RE 2020 : l'analyse du cycle de vie toujours en chantier

par BATIACTU il y a 3 mois
ANALYSE. A quelques mois de l'écriture de la réglementation environnementale 2020, de nombreuses questions restent en suspens sur la partie carbone et l'analyse du cycle de vie. Ces dernières semaines, diverses interventions d'acteurs de la construction permettent de faire le point sur les défis qui restent à relever.
Lire l'article sur Batiactu
11 réponses à ce sujet
Publié : il y a 3 mois
je ne comprends pas comment on pourra calculer l'empreinte carbone d'un projet à moins que lors de la conception, les matériaux et leur provenance soit figées. Comment dès lors faire des appels d'offre concurrentiels? Un exemple, une construction bois... si l'on prends en compte du bois indigène et que suite à l'appel d'offre, on l'achète à l'autre bout du monde, l'empreinte carbone n'est pas du tout la même
Publié : il y a 3 mois
RE 2020, quelle foutèse !!!
Après HQE et autres conneries de ce genre la nouvelle mode c'est le bilan carbone !
Quels esprits malades ont encore inventé cette stupidité administrative, car ce n'est rien d'autre que de la paperasse inutile destinée à engraisser des bureaucrates !
Toute personne normalement constituée sait que plus une construction est thermiquement et énergétiquement performante, meilleur sera le bilan carbone !
Nous savons aussi que la nature des matériaux mis en oeuvre pour la construction et leur provenance aura une incidence mais qu'elle sera marginale. On ne construit qu'une fois et on consomme tous les jours pendant la durée de vie de l'ouvrage jusqu'à la prochaine réhabilitation lourde dans 50 ans et non dans 20 comme pris en compte dans les calculs.
Il est urgent que les VRAIS acteurs de la construction se révoltent de façon positive contre leurs pseudo représentants et contre tous ces BE et fonctionnaires qui n'ont rien compris et qui n'ont comme seul objectif que la pérennité de leur fonction ou de leur emploi.
Adoptons une RT de niveau passif et rien d'autre !
Il suffira de les équiper de moyens de production d'énergie renouvelables et nous atteindrons le niveau BEPOS.
Publié : il y a 3 mois
Concernant le bas carbone, le mieux est l'ennemi du bien. Comme le dit André Pouget, il faut faire simple et ne pas chercher a calculer le carbone au gramme prêt
Publié : il y a 3 mois
Pourquoi ça ne bosse pas au niveau européen pour mutualiser la méthode ? Déjà cela coûterait moins cher et le résultat serait de meilleur qualité. Mais non, la France veut inventer sa poudre (aux yeux). De plus, dans l'aéronautique, on est capable de faire poser un module sur une comète, mais dans le bâtiment, on est pas capable de créer un modèle mathématique cohérent. Tout ça parce que tous les lobbies ouvrent leur gu..... et tirent la couverture. A la sortie, on aura de la cuisine de mauvaise qualité et de la complexité à outrance. Quant aux FDES, si c'est ça qui sert de base, c'est généralement n'importe quoi. Quant au carbone, c'est loin d'être le seul élément qu'il faut prendre dans l'équation pour faire du bon boulot. Donc, la construction écologique et responsable, c'est pas pour demain. 2120, eut être ?
Publié : il y a 3 mois
La RT2012 a fait l'erreur de calculer très finement (à l'heure près) les pertes et les apports d'énergie d'un bâtiment. Du coup, les calculs ne sont plus à portée de chacun. Il faut déléguer à un BE sans possibilité de réel contrôle. C'est ridicule quand on sait que le choix de ratios minimum groupés de l'isolation des parois, du choix de VMC, de fuites d'air contenues permet d'obtenir le résultat voulu (c'est à dire la classe A voire moins) sans calculs délirants. Avec la prise en compte du CO2 ce sera bien sûr encore pire et avec des marges d'erreur tellement importantes qu'on ne sera sûr de rien ! Marre de cette collusion entre soi-disant experts lobbyistes et politicards qui se laissent manipuler par leur ignorance.
Publié : il y a 3 mois
La folie furieuse de la classe politique Française tous confondus. Il faut les enfermer ou les battre pour leur faire entendre raison mais ce n'est pas gagné
Publié : il y a 3 mois
Je propose que tous les candidats aux postes de ministres, députés ou sénateurs, passent d'abord par trois années minimum de travail en tant qu'ouvriers dans le bâtiment, l'industrie ou l'agriculture.
Publié : il y a 3 mois
On ne s'aperçoit que maintenant que la construction bois n'a pas le meilleur bilan environnemental ? Cela montre que personne n'avait encore pris le temps de simplement comparer les FDES des différents éléments de structure et que les discours ambiants sont idéologiques et répondent surtout à une mode.
Publié : il y a 3 mois
@Francis Le bris
Vous n'avez pas encore compris que ce qui se fait ailleurs n'est pas bien fait ! La France à les solutions, les autres sont des c...
Il n'y a qu'a voir les inepties qui sont d'application en France; 2 exemples:
L'intégration des panneaux PV en toiture pour empêcher le bon refroidissement des panneaux et donc diminuer leur rendement.
L'utilisation de bandes papier pour les joints de placo, la risée de pas mal d'autre pays !
On peut en trouver de nombreuses, sans parler des tracasseries administratives comme le calcul thermique par un logiciel "agréé " ...laissez moi rire !
Publié : il y a 3 mois
Et pendant qu'on discuté sur quelques %, les émissions de gaz à effet de serre en chine ont augmenté de 53,5 % en 10 ans pour s'établir à 12,3 millards de tonne en 2014. excella doit encore augmenter jusqu'en 2030. La chine qui nous vend tous les matériaux pour construire nos (très chères) éoliennes pour le plus grand profit des lobbys éoliens.
Publié : il y a 3 mois
C'est vraiment si "difficile à mettre en oeuvre" de faire un bilan carbone ? Dites plutôt que les lobbies de la construction traditionnelle ne sont pas encore prêts à faire face à la réalité surtout... Mais bon, c'est bien beau un bilan carbone, mais est-ce que c'est vraiment la bonne solution quand le béton arrive à faire une fiche FDES qui le fait passer pour un des matériaux les plus écologiques grâce à la recarbonatation ? A quand réfléchira-t-on plus intelligemment et quand prendra-t-on en compte le réel problème des matériaux de construction : les ressources (énergie et eau principalement) nécessaires à leur fabrication ?
Répondre à ce sujet
RE 2020 : l'analyse du cycle de vie toujours en chantier
Menu
×