Marseille : deux immeubles s'effondrent, une procédure avait déjà été engagée

par BATIACTU il y a 1 an
EFFONDREMENT. Ce lundi 5 novembre au matin, deux immeubles d'habitation se sont effondrés en plein centre-ville de Marseille. Le bilan humain pourrait être lourd. Les autorités locales avaient déjà engagé une procédure contre ces édifices extrêmement vétustes. Julien Denormandie, ministre du Logement, s'est rendu sur place, pendant que le procureur de la République de Marseille a saisi la police judiciaire.
Lire l'article sur Batiactu
4 réponses à ce sujet
Publié : il y a 1 an
Pour résumé: un immeuble dont l'insalubrité a été dénoncée à la Marie, sur lequel un arrêté de péril a été rendu, et qui aurait été muré… Et rien n'a été fait par le propriétaire (ou la copropriété) pour consolider le bâti?
Difficile d'invoquer la responsabilité publique dans ce cas.

Le mouvement de terrain consécutif aux pluies? Pourquoi pas. Plausible sur un terrain en pente.

Maintenant, il faut préserver les immeubles attenant et ordonner en urgence leur étayage conservatoire. Qui va s'en charger?
Publié : il y a 1 an
Nos pensées vont aux victimes et leurs proches tout comme aux habitants dont la vie bascule soudainement
Publié : il y a 1 an
@ Ariel-Dahan
Sauf que si vous lisez attentivement le tweet de la Ville de Marseille, inséré dans le corps de l'article, il est indiqué que le n°63 était propriété de Marseille Habitat, un organisme HLM public ou semi-public, et que le n°65, immeuble en copropriété, avait fait l'objet, seulement 2 semaines avant son effondrement, "d'une expertise des services compétents qui avait donné lieu à la réalisation de travaux de confortement permettant la réintégration des occupants". De l'aveu même de la mairie, la copropriété semble donc avoir effectué les travaux que "les services compétents" lui avait demandé d'effectuer, et ne semble donc pas être en tort. Par ailleurs, il est possible que les experts puissent démontrer que l'effondrement du n°65 ait été provoqué par l'effondrement du n°63 qui était, quant à lui, propriété d'un bailleur à vocation sociale, organisme qui semble n'avoir pris aucune mesure conservatoire pour prévenir l'effondrement de son immeuble, et s'être contenté d'en murer les entrées sans tirer les conséquences de sa constatation d'un risque d'effondrement susceptible de porter préjudice aux immeubles voisins ...
Il est donc fort possible que la responsabilité publique puisse être invoquée en l'espèce, et c'est très vraisemblablement la ligne de défense qui sera adoptée par l'avocat de la copropriété du n°65, possiblement avec succès, si cette affaire prend un tour judiciaire, ce qui est évidemment plus que vraisemblable ...
Publié : il y a 1 an
La situation est effectivement ambigüe.
D'un côté une expertise judiciaire administrative qui constate le péril, et impose des travaux. Je doute que ces travaux entrepris en moins de 15 jours aient porté sur le renfort de la structure. Hautement improbable. Cependant les mêmes experts considèrent que le péril n'est plus. Il faudra qu'ils s'en expliquent.

D'un autre côté, le défaut de l'OPHLM marseillais serait hautement préjudiciable.

Il faudra donc prendre connaissance des résultats de l'enquête pour déterminer quelle fut la cause déterminante:
- le mouvement de terrain lié aux fortes pluies?
- l'état de péril de l'immeuble public?
- les travaux imparfaits ou incomplets de l'immeuble privé?
- l'erreur des experts?

Du travail pour les assureurs en perspective.
Répondre à ce sujet
Marseille : deux immeubles s'effondrent, une procédure avait déjà été engagée
Menu
×