Peinture isolante phonique : quelle puissance

par Léo Martin il y a 3 mois
Bonjour,
Les enjeux pour réduire les nuisances sonores sont tellement importantes que la peinture isolante phonique attire mon attention, en complément d'une isolation déjà en place, mais aussi éventuellement comme alternative lors de besoins de rénovations.
Quelle est la puissance d'une peinture isolante phonique ? En avez-vous déjà appliqué chez vous ou chez des clients ? En êtes-vous satisfaits ?
5 réponses à ce sujet
Lancer un nouveau sujet
Publié : il y a 3 mois
Bonjour,
Il ne s'agit pas d'une solution pouvant remplacer complètement un isolant phonique mais plutôt d'une alternative pour gagner quelques décibels. Une peinture isolante phonique permet en moyenne de gagner entre 3 et 15 décibels selon celle choisie.
Personnellement, j'en applique régulièrement aux domiciles de particulier. Il s'agit d'un complément très agréable aussi bien pour l'intérieur du logement des pièces entre elles que par rapport aux logements des voisins dans le cadre d'un appartement.
Après c'est une bonne solution pour rénover sans faire de travaux lourds si l'isolation phonique installée commence à baisser en qualité. Mais cela ne fait que repousser la nécessité de remplacement de l'isolation phonique à plus tard.

Je vous souhaite une bonne journée.
Publié : il y a 3 mois
Merci pour toutes ces informations. Concernant l'application, y a-t-il des différences par rapport à une peinture classique ? Comment me conseillez-vous de procéder ?
Publié : il y a 3 mois
Concernant l'application, je vous conseille vivement de prévoir une sous-couche isolante adaptée d'avoir une bien meilleure adhérence. Ensuite, comme pour l'application de nombreuses peintures, il faudra prévoir de passer deux couches de peinture afin d'avoir un bon résultat.
Et bien sûr, il faut un support propre et sans aspérité, etc. Il est même possible d'installer une toile de verre anti-bruit avant de passer la sous-couche isolantes et les deux couches de peinture, notamment s'il y a de légères fissures sur le ou les murs concernés.
Publié : il y a 3 mois
Je ne peux m'empêcher de réagir lorsque je lis le 1er avis qui évoque un gain de 3 à 15 dB avec une couche de peinture! On ne peut pas laisser dire des affabulations de ce genre.
L'acoustique est une science complexe qui exige des connaissances de base solides et qui fait appel aux mathématiques comme pour la plupart des matières inhérentes à la physique, il s'agit dans ce cas d'une échelle logarithmique! Pour rappel: lorsqu'on double la source sonore, le résultat chiffré est de + 3 dB; > 60 dB + 60 dB = 63 dB ! Dans le même ordre d'idée logique: diminuer la source sonore de moitié équivaut à un atténuation de -3 dB. Le recours à ces produits de traitement acoustique peut tout au plus engendrer une réduction de la réverbération et conduire in finé à une légère amélioration du confort acoustique mais en aucun cas à hauteur des valeurs indiquées par le premier intervenant. Par expérience, -1 à -1,5 dB serait déjà une performance.
Publié : il y a 1 mois
Bonjour.
On parle de 2 choses différentes. L'atténuation des sons qui traversent une paroi (pour se protéger des bruits extérieurs au local) et l'atténuation dans le local, pour ne pas ressentir les effets de la réverbération acoustique dont les échos. Dans ce dernier cas, c'est la surface des matériaux qui va remplir ce rôle par absorption des sons.
Les affaiblissement des puissances sonores seront différents selon les fréquences du spectre audible.
Sur les infos de la 1re réponse, il s'agirait du rapport d'essai AC12-26036382 réalisé par le CSTB sur une peinture à base de microbilles (info apparaissant dans une brochure du fabricant de la peinture en question mais je ne trouve pas ce rapport sur internet ou via le moteur de recherche du site du CSTB)
D'après un autre site qui publie un graphique, les 15 dB d'atténuation seraient atteint vers 2500 Hz et déclineraient dans les fréquences plus basses, pour ne plus provoquer d'atténuation vers 1 kHz.
Seraient-ce des mesures d'atténuation de réverbération (absorption acoustique) plutôt que d'atténuation à travers une cloison peinte ?
En tout cas, c'est loin d'agir sur la totalité du spectre audible.

Une précision sur l'utilisation du décibel (dixièmes de Bel) qui est un nombre sans unité. Il traduit un rapport de puissances (10 log P1/P2).
Les puissances de signaux peuvent être par exemple:
-électriques avec une référence de 1 milliwatt par convention, valeur issue des débuts de la téléphonie et on va ajouter à dB un indice qui va maintenant représenter un niveau de puissance de référence (0 dBm)
-acoustiques (dBA pondéré selon l'oreille humaine) avec 0 dBA = 20 micropascal, pression de référence qui correspond au seuil d'audibilité moyen de l'oreille humaine.
En effet, les changements de niveau de puissance exprimés en logarithmes décimaux collent bien à la sensibilité de l'oreille humaine.

Il convient alors d'écrire, par exemple, 20 micropascal (valeur P2, soit un niveau de 0 dBA) + 20 micropascal = 40 micropascal (valeur P1), donc que le niveau est passé à + 3 dBA (10 log 40/20)
et on peut en conclure que ce doublement de puissance ajoute 3 dB.
A noter qu'une atténuation d'une puissance sonore de 3 dB (puissance divisée par 2) est tout juste perceptible par notre oreille, ce qui n'empêche pas certains fabricants de clamer qu'une atténuation de 3 dB grâce à leurs produits, c'est une réduction de 50% du niveau ressenti.
Répondre à ce sujet
Peinture isolante phonique : quelle puissance
Menu
×