RE2020 : l'Etat fixe les règles du jeu pour une application en 2021

par BATIACTU il y a 1 semaine
REGLEMENTATION. L'État vient de faire connaître les règles du jeu de la future réglementation environnementale 2020, qui sera appliquée à compter du 1er janvier 2021. Les arbitrages en faveur du chauffage électrique sont à présent inscrits dans le marbre. Détails.
Lire l'article sur Batiactu
21 réponses à ce sujet
Publié : il y a 1 semaine
Malheureusement c'était prévisible depuis la demande par l'état à EDF de plancher sur de nouveaux EPR. C'est vrai que le premier est tellement efficace et peu onéreux qu'on doit le généraliser! on sait maintenant que l'electricté nucléaire à un coup de revient plus élevé que les renouvelables et que seule la sobriété énergétique pourrait limiter la casse mais non, encourageons la massification de la voiture nucleo-Electrique pour accélérer notre vitesse quand on fonce dans le mur!
Publié : il y a 1 semaine
On s'en doutait le scénario 100% renouvelables de la ministre E. Borne c'était du bidon ! La vérité c'est 6 EPR !
Un scandale ! Une déclaration de guerre !
Les défenseurs de la planète et non pas seulement ceux qui sont qualifiés d'écolo ne doivent pas se laisser faire, les laisser faire !
Ils veulent mener une politique de terre brûlée pour un maximum de fric immédiat ? Nous brulerons tout ! Le virage écolo de Macron c'est du bidon ! La réforme des retraites on s'en fout, l'important c'est l'environnement !
Publié : il y a 1 semaine
Quand on pense que dans cette même ligne, le CEP passant de 2.58 à 2.3 de coefficient pour l'électrique, les matériaux bio-sourcés qui coûtent extrêmement cher et moins performant quant à leur résistance thermique. Il est certain que nous allons à l'inverse des économies d'énergie et du retour sur investissement pour les maître d'ouvrage. Cela me fait penser aux même bêtises pour les voitures électriques, avec certains composants des batteries ou onduleurs, PLUS RARE que le pétrole !!! Heureusement on supprime l'ENA !!!
Publié : il y a 1 semaine
C'est indiscutable que l'électricité française émet beaucoup moins de CO2 que le Gaz fossile.
Les "grilles pain" ont un rendement de 100% comme tous les appareils à effet Joule. Mais il est également vrai que les systèmes radiatifs permettent de baisser la température à iso confort et de faire faire des économies par cette baisse: 2° de différence avec seulement 10° d'écart entre dedans et dehors, c'est 20% de gain. Dans le coût pour les acheteurs, si ceux ci investissent, les économies du système de chauffage dans un complément d'isolation, ils s'y retrouveront tant l'été que l'hiver.
Publié : il y a 1 semaine
C'est pas l'électricité le problème, c'est la façon dont elle est produite… La meilleure énergie n'est pas celle que l'on ne consomme pas, mais celle qui n'émet pas de CO2, et plus généralement celle qui ne pollue pas. Où est le problème si le "grille pain" est alimenté par une énergie propre. Impossible ? Une fleur n'a pas besoin de pétrole ou d'une centrale nucléaire pour pousser, pas plus que nous autres êtres humains pour maintenir nos corps à 37°... La quantité d'énergie nécessaire pour garder un organisme en vie est énorme, sans avoir un bilan carbone désastreux pour autant ! Bon, pour ceux qui mon lu jusque là et qui commenceraient à douter de ma santé mentale, je précise que je suis bien conscient qu'à court terme, bien sûr, la recherche d'efficacité énergétique (réduction des consommations) est une étape indispensable, mais est-ce là un horizon indépassable ? L' habitat bouteille de thermos, l'approche extrêmement technique et normative dans la production de logements de plus en plus chers (et donc de plus en plus petits car on vend les m2 comme les 15 cigarettes proposées au même prix que le paquet de 20...), les éco-quartiers avec bâtiments en rend d'oignons plein sud… tout cela, moi, ça ne me fait pas rêver. Je suis pour ma part persuadé que l'avenir sera de revenir à des solutions plus équilibrées intégrant du "chauffage propre" avec par exemple des systèmes de capteurs solaires et des solutions de stockage intégrant des impératifs environnementaux (énergie grise, recyclage…) rigoureux. Et d'autres solutions sont étudiées un peu partout dans le monde, qui progresse. Utopique ? Certainement si l'on se donne comme seul solution (religion ?) indépassable l'économie d'énergie et non l'énergie propre… Alors réintégrer l'électrique comme un horizon certes (peut-être) encore lointain mais possible constitue, me semble t'il, un changement de paradigme à considérer...
Publié : il y a 1 semaine
Miche Laronche semble énervé. Pourtant cette évolution parait cohérente pour quatre raisons:
1) les bâtiments très isolés nécessitent peu d'énergie pour se chauffer. dans cette configuration, le chauffage électrique, simple à mettre en oeuvre, économique à la pose et sans aucune maintenance, n'est pas riducule.
2) je n'ai jamais compris cette volonté de pénaliser la seule énergie qui n'est pas importée
3) cela permet de réduire l'usage des énergies fossiles (gaz, fioul), qui par définition ne sont pas éternelles
4 ) l'électricité d'origine nucléaire est effectivement très décarbonnée.
Pour toutes ces raisons, et contrairement à ce qu'affirme Miche Laronche, le gouvernement a fait au contraire un choix très écologique
Publié : il y a 1 semaine
Ce serait bien que celui qui énonce "Nous avons donc un retour aux 'grille-pains', qui consomment trois fois plus que les solutions électriques intelligentes" donne quelques explications thermodynamiques qui peuvent l'amener à énoncer de genre de phrase .. que je considère dans cette attente à priori comme une ineptie
Publié : il y a 1 semaine
Irresponsable, insupportable sur tous les plans et notamment financier !
J'ai eu l'illusion de croire au propos de Mme Borne semblant rappeler à l'ordre le pdg d'EDF, énorme désillusion. Quel avenir pour nos enfants et petits enfants.

Débat tronqué, car la vraie question des orientations énergétiques à se poser est la suivante:
Voulons nous mettre en place une énergie propre, non polluante, très peu chere, sans risque technologique ou politique, pérenne sur des millions d'année , acceptable par les citoyens, ou continuer Jusqu'à épuisement des énergies fossiles ou nucléaires avec tous les risques que cela implique.
On a pas besoin d'arguments scientifiques aujourd'hui pour prouver la pertinence du solaire. Par contre démontrer le bien-fondé du recours a l'électricité nucléaire ne peut se faire qu'à coup de rapports de x scientifiques, x reglementations défiant le bon sens qui ne pourront jamais faire oublier les quelques "bavures": le surgenerateur, les catastrophes nucléaires majeures, l'illusion sur la gestion des déchets et le coût du démantellement des centrales nucleaires.
Des centaines de milliards a charge a hauteur de l'engagement de l'état 85% et donc du contribuable.
Quelle irresponsabilité, quel puissant lobby pour satisfaire l'ego de quelques uns !!!
Publié : il y a 1 semaine
Tous ces changements perpétuels de normes au gré des combats de lobbys sous prétexte d'écologie conduisent à la négation de toute architecture remplacée par du design minimaliste mais onéreux. Durable? A la vitesse, à laquelle évoluent les "solutions", rendez vous dans vingt ans dans les "écoquartiers", leurre de ce siècle, comme le fut le "grand standing" au siècle précédent. Le seul "machin" qui donne une idée du mouvement perpétuel est la pompe à fric continûment renouvelable.
Publié : il y a 1 semaine
M.Gérard Guerit: les énergies non importés sont les renouvelables pas le nucléaire. Pour le combustible nucléaire on dépend de certains pays d'Afrique pas toujours stables.
Publié : il y a 1 semaine
Pour répondre à Franck Robidou: réfléchissez à la partie importée des éoliennes et des capteurs phootvoltaïques, qui de toute façon, ne peuvent représenter qu'un (petit) complément.
Après, il y a la biomasse OK, les PAC OK, qui nécessitent aussi de l'électricité pour pouvoir fonctionner.
Pour aller plus loin, si l'on veut moins de nucléaire, ce qui peut s'admettre pour différentes raisons, une seule solution: construire de nouveaux barrages. Mais lorsque l'on voit que le projet de Sivens, qui a fait un mort et qui n'était qu'une petite retenue, on imagine mal pouvoir noyer une vallée entière, même inhabitée.
Enfin, si l'on veut également développer le parc de véhicules électriques, on m'expliquera comment faire, sauf à développer le parc nucléaire...et à construire des barrages.
Publié : il y a 1 semaine
Ça veut dire quoi "des chauffages Joule performants"?
Un convecteur de 1kW qui fonctionnerait pendant une heure consommerait moins de 1kWh? Y aurait-il une évolution de la physique qui m'aurait échappé?
Publié : il y a 1 semaine
Energie fossile , énergie "verte" ,énergie nucléaire …. Je pense qu'il faut regarder le problème de la source de l'énergie nécessaire à chauffer les bâtiments d'une façon beaucoup plus globale . Le vrai problème n'est pas de savoir qu'elle est la source que l'on va privilégier mais plutôt comment nous allons concevoir les bâtiments de demain pour qu'ils soient le moins énergivores.
Ensuite, se pose le problème du choix de la source et là , je rejoins l'orientation du gourverment .
N'oublions pas l'essentiel ….l 'énergie la moins chère est celle que l'on ne consomme pas , l'énergie la moins polluante est celle que l'on ne fabrique pas !
Publié : il y a 1 semaine
Si le gaz , le fuel, le charbon, le bois, la biomasse, génèrent du CO2, des particules et bien d'autres polluants, le nucléaire génère des déchets, tous ces carburants présentent des risques (même les barrages et les éoliennes).
Sauf et revenir aux peaux de bêtes sans le feu de bois, il faut choisir et assumer.
Dans les "solutions pas con"), la récupération de la chaleur des eaux grises pour réchauffer (un peu) l'eau froide serait simple et pas cher, comme la ventilation par VMI avec puisage en sous sol ou la "climatisation" par circulation de l'eau froide dans les cloisons avant utilisation.
J'ai essayé, ça marche.
Publié : il y a 1 semaine
De quel facteur voulez diminuer les émissions de carbone de l'électricité? 2 ? 3 ?
Facile !
Il n'y a qu'à changer le contenu de 147 g/kWh (Ademe) à 79 ou mieux de 210 à 79! Effet garanti immédiat, qui nous conduira à être les champions du monde… des fumistes.
Il reste à espérer que cette "légèreté" n'est pas le présage de ce que sera la RE2020.
En tout cas cela en dit long sur l'utilisation des chiffres pour orienter les politiques énergétiques souhaitées.
Quant aux abonnés ignorant de ces manipulations dont il est (sera) la victime, il découvrira plus tard que l'option électrique pour le chauffage est un choix sans retour.
Publié : il y a 1 semaine
Au moins plus de doute possible sur qui tient le stylo au moment de signer.
Publié : il y a 1 semaine
Et vous sous attendiez à quoi ? La RT2012 est (était) putanisée ... Vive la future proche RE2020 encore plus putanisée !
Publié : il y a 1 semaine
Lobbying contre lobbying … lorsque le 1er ministre d'un pays a eu des fonctions de lobbyiste (ou assimilé) dans une filière, comment s'étonner que, indirectement, cette filière soit "un peu" favorisée.

D'après vous, chez qui notre 1er ministre a travaillé dans le passé.
Coup de main discret … on a affaire à de fins limiers de la politique !
Publié : il y a 1 semaine
A Dominique Guérin
Les solutions dont vous parlez sont intéressantes. je les aussi essayées et ça marche. Mais tout cela n'est pas valorisé dans la RT2012 et ne le sera pas plus dans le RE2020. Alors cela restera marginal.
Publié : il y a 1 semaine
Je l'ai appliqué dans ma maison RT 2005, ça marche.
Comment faire pour que les responsables des RT ouvrent les yeux sur les solutions simples et pas cher???
Publié : il y a 6 jours
Ces solutions, je les ai pratiquées et je les pratique pour mes maîtres d'ouvrage depuis plus de 20 ans. Et ça marche ....
Mais les RT ou RE sont finalisées par des arbitrages avec les lobbies les plus puissants. Le CSTB n'est pas indépendant, et ces solutions, par trop alternatives ne les intéressent pas. Elles ne sont donc pas intégrables dans le moteurs de calculs réglementaires. Sauf avec le fumeux titre V qui n'est accessible financièrement qu'aux gros industriels. Donc, pour les petites, c'est mort.
J'ai conçu des dizaines de maisons qui consomment 2 fois moins que le résultat du calcul réglementaire ...
De l'autre côté (CMistes en tête), il y a plein de maisons qui consomment beaucoup plus que le résultat du calcul réglementaire ...
Cherchez l'erreur et à qui elle profite ?
Par exemple, l'obligation de 17% de surfaces de baies, sans obligation d'orientation : vous trouvez ça intelligent, vous ?
Et des inepties comme ça, il y en a un paquet.
Répondre à ce sujet
RE2020 : l'Etat fixe les règles du jeu pour une application en 2021
Menu
×