Loi Elan : ces amendements qui ont fait bondir la filière PVC

par BATIACTU il y a 1 an
DÉBATS. Deux amendements au projet de loi Elan, rejetés en commission des affaires économiques, venaient proposer de restreindre, voire interdire, l'installation de portes et fenêtres en PVC en 2022. Les professionnels de la filière réagissent, alors que la France et la Commission européenne ont annoncé des plans de lutte contre la pollution au plastique.
Lire l'article sur Batiactu
50 réponses à ce sujet
Publié : il y a 1 an
bien sur, et on va remettre des tuyaux plombs au lieu de plastique pour l'eau ....
Publié : il y a 1 an
"bon comportement au feu (...)"
STOP, il y a déjà 2 morts par rire ininterrompu rien qu'avec cette affirmation !
Allons allons, il faut être sérieux, tout le monde sait qu'il n'y a rien de pire que du PVC qui brûle, à cause des émanations toxiques qu'il dégage. Et il n'y a même pas besoin qu'il brule pour dégager des COV dans l'atmosphère des maisons : dès 30° (un rayon de soleil !), cela se produit en continu et participe à la pollution de l'air intérieur pour une part non négligeable. A terme, et le plus tôt possible sera le mieux, il faut l'interdire, comme on a interdit l'amiante. C'est d'ailleurs ce qui a été fait dans plusieurs villes et landers en Allemagne.
Publié : il y a 1 an
Dès lors qu'on commence à en parler, c'est déjà préparer l'opinion publique à la possibilité de …
Après les grands messes COP 21, 22 …, après les discours, les faits ?
Si ça se passe comme pour les pesticides, de nombreux utilisateurs auront le bonheur (ou le malheur) de jouir de ce matériau qui, pour rappel :
- est issu de la pétrochimie,
- est certes recyclable, mais de là à ce qu'il soit recyclé, il y a bien loin de la coupe aux lèvres,
- résiste au feu … je suis le 3ème à mourir de rire suite à Jean-Philippe Donzé,
Et, effectivement, il semble que l'Allemagne serait plutôt sur le reculoir vis à vis d ces produits.
Quant à affirmer que 50 000 emplois disparaitraient avec leur interdiction, c'est totalement oublier que la filière des menuiseries bois en ré-embaucherait au moins une partie.
Publié : il y a 1 an
Jusqu'à présent, en cas d'incendie et non réveil des dormeurs présents, les gaz dégagés auraient tué les occupants de logements avec menuiseries PVC, bien avant que le feu ne les atteignent. Cela ne devrait plus arriver depuis que les logements sont équipés de détecteurs de fumée, sous réserve que les chambres en soient équipées, alors que la loi n'impose de détecteurs qu'en nombre restreint et pas impérativement dans ces zones sensibles !
Publié : il y a 1 an
encore des bon à rien qui ne connaisse rien du tout au plastic pas d'entretien et surtout très bon isolant thermique.mais comme d'habitude on ai diriger par des
incompétents.
Publié : il y a 1 an
M Maquet que proposez vous à la place du PVC, interdire c'est facile, c'est ce que les décideurs successifs de notre pays font de mieux depuis des décénnies, proposer est déjà plus compliqué, car du haut de mes 58 ans et de mes 38 ans dans le métier avec un niveau BAC technique je vais vous présentez une petite thèse sur la filière menuiseries extérieures.
Je suis d'accord sur l'évidence que le PVC (POLI CHLORURE DE VINYLE) soit un dérivé pétrolier et que sa production ne soit pas des plus écologique, mais il a l'énorme avantage de durer, de ne pas demander d'être entretenu avec des produits écologiquement douteux, d'être inerte et de ne pas dégager je ne sais quelle saloperie dans le logement.
Il y aurait peut être d'autres produits plastique à interdire avant la menuiserie, non ?
Concernant le bois croyez vous sincèrement que les forêts de la planète vont suffire à alimenter la filière menuiseries extérieures, sachant qu'il est employé aussi dans bien d'autres domaines. Que dire des produits qu'il faudra appliquer durant des années pour protéger le bois, on sait très bien que l'industrie des revêtements d'application sur bois est aussi une industrie pétrochimique et qu'elle n'est pas non plus une virtuose de l'écologie.
Venons en à l'aluminium, Ha l'aluminium, si beau, si coloré avec son thermolaquage, remarquablement écologique, n'est ce pas, l'industrie métallurgique de l'aluminium et du thermolaquage sont aussi des industries polluantes et énergivores.
Nous allons maintenant aborder les problèmes économiques et sociaux qui seraient générés pas votre projet s'il devait se concrétiser.
Premièrement tous les ménages n'ont pas les moyens d'investir sur des menuiseries bois ou alu plus onéreuses en investissement, cela doit être un détail pour vous.
Les menuiseries bois et alu ne sont pas plus performantes que celles en PVC d'un point de vu thermique et leur étanchéité à l'air n'est pas supérieure, tient, étanchéité à l'air, c'est quoi ça, personne n'en parle, surtout pas l'ADEME, ni les décideurs qui ont sorti la filière du CITE sur la base que des menuiseries neuves n'apportaient pas énormément d'économie d'énergie au logement .
Evidemment une bonne vieille fenêtre qui fuit de partout n'est sans doute pas un problème pour le législateur et pour les économies d'énergie.
Mais revenons à notre sujet, que répondez vous à la désorganisation brutale de la filière pour la seconde fois après la sortie du CITE, aux investissements que la filière a consenti pour former ses personnels, en outil de production afin de produire les différents types de menuiseries en fonction de la demande du marché pour tel ou tel produit.
Alors M MAQUET avant de sortir une tel ânerie, il serait peut être bon de consulter l'ensemble des acteurs de la filière, industriels, pme, artisans et syndicats professionnels.
Publié : il y a 1 an
Si on les laisse faire, il vont bientôt nous imposer les tranchées à ciel ouvert pour l'assainissement et pourquoi pas le bambou pour l'adduction d'eau potable.
Publié : il y a 1 an
Ce n'est que partie remise !
Il faudra bien finir par corriger à coups de battes tous ces parlementaires et politiques qu'ils soient nationaux ou locaux pour que le pays puisse vivre à nouveau.
Ces abruti de politiques sont devenus fou dans ce pays et ce dans tous les domaines y compris dans celui des prélèvements sans fin dans ce pays qui en détient déjà la palme mondiale.
Publié : il y a 1 an
"Interdire" n'est pas la solution. Pas plus d'ailleurs qu'elle n'est "d'imposer"

Cela risque de bloquer complètement le système qui est déjà quantitativement parlant à l'agonie.

Et plus grave, non seulement à l'agonie en ce qui concerne l'isolation mais aussi en ce qui concerne la génération.

La solution pour économiser nos ressources non renouvelables et préserver notre environnement n'est
assurément pas "d'interdire"

Certainement pas en tout cas
"d'interdire" le PVC un produit économique, performant et recyclable au prétexte que c'est du "plastique".

Pas plus qu'il n'est "d'interdire" l'aluminium au prétexte que c'est un métal décidément trop conducteur.

Pourquoi dans ces conditions ne pas "interdire" l'effet joule vu que cela permettrait de diminuer la quantité d'électricité consommée et nos charges chauffage?

Après avoir écrit mon livre sur l'énergie je suis convaincu qu'il y a d'autres méthodes qui permettront aux moins riches de comprendre comment ils peuvent se chauffer plus économiquement et dans de meilleures conditions pour tous.
Et ceci particulièrement en ce qui concerne la préservation de notre biodiversité sans qu'il soit nécessaire d'interdire quoi que ce soit mais en autorisant les hommes courageux à agir

balendard début juin 2018
Publié : il y a 1 an
Il faut être obtus pour ne pas se rendre compte que le problème n'est pas de favoriser la filière bois. Le problème est tout autre mais personne ne veut le voir.
Avec quoi est fabriqué le PVC? Est ce un produit que aurons toujours, biosourcé, non polluant ... Est bien pas besoin de chercher beaucoup. Le PVC c'est du pétrole et nous devrions déjà nous faire à l'idée qu'il n'y en a plus, polluant à fabriquer, recyclage pas terrible, dégage en permanence des phtalates mauvais pour la santé.... Bref à part les fabricants personne n'a rien à gagner à utiliser ce matériau.
Publié : il y a 1 an
Quand on lit les commentaire, on se dit que les "commentateurs" sont aussi peu informés que les députés en question...

Pour ceux qui craignent les fumées de PVC, sachez qu'elles contiennent du CO et du CO2 comme toute fumée de combustible, mais également de l'HCL qui provoque surtout une irritation de la gorge. Il faut une exposition très forte (+1 heure) à une grosse concentration (+1000 ppm) pour déclencher un oedeme du poumon qui n'est pas nécessairement mortel.

A titre de comparaison le polyuréthane (massivement utilisé comme matériau de calfeutrement) émet du CO, du CO2 et... du cyanure mortel à seulement 100 ppm (10 fois moins que la concentration de HCL du PVC qui n'est pas nécessairement mortelle).

En d'autres termes, avant que les fumées de PVC ne provoquent autre chose qu'une irritation de la gorge, vous serez mort soit par le CO, soit par le cyanure...

N'oubliez pas que le PVC est classé M1 (difficilement inflammable) et que si il se consume sous l'effet de la flamme, il ne la propage pas facilement.

Pour ce qui est des COV, le PVC est classé A+, soit très peu émetteur. Au contraire, par exemple, des insecticides et fongicides massivement utilisés dans le bois (par exemple, le xylophène), classé C (la plus mauvaise note). Je vous laisse tirer vos propres conclusions sur le sujet des COV.

Concernant les interdictions : Non, le PVC n'est ni interdit en Allemagne (qui est un des plus gros producteurs européens), ni en Suède. Ce sont des légendes urbaines que l'on entend depuis plus de 20 ans...

Enfin concernant le recyclage, la filière existe et fonctionne. Les tuyaux de canalisation en PVC sont, par exemple, massivement fabriqués à partir de matière recyclée (ce qui explique leur couleur plus ou moins foncée). Paprec, à titre d'exemple, recycle chaque année des dizaines de milliers de tonnes. Ils ACHETENT des déchets de PVC pour les recycler...
Publié : il y a 1 an
Enfin le débat est lancé. Il est utile de rappeler qui gagne de l'argent avec les menuiseries PVC : l'industrie chimique, une poignée d'extrudeurs de profils et quelques groupes de fabrication industrielle et automatisée des menuiseries. La Pologne pris avec ses salaires à moins de 700 euros mois une part considérable du marché et cela a créé quelques dirigeants fortunés chez eux. En France pas un artisan ou PME a un intérêt à poser ce type de produit par ailleurs très laid.
Publié : il y a 1 an
Je ne suis pas un chimiste mais un ingénieur hydraulicien ayant consacré sa vie à la mécanique des fluides et j'ai appris beaucoup de choses grâce aux derniers intervenants.

Quoiqu'il en soit vu que l'on ne peut guère réduire les déperditions thermiques dans l'existant de plus de 30 % avec l'isolation, pourquoi ne concentrons nous pas notre attention sur le fait que l'on pourrait, à partir d'un investissement de départ comparable, consommer 3 voire 5 fois moins d'énergie payante non renouvelable grâce à la thermodynamique.

Pour cette raison je me fais a l'idée qu'il vaut mieux investir au départ sur la génération que sur l'isolation vu que l'énergie thermique dans les pièce de vie étant moins onéreuse cela permet d'être moins exigeant sur les qualités thermique des matériaux utilisés pour l'isolation voire même de se payer des fenêtres coulissantes en aluminium plus déperditives est plus onéreuses
Publié : il y a 1 an
L'organisation professionnelle nationale représentative de la plasturgie Plastalliance a réagi dès le 23 mai 2018 sur cette attaque contre la filière PVC qui représente des milliers d'emplois et de nombreuses entreprises françaises:

https://plastalliance.eu/2018/05/25/plastalliance-souhaite-une-union-sacree-pour-la-filiere-pvc/
Publié : il y a 1 an
Plutot que de s'opposer dans un sens ou l'autre "pour ou contre il serait intéressant de réflechir à comment "à terme on peut réduire le PVC dans nos ouvrants . Et là on peut ouvrir un débat et investir dans la RetD (nos industriels actuels!) à la recherche de nouveaux matériaux ou composant réduisant ou éliminant le PVC . Car la réduction de l'utilisation est déjà un grand pas plutot que le tout ou rien ! Tout comme l'énergie ou le tout nucléaire ou l tout solaire est une idéologie il existe le MIX énergétique qui lui est une réélle avancée!
Publié : il y a 1 an
Brûler du plastique et respirez le! Pour stabiliser le chlore contenu dans le PVC ont a utilisé et on utilise des stabilisants( qui furent le mercure, le plomb, et qui sont encore le cadmium ou autres métaux lourds) Le chlore est la molécule la plus instable des molécules. Les PVC passent la décennale, un peu plus pour les meilleurs quand ils sont exposés au UV. Combien ais-je vu de gonds cassés après 10 ans, par un coup de vent. Irréparables. Oui aux plastiques bio-sourcés, déjà connus avant la seconde guerre mondiale (carrosserie Ford en chanvre...)Non aux plastiques polluants issus de l'industrie pétrolière toute puissante et établie.
Pourquoi est il interdit en Suède, fortement réglementé en Allemagne (interdit à Berlin), en Autriche et au Danemark?... Les dioxines, les furanes produits à la création à l'incinération des PVC, même s'ils ont fortement diminués suite aux combats du CNIID entre autres, reste le plus puissant accélérateur de cancer. Les COV??? les conditions de vérification ne sont pas les conditions d'utilisation. Tout est fabriqué sur mesure par les industriels, ultra présents dans les commissions.
Publié : il y a 1 an
Par ailleurs, contrairement à ce que dit un interlocuteur Brillant, la substitution à la pétrochimie plastique sur les traitements des bois existe bien. Au cour des mes 40 ans d'exercice, j'ai pu rencontrer des produits ou des techniques qui ne nécessitent plus l'entretien fastidieux polluant des lazures. Mais là il faut s'informer, car cela n'intéresse pas la petrochimie omniprésente
Publié : il y a 1 an
Alain Brillant a tout résumé...On devient fou dans notre société qui se crée les angoisses qu'elle peut. Et surtout, il serait bon d'avoir une vision un tant soit peu globale du sujet avant de pondre des projets de loi sans queue ni tête.
Publié : il y a 1 an (Édité)
P.S. : Par contre, il ne faudrait pas que les fabricants de menuiseries en ALU profitent de la situation pour augmenter leurs prix ( déjà plus élevés ), lorsqu'ils n'auront plus de concurrence...
Il me semble qu'il serait simple d'imposer des détecteurs ( 2 € l'unité ! ) dans les chambres et éviter ainsi d'alourdir encore le coût des constructions par de nouvelles mesures jamais amortissables, comme c'est déjà le cas pour les futures maisons si "économes" ! ...
Publié : il y a 1 an
Jean-Marc, revoyez vos connaissances sur le PVC.

Le Cadmium est officiellement interdit depuis 2011 en Europe, et plus globalement, les extrudeurs l'avaient déjà remplacé par le plomb depuis longtemps.

Et le plomb est, lui aussi, abandonné depuis 10 à 20 ans (selon les extrudeurs) au profit du calcium-zinc, non polluant et non toxique.

Le PVC n'est ni interdit en Allemagne (un des plus gros fabricant Européen), ni en Suède (il existe quantité de fabricants de menuiseries PVC en Suède), ni en Autriche (où des discussions sur ce point ont existé mais n'ont pas abouti il y a près de 10 ans). Renseignez-vous avant de colporter des énormités.

Quant aux dioxines, les plus toxiques se trouvent dans le bois de chauffage, largement plus brûlé que le PVC, vous en conviendrez...
Publié : il y a 1 an
Jean-Marc, concernant les lasures, il est clair qu'elles sont aujourd'hui sans danger.

Cependant, on ne peut pas en dire autant concernant les fongicides et autres insecticides qui traitement le bois (notamment le célèbre Xylophène). Là, en termes de COV, on est au plus haut (classé C)
Publié : il y a 1 an
Les stabilisateurs PVC viennent de Chine, et si certains ne sont plus utilisés maintenant, peut-être le mercure depuis 2011( c'est hier par rapport au PVC), d'autres ont pris la relève, le plomb pour stabiliser existent toujours. Il suffit d'en chercher sur internet. Le zinc est très polluant à la création, les stabilisateurs viennent de Chine aussi. La pollution est en partie reportée en Chine.
Sur les Dioxines le discours de François est faux, il faut du chlore pour créer des molécules de dioxine, c'est le chlorure de vinyle(PVC) qui en contient beaucoup. Effectivement des incendies de forêt résineux peuvent en dégager par la présence de Benzene. Le PVC pourrait être recyclable mais peu recyclé et souvent brulé. Respire de la fumée de bois et de la fumée de PVC tu comprendras la différence( sur la même quantité de matière). Quant au Xylophène c'est une marque ce n'est pas une formulation chimique. Concernant les COV des lasures des peintures ou tout autres produit de ce type elle n'émettent plus instantanément, mais dans la durée, pour obtenir le niveau A.Tous ces produits pétroliers continuent dégager des COV dans la durée, même au niveau A, comme les PVC. Vivement le pétrole très cher que l'on se mette à autre chose, que l'on arrête avec tout ces plastiques malsains, dont certains se risquent encore à faire l'apologie pour le malheur des autres.
Publié : il y a 1 an
La question n'est pas de savoir s'il faut s'atteler dès maintenant à la suppression de tous les plastiques issus du pétrole à l'exception de ceux qui, indispensables (selon des critères objectifs), ne seraient pas remplaçables par des molécules biosourcées; Environ 250 000 molécules de synthèse sont apparues dans notre environnement depuis 1940. Seules 20 000 sont prises en compte par REACH et les lobbies chimiste et plasturgiste ont fait le forcing pour que les études de toxicité et de dangerosité ne portent, pour l'instant que sur ~3 500. Soit 0,014% du total. Les irresponsables de la chimie triomphante ont encore de beaux jours devant eux.
Publié : il y a 1 an
Un jour un Egyptien m'a dit: "la plus belle invention du 20 ème siècle a été, pour nous les africains, le PVC, car ce sont les tubes et tuyaux en PVC qui ont apportés l'eau dans les villages les plus reculés. Alors le plastique à ses travers avec la pollution soit...... mais l'eau courante.....c'est inestimable croyez moi"
Publié : il y a 1 an
Une polémique stérile de plus !
Au vu des commentaires, je m'interroge sur le bien fondé des arguments lus.

Partir de l'hypothèse que le PVC est nocif en cas de combustion ... oui c'est évident ! mais quel intérêt à développer cet argument ?

Si la fenêtre brule, c'est que le logement brule également, avec tous les matériels et matériaux synthétiques : isolants, membranes et films, colles, canalisations des fluides, revêtements de sol et de murs, carrosseries et peintures des équipements.
Que dire aussi de tous ce qu'il y a dedans, mousses d'ameublement, meubles en mélaminés ou bois collés, vêtement synthétiques, objets divers et variés, produits d'entretiens etc ... ?

Si on enlève le verre, quel poids représente le PVC des menuiseries d'un logements au regard de tous le reste ? Cette argument qui consiste a isoler et à se focaliser uniquement sur la menuiserie en cas de feu est juste inepte!

Par ailleurs si on interdit les menuiseries PVC parce qu'elles ont une empreinte néfaste, que dire des intérieurs de voiture ? le volume de matières plastiques ou synthétique est largement supérieur, les relargages sont bien plus sévères et le confinement des occupants sans communes mesures. Si on regarde du coté de l'ACV, la durée de vie d'une voiture est largement plus faible que celle d'une fenêtre.

A J. Grossman : "vu que l'on ne peut guère réduire les déperditions thermiques dans l'existant de plus de 30 % avec l'isolation" ... tout dépend d'où on part! Avec de VRAIES études qui prennent tous les aspects et les usages, on arrive régulièrement au delà de 50% (validé en suivi). Par ailleurs, systématiser la solution thermodynamique, c'est le plus sur moyen de nous enfermer avec le nucléaire ... mais ça c'est un autre débat !
Publié : il y a 1 an
J'approuve le commentaire de Pierrick Thermicien et pour ma part je vais en rester là car je fais 70 heures par semaine et j'ai autre chose à faire que de commenter comme le dit Pierrick une polémique stérile, à bon entendeur, bonsoir.
Publié : il y a 1 an
je réponds à Mrs Pierrick et Brillant

Les études c'est une chose la realisation en est une autre.

En region parisienne on part en moyenne de 250 kWh/m2 pour diviser par 2 avec l'isolation il faut engager une dépense qui est sensiblement supérieure celle qu'il faut consentir pour installer un complément ENR à une chaufferie gaz. Ceci alors que ce complément permet de diviser par 2,5 la consommation en énergie non-renouvelable.

Quant a votre affirmation que la solution thermodynamique, est le plus sur moyen de nous enfermer avec le nucléaire elle est totalement fausse puisqu'au contraire cela va permettre de nous en libérer grace au solaire.

Un minimum de connaissances techniques permet de le comprendre.

Je vous invite à prendre connaissance de la page 606 de l'épilogue de mon livre et à un peu de reflexion. Voir

https://www.dropbox.com/s/w4jsxzc68pv75d0/Complementarite%20des%20reseaux%20ENP%20%283%29%20%281%29.pdf?dl=0

Ce n'est certes un autre débat mais au contraire le débat essentiel.

Il est presque plus important pour moi de vous convaincre que de convaincre nos politiques. Ces derniers ne sont meme pas capable pas de respecter les lois qu'ils ont eux même édictés
Publié : il y a 1 an
Jean-Marc, plus aucun extrudeur européen n'utilise le plomb comme stabilisant.

Franchement, mettez-vous à jour, car la liste de vos affirmation erronées augmente d'heure en heure (le cadmium, le plomb, l'interdiction dans divers pays, les effets sur la santé introuvables, etc..)

Ce n'est pas une question de "faire l'apologie pour le malheur des autres", c'est de parler de faits vérifiés et vérifiables.
Publié : il y a 1 an
a J. Grossman : "Un minimum de connaissances techniques permet de le comprendre" ... vous ne me connaissez pas, vous ne connaissez pas mes engagements professionnels et associatifs, alors un minimum de prudence s'impose ... mais non ! vous jugez, sans avoir lu mon propos ... juste parce que je vous dis qu'améliorer par deux l'efficience thermique d'un logement est raisonnablement atteignable et vérifiable et parce que généraliser le thermodynamique est une erreur ... voilà donc un avis péremptoire !!

Puisque vous aimez le terrain, je vous invite à regarder la réalité concernant la performance réelle des PAC !
En chauffage, le Cop moyen annuel REEL est rarement au dessus de 2.5 et celui de L'ECS est encore plus décevant, au regard des promesses allégées.
Seul la géothermie tient réellement la route ... et encore si le forage est réalisé dans les règles de l'art.
Et par ailleurs, si 27% des logements sont en tout élec., l'immense majorité de ces logements sont collectifs et dans ce cas le coût du passage en "PAC" est prohibitif quand il n'est pas tout simplement impossible.
Enfin, n'oubliez pas qu'a chaque fois qu'on relève le fioul ou le propane par une Pac sur 2.5 logements ... cela revient à mettre un logement de plus à l'élec. ... cela invite donc à une certaine prudence surtout si on met le volume ENR nécessaire en face !!
Pour finir la France ne s'arrête pas à l'ile de France ... chacun ses expériences !!
Publié : il y a 1 an
Sans parler de l'aspect combustible, des problèmes de recyclage, des polluants liés à la fabrication et de l'esthétique douteuse, quel intérêt à défendre une filière basée à 100% sur la pétrochimie ?

Parce que même si le PVC était 100% recyclable et ininflammable, il demeure fondamentalement une ressource non renouvelable amené à disparaitre un jour ou l'autre comme l'ensemble des produit issus du pétrole. Donc, pourquoi s'accrocher à ce point à un matériau qui appartiens déjà au passé ?
Publié : il y a 1 an
Lorsque l on parle de pouvoir d achat et d impact économique sur le pays. Quel est il ? Il faut prendre en compte qu' une grande partie des fenêtres sont importées des pays de l'Est et que ces importations on un effet néfaste sur les PME locales qui produisent des menuiseries PVC, donc sur l emploie . Il est certains qu' 'il faille réguler le marché du PVC en fonction des lieux d 'installation et taxer le produit à l'importation en vu de son recyclage
Publié : il y a 1 an
Les importations représentent 10% du marché à ce jour.

C'est important, mais pas la majorité.
Publié : il y a 1 an
Louis, parler d'esthétique douteuse fait de vous quelqu'un qui n'y connaît pas grand chose.

Les fenêtres en PVC ne sont plus les "grosses fenêtres blanches" des années 80.
Aujourd'hui, elles sont aussi fines que des menuiseries bois, parées de nombreux décors et couleurs, associées à d'autres matériaux, etc... Vos connaissances sont sorties du passé, clairement.

Quant à bannir un matériau au seul motif qu'il n'est pas issu du renouvelable, je m'interroge. Allez-vous jeter votre smartphone, votre voiture, vos vitrages au seul motif qu'ils sont dans le même cas ?
Publié : il y a 1 an
Cela fait des années que certains sites remarquables combattent la pose non contrôlée et sauvages de fenêtres PVC dans le non respect des règles de l'urbanisme et sans aval des architectes des bâtiments de France. Regardez l'exemple de AUCH 32 qui après avoir prévenu tous les intervenants pendant des années, a fini par faire déposer toutes ces verrues de plastique dans son secteur sauvegardé.
Les fenêtres PVC dans un pavillon de banlieue, pourquoi pas mais pas aux abords d'une cathédrale.
Enfin une décision intelligente.
Publié : il y a 1 an
Eric,

Une fenêtre PVC n'est pas nécessairement une "verrue en plastique". Je suis sûr que vous passez devant nombre de fenêtres PVC sans même vous en rendre compte.
Publié : il y a 1 an
La pertinence, Pierre-François Mingret, n'est pas d'éradiquer tout et n'importe quoi, mais de ne faire appel au non renouvelable que dans la mesure ou aucune solution autre, viable s'entend, d'origine renouvelable n'existe … 
Pour ce que j'en sais, on a fait des menuiseries en bois bien avant l'invention du PVC, on en fait encore et on en fera longtemps après que le PVC sera devenu soit interdit ou … inaccessible car avec du pétrole à 150$ le baril, je pense qu'on en verrait beaucoup moins !

A toutes fins utiles, un autre article paru hier ici, traitant des risques que les assureurs pointent comme étant très couteux, il y a l'amiante et … le PVC. Un encart en fin d'article devrait aider à la réflexion. En effet, les assureurs rechignent à assurer tout ce qui pourrait un jour générer plus de débours en cas de sinistre que le secteur aura généré de cotisation. Toujours à toutes fins utiles, ce sont des entreprises censées, elles ne se privent pas par hasard d'un risque à assurer, elles ne ne le font que suite à des études sérieuses, généralement confirmées par des retours du terrain …

En un mot, quand ça coute plus cher que ça rapporte, on arrête !
Il est des messages qu'il faut apprendre à décrypter …
Publié : il y a 1 an
@M. Mingret : c'est amusant de vous entendre dire que les menuiseries PVC ne sont "plus comme dans les années 80". Personnellement, je n'ai pas connus les années 80, mais il devait y avoir une sacrée productivité à l'époque par ce que quand je traverse un lotissement récent, ou même un magasin de bricolage je constate que le stock des années 80 n'as toujours pas été écoulé. C'est bien beau d'être devenu capable de produire des profilés qui ressemble à autre chose qu'a des pied de table de jardin, mais ça ne change pas le fait qu'une bonne partie des fenêtre PVC sur le marché sont toujours concernées.

De plus, votre argument du type : "il y a d'autre produits polluant qu'on a pas interdit" n'est franchement pas sérieux. Si on veut avancer il faut bien commencer quelque part.
Et il me semble bien que l'article parle de l'interdiction du PVC, pas de l'interdiction des fenêtres. Donc désolé de casser votre joli sophisme mais votre propos n'as aucun sens.
Publié : il y a 1 an
Claude,

Vous avez très certainement lu l'article concernant l'amiante en diagonale. Car, s'il est question de résidus de plastiques (au sens large), il est question de nanoparticules transportées dans l'organisme, ce qui n'a que bien peu de rapport avec le PVC (à moins que, peut-être, vous mangiez des fenêtres ou qu'elles ne soient en contact avec vos aliments…)

Quant au prix du baril, il a effectivement une incidence sur le prix de l'éthylène. Le prix de l'éthylène a, lui une incidence sur le prix de la matière première. Le prix de la matière première a lui-même une incidence sur le prix des profilés. Le prix des profilés a une incidence sur le prix de vente sorti d'usine de la fenêtre, et ce prix a une incidence sur le prix de vente au particulier.

En tout cas, d'expérience, le bois ou le métal sont, assez curieusement d'ailleurs, beaucoup plus volatiles que le PVC, alors qu'on a spontanément tendance à penser le contraire.
Au final, un baril à 150$ représentera moins de 3% de hausse sur le prix de la fenêtre concernée. Pas certain que cela soit si significatif...
Publié : il y a 1 an
Louis,

Oui, on sait faire du PVC moche en GSB. On sait aussi faire de l'alu moche et du bois moche, toujours dans ces mêmes GSB... En fait, dans tous les domaines, on sait faire du moche. Ca ne signifie pas qu'on ne sache pas faire du beau, et partir de ce principe pour justifier une interdiction est, à l'évidence, parfaitement grotesque.

Votre vision du PVC nécessairement moche est complètement archaïque.
Publié : il y a 1 an
PVC, nucléaire, incinération, pesticides, effet de serre, adjuvants alimentaires toxiques.... L'homme est suffisamment intelligent pour se passer de tout cela en faisant bien mieux. Mais le poids des US et coutumes du mercantilisme...
Enfin le plomb dans le PVC, interdit en France (que) depuis 2015, n'est pas interdit à l'import, donc tous les PVC provenant de Chine ou hors CEE peuvent en contenir. Sachant que pour stabiliser le chlore des plus instable du système atomique, il est nécessaire de lui adjoindre des métaux les plus lourds pour le faire durer et qu'il perde peu de COV pour le stabiliser.
Publié : il y a 1 an
Pierre-François Mingret, non, je n'ai pas lu l'article en diagonale : les nano-particules n'ont besoin ni de moi ni de vous ni de quiconque pour se détacher et migrer partout dans l'atmosphère.
C'est quand même curieux coute cette énergie dépensée pour défendre un produit issu de ressources fossiles, qui pose d'énormes soucis environnementaux et qui n'apporte rien de plus (le PVC) qu'un autre auquel il s'est substitué (le bois), renouvelable, pouvant être de provenance proche, recyclable facilement (même si on l'abandonne, il finit, assez rapidement, en contact avec la terre, par pourrir et redonner un peu d'humus) !
Il doit y avoir des intérêts supérieurs pour ainsi le défendre et s'évertuer à le faire perdurer … remarquez les cigarettiers arrivent bien à maintenir leurs productions contre vents et marées alors mêmes qu'elle rendent, et c'est évident, beaucoup moins de services que le PVC … Alors je pense que vous avez encore quelques années devant vous … jusqu'à ce que le pétrole dépasse 150$ le rail …

Et pour revenir à l'article, non pas comme vous le dites, sur l'amiante, mais sur l'amiante et un autre, beaucoup plus récent, le PVC (c'est l'esprit du texte) : lorsque les assureurs se posent la question de l'exclusion d'un produit, ça n'est pas par hasard et, forcément, ça n'est pas bon pour lui.

J'ai au moins une certitude : pour convaincre les assureurs, les lobbyistes devront être beaucoup plus "pointus" que pour convaincre quelques fonctionnaires et quelques élus …
Publié : il y a 1 an
Depuis plus de 60 ans, le PVC est un acteur majeur de la construction, à tel point qu'il représente aujourd'hui une part non négligeable des matériaux de construction et est ancré dans notre quotidien (bâtiments, véhicules routiers ferroviaires et aériens, domaine médical, etc.).

Pour autant, on est à ce stade à environ… 0 mort à son actif, et pas la moindre maladie professionnels chez les salariés qui travaillent cette matière au quotidien. Les seuls dangers identifié sont les phtalates inexistants en menuiserie PVC, et présents à l'heure actuelle sur les produits souples (rideaux de douches, tapis de bain, jouets pour chien).

En revanche, le bois a droit à sa propre maladie professionnels et ses cancers avérés, que l'INRS a déjà largement démontré. Ceci sans parler des innombrables traitement insecticides dont on bourre le bois afin qu'il résiste aux termites et autres insectes qui le bouffent…

Le bois a plein de qualités, là n'est pas la question, mais cessez de le voir comme un matériau "magique" venant obligatoirement de France. Il n'a rien de magique (il a ses qualités et ses défauts), et malheureusement, les fenêtres sont majoritairement fabriquées en bois exotiques.
Publié : il y a 1 an
Jean-Marc,

Le marché des fenêtres fabriquées hors CEE est tout à fait inexistant. La menuiserie est un marché "de bon de commande" avec des délais incompatible avec le délai de fret chinois. Aucune fenêtre vendue en France ne provient de PVC hors CEE. Tous les acteurs de ce marché sont européens, et tous les extrudeurs du marché de la fenêtre sont certifiés NF (ce qui exclue donc le PVC dont vous parlez).
Publié : il y a 1 an
La filière fabrication de menuiseries en PVC en EU est très dynamique et l'outil de fabrication au top . C'est grace au PVC que l'on a pu faire autant de réno. (quantité disponible et prix ) On connait tous les défauts du PVC er autres plastiques . IL FAUT LAISSER LE TEMPS A LA FILIERE POUR S'ADAPTER ( bio plastique issu du végétal par exemple ) Vous avez tous raison mais restons courtois et néanmoins vigilant . Tient essayez www.greenwindow.info
Publié : il y a 1 an
Quelle "réussite" cette loi Elan qui ne donne de l'élan qu'à une opposition de plus en plus généralisée. Bravo les Zénarques et autres Zingénieurs travaillant hors du réel. Quand la France publique va-t-elle devenir efficace?
Publié : il y a 1 an
Quelle "réussite" cette loi Elan qui ne donne de l'élan qu'à une opposition de plus en plus généralisée. Bravo les Zénarques et autres Zingénieurs travaillant hors du réel. Quand la France publique va-t-elle devenir efficace?
Publié : il y a 1 an
La tendance à l'interdiction du Plastique concerne les SACS PLASTIQUES, dont l'éparpillement sauvage dans la nature provoque des ravages écologiques. Mais les menuiseries PVC sont fixées aux bâtiments, sont recyclées quand elles sont enlevées par les entreprises, etc.... Je n'ai jamais vu d'îles flottantes de fenêtres PVC dans l'Océan Pacifique ! Une fois encore, nos élus se trompent de combat. C'est du grand n'importe quoi.
Publié : il y a 1 an
Ces combats stériles sont effectivement desolants.

Quand je pense que pour chauffer l'habitat il suffit de refroidir son proche environnement ce qui diminue notre consommation en energie dite non renouvelable je me dis que c'est effectivement stupide de s'obstiner à vouloir produire plus alors qu'il suffirait de consommer moins pour économiser nos ressources et par la même occasion aller plutôt dans le sens de l'atténuation climatique que dans celui de son aggravation.

pour comprendre ce qui précède lire le livre
"La chaleur renouvelable et la rivière "
Publié : il y a 1 an
Les plastiques ne sont pas que les sacs qui polluent très gravement l'environnement qui ont infestés la Mediterannée entre autre. C'est aussi la principale cause de mortalité par incendie, liée aux fumées toxiques. Ce n'est pas moi qui le dit ce sont les pompiers qui interviennent. Ancien Maire-adjoint d'une grande ville j'ai pu largement échanger sur le sujet.Bien sur il n'y a pas que les menuiseries PVC, et les lambris PVC ou autres vinyles, il y a nos matelas , nos canapés, nos isolants plastiques (tour grennfield, pour les plus vieux Barbotan....). Quand on voit une voiture bruler et cette épaisse fumée noire, ce n'est pas l'acier, mais tous les dérivés du pétrole. Tous les moyens existent pour les substituer, mais le manque de volonté politique, le business à tout crin empêche cette évolution nécessaire. Plus on substituera le plastique pétrolier et combustible, plus on fera un pas vers une société plus soutenable. Menuiseries PVC recyclable, oui , mais malheureusement très peu recyclé. Le plomb qui a accompagné le PVC jusqu'en 2015, le mercure au début se retrouvent ils dans des belles conduites EU recyclées, se retrouveront ils relâchés dans la nature, retraités par nos stations? Je m'en sert aussi car je n'ai pas de substitution. Les menuiseries, voilà 30 ans que je n'utilise que le bois avec des finitions plus que décennales et écologiques sans entretien. J'en suis parfaitement satisfait. Substituons messieurs, mais quand un politique râle, il a aussi ses raisons.
Publié : il y a 1 an
pour Mr Pierrick thermicien

Lorsque le calcul est corroboré par l'expérience et le succès de la réalisation le fruit du raisonnement d'un individu associé à un fournisseur responsable et compétent on se dit que ce n'est pas l'état qui est au service de l'individu mais le contrairé.

Ou alors les hommes lorsqu'ils sont trop nombreux savent moins bien collaborer entre eux que les singes.

https://www.dropbox.com/s/99g4plmj5sldnv4/WA-substitution-eau%20%281%29%20%281%29.pdf?dl=0
Répondre à ce sujet
Loi Elan : ces amendements qui ont fait bondir la filière PVC
Menu
×