que le DPE est de la roulette russe et n'est pas fiable !
Que les professionnels sont incapables de s'engager sur une étiquette !
Quelle imbécilité sans nom
Publié : il y a 6 mois
Tout ça pour faire plaisir aux copains promoteurs immobiliers du neuf...
Publié : il y a 6 mois
Je rejoins et m'associe à toutes les colères suscitées par cette aberration. Personne ne choisit de vivre dans une épave thermique. La veuve de 80 ans dont le mari est mort il y a trente ans, pour peu qu'ils aient été petits paysans dans un coin paumé de France, n'a certainement pas eu les moyens de faire évoluer son bien. Et encore heureux qu'elle ne soit pas tombée entre les griffes de margoulins qui sont légions à écumer la France et à précipiter les petites gens dans le malheur (tous margoulins labellisés RGE bien sûr). A croire que nos fonctionnaires sont payés à l'aune des taxes et impôts divers qu'ils auront su créer. On ne cherche plus ce qui est bon pour la pays, on cherche les veines du patient d'où l'on saura encore pomper un peu de son sang. Et ceci se fait en toute légalité au pays des Lumières et des Droits de l'Homme. Nous sommes tombés bien bas.
Publié : il y a 6 mois
J'ajoute un point : attention à un système basé sur l'énergie primaire qui n'a pas beaucoup de sens à mon goût pour le petit propriétaire : un logement chauffé à l'électricité qui consomme 100 kWh / m².an sera plus mal noté que le même qui consomme 200 kwh/m² an en gaz en énergie finale qui est la seule sur laquelle on puisse agir localement
Publié : il y a 6 mois
Publié : il y a 6 mois
OUI
Il faudrait que le préfet en charge du PREH explique au petit propriétaire citoyen que l'énergie primaire (en fait de l'énergie finale puisqu'il paye les frais d'acheminement de l'énergie primaire jusqu'au lieu de consonsommation constitué par son logement) est en France majoritairement de l'énergie non renouvelable gaz où électricité nucléaire qui lui coûte cher.

Mais il y a beaucoup plus grave si comme le dit Mr Jouanne, un logement chauffé à l'électricité qui consomme 100 kWh / m².an est plus mal noté - sous-entendu probablement en ce qui concerne les aides fiscales- que le même qui consomme 200 kwh/m². an en gaz en énergie finale il y a tout de même quelque chose qui ne colle pas. Ceci dans la mesure où dans notre RT 2005 on tolérait des déperditions plus importante dans les logements chauffés à l'électricité que pour ceux chauffés au gaz

voir la page 20 de mon livre sur l'énergie

http://infoenergie.eu/chargement/A.htm

mot de passe pour lire ENIS

Ceci aussi dans la mesure où ces mesures peuvent-être ressenti comme un encouragement à consommer le gaz avec ses gaz brûlés alors qu'on nous rabâche il faut évoluer vers le non carbone

Tout cela me donne envie de citer "William Shakespeare "

Quelle terrible époque que celle ou des idiots dirigent des aveugles...
Publié : il y a 6 mois
il est intéressant effectivement de considérer la durée moyenne de détention des biens immobiliers par les propriétaires, qui est en France en constante augmentation aux environs de 8 à 10 ans actuellement. dur dans ces conditions d'amortir ses travaux avant de revendre.
je souhaiterais juste préciser par rapport à un commentaire précédent que la seule addition des consommations d'énergie, quelle soit électrique ou gaz, ne permet pas de déterminer les déperditions d'un immeuble. pour deux raisons notamment: premièrement, une partie de cette énergie peut être utilisée également pour la production d'eau chaude dite sanitaire. secondement, la puissance délivrée durant la période de chauffe n'est pas constante.
Publié : il y a 6 mois
Je ne suis pas d'accord avec Monsieur Frôler

Le fait que la puissance de chauffe n'est pas constante n'a rien à voir avec le problème

Même avec le fioul et une cuve cylindrique ce qui est je l'accorde assez difficile à faire on y arrive avec un peu de bonne volonté voir
http://infoenergie.eu/riv+ener/LCU_fichiers/LT-EDF2.htm

Pour ce qui concerne l'alimentation gaz, si les relevés de consommation en kWh sont faites mensuellement il est facile chiffrer et de scinder le chauffage et L'ECS. Ceci étant donné qu'en été les consommations sont uniquement dûs à l' ECS

Quand aux dispositifs de chauffage fonctionnant à l'effet joule cela est encore plus facile avec les compteurs. Ceci même si la génération pour L'ECS est collective
Publié : il y a 6 mois
attention aux simplifications. des méthodes existent pour estimer les déperditions sur la base des factures, mais leur fiabilité n'est pas forcément très grande.
Petit exercice: voici les consommations d'énergies mensuelles totale en gaz d'une maison individuelle, quelles en sont selon vous les déperditions sachant que l'eau chaude de chauffage est produite par une chaudière gaz et l'eau chaude sanitaire par un préparateur gaz?
janvier 115 kW.h, février 104, mars 133, avril 94, mai 91, juin 56, juillet 52, août 59, septembre 59, octobre 88, novembre 114, décembre 100
Répondez à ce sujet
L'idée de bonus-malus énergétique à l'étude
Menu
×