L'Ordre des architectes lourdement sanctionné pour pratiques déloyales

par BATIACTU il y a 2 mois
AMENDE. L'Autorité de la concurrence vient de lourdement sanctionner l'Ordre des architectes du fait des pratiques visiblement déloyales de quatre de ses antennes régionales. Elles ont "diffusé et rendu obligatoire" un barème d'honoraires.
Lire l'article sur Batiactu
16 réponses à ce sujet
Publié : il y a 2 mois
Le néo-libéralisme dans toute sa splendeur : il n'y a pas de limite à l'exploitation de la matière grise, comme à l'exploitation de la main d'œuvre. La course au dumping est ouverte, au grand bénéfice de la qualité, bien entendu. On peut, on doit faire toujours plus et mieux pour moins cher. C'est la recette miracle et universelle qui fait les choux-gras des escrocs, des signatures de complaisance, des exploiteurs de travailleurs détachés. On nous a fait croire que désormais les attributions de marchés, que ce soit de travaux ou de prestations intellectuelles, seraient vertueuses, qu'elles iraient au mieux-disant et non systématiquement au moins-disant. Du pipeau ! La paupérisation des architectes n'est pas encore suffisante, quand on sait que le tiers d'entre eux ne gagne pas le SMIC, en bossant plus de 50h par semaine. Ce qu'on veut, c'est les faire disparaître. Qu'en pense Macron, ce grand ami des architectes ? Qu'en pense le ministre Riester ? Quelle est la conception qu'on a de l'architecture au sommet de l'Etat ? Une formule pour la résumer : quelques architectes starifiés, le reste sacrifiés !
Publié : il y a 2 mois
Ce qu'il y a de fabuleux, c'est que l'on parle de prix alors que JAMAIS on ne défini le CONTENU du travail dont le prix devrait être la conséquence.
Les missions telles que définies par la MOP sont beaucoup trop laches pour permettre de distinguer un fumiste d'un type consciencieux. La négociation qui était la base de la MOP a été dissoute dans le Code des Marchés Publics dans lequel les prestations intellectuelles sont moins bien achetées qu'un lot de papier toilette!
Publié : il y a 2 mois
Cet article est choquant de fausses informations ! Jamais le CNOA ni les CROAs en question n'ont usé de telles pratiques. Ils ont simplement rappelé que des architectes qui proposaient des taux d'honoraires anormalement bas pour avoir des marchés au détriment des autres concurrents, violent l'article 18 de notre Code des Devoirs :
"Sont considérées notamment comme des actes de concurrence déloyale prohibés toute tentative d'appropriation ou de détournement de clientèle par la pratique de sous-évaluation trompeuse (...) des prestations à fournir".
L'Ordre a tout simplement fait son travail en demandant des comptes à ces architectes, et il a indiqué les recommandations de la MICQP - établies par les Pouvoirs Publics eux-mêmes ! - pour mettre en évidence que des offres à moitié prix sont anormalement basses.
L'Ordre aurait été en FAUTE s'il n'avait pas agi, ce qui est un comble.
L'article présente les faits sous un éclairage artificiel et subjectif.
Publié : il y a 2 mois
Quand une profession lutte pour sa survie en essayant de dissuader ceux qui travaillent à perte, on parle de pratique déloyale... Un coup de projecteur bien mal intentionné qui ne servira qu'à continuer à dévaloriser cette profession... La qualité architecturale s'en ressent déjà et ce n'est qu'un début.
Publié : il y a 2 mois
Ce rappel a l'ordre de l'ordre n'est pas étonnant, il est bien connu que l'architecture est une profession à but non lucratif.
Publié : il y a 2 mois
L'ordre des avocats est une bande de malfaiteurs qui impose des procès inacceptables pour que des particuliers subissent le diktat des architectes. Ceux-ci n'établissent pas de devis pour leurs services et facturent au fil de l'eau. Un scandale !
Publié : il y a 2 mois
!! On en parlait il y a encore peu avec des architectes qui justement se demandaient pourquoi l'ordre ne faisait rien vis à vis de ces réponses anormalement basses qui entrainent des missions tronquées avec des DCE vide mais que le maitre d'ouvrage n'est même pas capable de contrôler puisqu'il ne sait pas ce qu'il achète (je parle des petites collectivités principalement).
L'autorité de la concurrence devrait plutôt contrôler la qualité de travail de ceux qui répondent avec du 7% pour mission de base sur 350 k€ et 7% par la même équipe pour mission de base avec EXE su 250 k€ et ce n'est qu'un exemple parmi d'autres.
Publié : il y a 2 mois
L'obligation de recours à l'architecte est déjà en soi une pratique déloyale dans un pays dont la devise est "liberté, égalité, fraternité" où la compétence devrait primer sur les diplômes. Mais bon, en France, on n'est pas à une contradiction près.
Publié : il y a 2 mois
L'architecte n'est pas un commerçant. Il vend sa réflexion et son savoir et ne fait pas de marge sur un produit qu'il a acheté moins cher chez un grossiste.
Un architecte qui ne vend pas son travail à la hauteur de sa valeur ne peut pas bien travailler.
il est étonnant que l'on s'élève contre l'Ordre qui défend nos intérêts et la qualité de notre travail et qui pour une fois pourrait se rendre utile en défendant la qualité de notre travail.
Personne ne s'élève contre les honoraires pratiqués par les avocats ou par les médecins. Sans doute parce qu'ils n'ont pas besoin que leur Ordres respectifs leur apprennent ce qu'est la solidarité.
Le problème est qu'en France tout le monde a une opinion sur l'architecture, surtout ceux qui n'y connaissent rien et que beaucoup de confrères se comportent comme des épiciers.
Au lieu de gagnent des projets à réaliser ils gagnent des affaires.
Et c'est contraire au serment prêté.
La DGCCRF ferait bien de le relire et s'attaquer plutôt aux émissions de Déco sur les différentes chaînes de télévision qui font croire que tout un chacun peut être architecte plutôt que de s'attaquer à notre Ordre professionnel qui défend la qualité architecturale et donc notre profession.
Raf Listowski
Publié : il y a 2 mois
Décision aberrante d'une justice manifestement inféodée aux injonctions ministérielle de promotions des PPP et marchés globaux au détriment de la compétence et de la diversité. Espérons que des magistrats plus indépendants instruisent les appels !
Car enfin rappeler que la Mission INTERMINISTÉRIELLE pour la QUALITÉ des constructions publiques avait produit un guide indicatif à destination des maîtres d'ouvrages non professionnels pour les aider à analyser des offres apparemment ressemblantes est ce une faute ?
Se battre pour la juste rémunération des professionnels, quel que soit leur métier est ce une faute ?
Rappeler que la vente à perte est un délit est-ce une faute ?
Mais bien évidemment cela gène tout ceux qui veulent se cacher derrière des apparences pour ne pas dire que derrière ces pratiques inconséquentes et effectivement illégales se cache la corruption et la non qualité.
la précarisation des emplois avec la multiplication des statuts d'auto-constructeurs, travailleurs précaires et souvent dépendants de structures qui les exploitent. Cette situation est déjà très largement présents dans une ingénierie au sein de laquelle on trouve de ce fait désormais de nombreux prestataires sans couverture sociale ni retraite autre que celle de la minimale solidarité nationale.
et pourquoi ?
La mise en danger des usagers et habitants !

parce que par contre la baisse des prix prétexté de ces orientations et de la baisse de qualité qu'elle génère, elle continue à se faire attendre
Publié : il y a 2 mois
Les politiques se mettent bien d'accord pour voter leur salaires, leurs primes et autre avantages...Il faudrait commencer par sanctionner ceux qui devraient donner l'exemple
Publié : il y a 2 mois
Cet organisme de la concurrence pourrait s interesser à ce qui se passe dans les etudes notariales... et là c est pas régional.
Publié : il y a 2 mois
L'ordre des architectes PACA impliqué dans ce processus d'entente illicite.. S'il n'était impliqué que pour cela! Le procureur de la République s'est étonné que la quasi totalité des marchés publics de maitrise d'oeuvre ait été attribuée de façon mafieuse par une collectivité locale de PACA bien en vue des autorités judiciaires. Et le conseil régional a fermé les yeux sur cette dérive..
Publié : il y a 2 mois
on était plus raisonnable chez le roi Ubu. La France est le pays d'Europe avec le plus faible nombre d'architectes par habitant et, malgré ce déficit clairement préjudiciable à l'intérêt du Public, 70% d'entre eux naviguent péniblement autour du SMIC. Il est constant qu'un architecte qui fait bien son travail améliore le rapport qualité-prix, comme il est constant que le dumping dans les honoraires fait énormément de dégâts. Les pouvoirs publics l'ont bien compris en établissant une méthode d'évaluation des honoraires qui est d'ordre public. Comment pousser l'absurdité jusqu'à sanctionner l'Institution en charge qui ne fait qu'œuvrer dans le cadre de la loi et l'application du Code des Devoirs professionnels qu'elle doit faire respecter , et ce très évidemment dans l'intérêt public?
Publié : il y a 2 mois
Non ! Ici l'Ordre n'a pas défendu l'intérêt des architectes. Au contraire sa grande maladresse nous coûte encore notre réputation auprès de la maîtrise d'ouvrage et du public. Pourquoi l'Ordre choisit-il toujours des méthodes coercitives pour nous "défendre" ? Faute de compétence ou d'argument ?
On ne convaincra personne de la plus-value du recours à l'architecte à coups de bâtons.
Que dire de cette nouvelle idée du CROAPL : "Valorisons la profession, inscrivons vos salariés !.." Et l'Ordre attaque les architectes des Pays de la Loire qui sur leur site internet qualifient d'Architecte un salarié diplômé et habilité mais qui n'aurait pas cotisé à l'Ordre. Ce "afin de permettre de renforcer efficacement le désir d'architecture dans notre société." Expliquez-moi ?
L'envie d'Architecture, la juste rémunération de l'Architecte se défend d'abord par la qualité architecturale et l'engagement professionnel. Il est temps que l'Ordre change de registre.
Publié : il y a 2 mois
Vive le dés"ordre" et de l'anarchitecture !
Répondre à ce sujet
L'Ordre des architectes lourdement sanctionné pour pratiques déloyales
Menu
×