Rénovation de la tour Montparnasse : nouvelle AOM gagne le concours

par BATIACTU il y a 2 ans
CONCOURS. A l'issue d'un conseil syndical tenu ce mardi 19 septembre, les élus et représentants des copropriétaires de la tour Montparnasse, ont désigné l'équipe française nouvelle AOM, comme lauréate du concours international d'architecture. Elle réunit les agences Chartier-Dalix, Franklin Azzi et Hardel et Le Bihan.
Lire l'article sur Batiactu
19 réponses à ce sujet
Publié : il y a 2 ans
très joli choix, bravo
Publié : il y a 2 ans
La beauté c'est une chose

La comparaison et consommation en énergie finale avant et après c'est une autre chose
Publié : il y a 2 ans
Elle va être superbe, bon courage à toutes et tous.
Publié : il y a 2 ans
Combien d'émission carbone en plus? Quand passerons nous de la parole aux actes?
Publié : il y a 2 ans
Et comment vont-ils gérer la problématique Amiante ?
Publié : il y a 2 ans
Voir l'article BATIACTU ci-dessous pour comprendre comment l'interaction entre les différents paramêtres en liaison avec le PB mondial de l'energie

http://www.batiactu.com/edito/ser-appelle-a-un-doublement-fonds-chaleur-50442.php?MD5email=f425f7220d0a184c2ad793601461768a&utm_source=news_actu&utm_medium=edito&utm_content=article
Publié : il y a 2 ans
Pourquoi localiser une crèche entre les niveaux 42 et 45 ?

Je ne pense pas que de très jeunes enfants soient les occupants les plus faciles à évacuer en cas d'urgence !

Je ne suis pas sur que la nature humaine, dans un moment de grande peur, donnerait la priorité aux enfants si ce ne sont pas les leurs!

Le rez de chaussée me parait plus judicieux et permettrait d'y associer un jardin ou une cours.
Publié : il y a 2 ans
Voici comment rendre une tour acceptable dans Paris. En fait, elle sera moins visible qu'aujourd'hui, ce qui devrait atténuer l'agression visuelle d'aujourd'hui. Mais les problèmes posés par les différents commentaires précédents restent posés !
Publié : il y a 2 ans
Quitte a me repeter

La beauté c'est une chose

La comparaison avant/après

en ce qui concerne la consommation en énergie finale c'est une autre chose?

Si la consommation énergétique est divisée par 10 dans cette tour grâce à l'isolation probablement en raison de l'implantation de triple vitrage et non de double vitrage. Voir

http://infoenergie.eu/riv+ener/complements/isolation-generalites.htm

Cette modernisation serait l'occasion pour Paris de montrer aux autres pays du monde l'exemple de ce qu'il faut faire pour mettre en place une réelle transition énergétique à l'occasion JO 2024 à Paris

Vu la proximité de cette tour par rapport à la Seine un scientifique ayant un minimum de connaissance accédant au fichier suivant

https://www.dropbox.com/s/8ioadlc2sb6zyui/Epub.pdf?dl=0

saurait ce qu'il convient de faire pour réduire la consommation en énergie finale non pas par 10 mais par 50 voire 80 ceci en faisant bénéficier l'habitat situé à proximité de cette tour d'avantages comparables
Publié : il y a 2 ans
Barenton confiseur nous a appris qu'un marché fondé sur l'idée que les performances promises ne seront pas tenues est un mauvais marché. Il est donc essentiel pour les copropriétaires se portant en Maître d'ouvrage que le contrat de performance soit basé sur une efficacité raisonnable de la génération thermique.

Avec une surface des parois verticale qui pourrait être proche de quelque 40 000 m2 passant de simple vitrage à triple vitrage c'est une nouvelle déperdition annuelle que va devoir fournir le nouveau dispositif de chauffage

40 000 x 100 = 4 000 000 kWh,

déperdition voisine de celle de la RT2012 pour une surface habitable qui pourrait être voisine de 90 000 m2.

Pour comprendre cela voir les deux fichiers ci-dessous

http://infoenergie.eu/riv+ener/complements/isolation-generalites.htm

et

http://infoenergie.eu/riv+ener/LCU_fichiers/LT-discutable.htm

Reste à espérer que ces copropriétaires raisonnerons dans le sens de l'intérêt général qui se trouve à être dans ce cas particulier dans le sens de leurs intérêts particuliers. A savoir qu'il prendrons la décision de passer à la solution de chaufferie hybride préconisée dans la "Solar Water Economy" Voir

https://www.dropbox.com/s/j04c2cdnoct47fj/SWE.pdf?dl=0

Ceci de telle sorte qu'au lieu de consommer annuellement 4 millions de kWh en énergie finale électrique ou gaz la tour n'en consomme que 800 000 avec un bien modeste COP de 5 le complément de 32 000 kWh étant prélevé dans l'eau.

Des sociétés comme Waterkotte, CIAT, Stieble Eltron, voire Weishaupt ou Carrier sont probablement prêtes à relever le défi

Quant à la puissance devant être installée les ingénieurs thermiciens en charge de ce projet peuvent utilement se reporter au recommandations de Mr Sovignet accessible par

http://infoenergie.eu/riv+ener/complements/Liens.htm

Complété par le fichier

https://www.dropbox.com/s/nzhx30b3x5tjumy/LT-RT2012.pdf?dl=0


Barenton confiseur nous a appris qu'un marché fondé sur l'idée que les performances promises ne seront pas tenues est un mauvais marché. Il est donc essentiel pour les copropriétaires se portant en Maître d'ouvrage que le contrat de performance soit basé sur une efficacité raisonnable de la génération thermique.

Avec une surface des parois verticale qui pourrait être proche de quelque 40 000 m2 passant de simple vitrage à triple vitrage c'est une nouvelle déperdition annuelle que va devoir fournir le nouveau dispositif de chauffage

40 000 x 100 = 4 000 000 kWh,

déperdition voisine de celle de la RT2012 pour une surface habitable qui pourrait être voisine de 90 000 m2.

Pour comprendre cela voir les deux fichiers ci-dessous

http://infoenergie.eu/riv+ener/complements/isolation-generalites.htm

et

http://infoenergie.eu/riv+ener/LCU_fichiers/LT-discutable.htm

Reste à espérer que ces copropriétaires raisonnerons dans le sens de l'intérêt général qui se trouve à être dans ce cas particulier dans le sens de leurs intérêts particuliers. A savoir qu'il prendrons la décision de passer à la solution de chaufferie hybride préconisée dans la "Solar Water Economy" Voir

https://www.dropbox.com/s/j04c2cdnoct47fj/SWE.pdf?dl=0

Ceci de telle sorte qu'au lieu de consommer annuellement 4 millions de kWh en énergie finale électrique ou gaz la tour n'en consomme que 800 000 avec un bien modeste COP de 5 le complément de 32 000 kWh étant prélevé dans l'eau.

Des sociétés comme Waterkotte, CIAT, Stieble Eltron, voire Weishaupt ou Carrier sont probablement prêtes à relever le défi

Quant à la puissance devant être installée les ingénieurs thermiciens en charge de ce projet peuvent utilement se reporter au recommandations de Mr Sovignet accessible par

http://infoenergie.eu/riv+ener/complements/Liens.htm

Complété par le fichier

https://www.dropbox.com/s/nzhx30b3x5tjumy/LT-RT2012.pdf?dl=0
Publié : il y a 2 ans
fait suite à ma note précédente

Il est aussi surprenant de constater qu'à l'occasion de la modernisation de cette tour aucune information ne soit donnée sur l'ancien mode de chauffage pas plus d'ailleurs

que sur le nouveau.

Pour un état antérieur supposé en simple vitrage et un chauffage électrique avec l'effet joule les chiffres ci-dessous peuvent aider les copropriétaires à prendre leur décision.

Ceci dans le cadre d'une réalisation qui soit non pas privative comme cela est le cas ici voir

https://www.dropbox.com/s/n2ws89hnixe5pwv/WA-substitution-eau.pdf?dl=0

mais collective

L'énergie la moins chère est celle que l'on ne consomme pas grâce à l'isolation

- Énergie économisée annuellement:

50 000 m2 à 200 kWh/m2

10 000 000 kWh

- gain annuel si prix du kWh electrique à 20 cts d'euro:

2 millions d'euros

- investissement 50 000 m2 à 400 euros/m2

20 millions d'euros

- Retour Sur Investissement

amortissement en 10 ans

L'énergie la plus chère, l'électricité, est celle que l'on pourrait utiliser beaucoup plus efficacement qu'avec l'effet joule grace à une pompe a chaleur aquathermique vu ses exellentes performances.

Pour peu que les nombreux copropriétaires de cette tour aient un bout de terrain leur appartenant en pleine terre leur intérêt est de choisir une génération hybride allant dans le sens de la "Solar Water Economy" décrite dans l'épilogue du livre

- Nouvelle déperdition annuelle 1 000 000 kWh*

(10 fois moins)

- Nouveau besoin électrique avec génération par PAC eau eau de COP = 5 : 200 000 kWh

- Énergie consommée en moins annuellement 800 000 kWh

- Économie annuelle sur l'approvisionnement en electricité à 20 cts d'euro le kWh: 800 000 x 0,2 = 160 000 euros

- Coût de l'investissement comparable à celui du cas pratique à savoir environ

300 000 euros. Voir le livre "La chaleur renouvelable et la rivière " page 425

https://www.dropbox.com/s/8ioadlc2sb6zyui/Epub.pdf?dl=0

- Retour Sur Investissement en 2 ans

REMARQUES GENERALES

Connaissant la frilosité du parisien concernant la pérennité du chauffage, le fait que la partie combustion de la chaufferie hybride peut assurer le besoin lors de l'entretien de la PAC et aussi le fait qu'il ne faut pas

trop "tirer" sur le réseau au plus froid de l'hiver la chaufferie hybride sur nappe libre n'a sa place en ville que si l'on dispose d'un terrain en pleine terre.

On ne peux qu'espérer que l'exécutif va enfin faire quelque chose au niveau des infrastructures afin de permettre à ces systèmes de se généraliser en améliorant encore ses performances Voir

l'épilogue du livre "La chaleur renouvelable et la rivière "

* en pratique par sécurité

50 000 x 0,5 ×10 × 6000 =

1 500 000 kWh

m2 x w/m2 et °C × °C x h
Publié : il y a 2 ans
je reviens encore sur ce sujet

Il serait triste, pour ne pas dire irresponsable, que l'exécutif se contente d'observer sans participer. Ceci alors qu'en profitant du mouvement induit par les JO 2024 il pourrait aider l'habitat existant situé à proximité dans le cadre de la modernisation de la tour Montparnasse sur le plan social. Voir

http://www.batiactu.com/edito/renovation-tour-montparnasse-nouvelle-aom-gagne-concours-50461.php


La comparaison avant/après

en ce qui concerne la consommation en énergie finale electrique de cette tour.

AVANT

10 000 000 kWh dissipé dans l'atmosphère de la ville au travers du bâti majoré d'environ 20 000 000 kWh dissipé cette fois dans l'eau de nos rivières. Ce dernier chiffre compte tenu du fait que celles-ci refroidissent nos centrales nucléaires actuelles

pour assurer leur bon fonctionnement au détriment de leur écosystème. Ceci en raison du rendement modeste de nos centrales nucléaires actuelle (33%.) Voir

APRÈS

Le million de kWh dissipé dans l'atmosphère de la ville (10 fois moins du fait des triple vitrage) au travers du bâti proviennent pour l'essentiel des 800 000 kWh que sont prélevés dans l'eau superficielle en la refroidissant pour le plus grand profit de son écosystème. On peut dire aussi en diminuant pour le plus grand bien de l'occupant la douloureuse chauffage en fin de mois vu que les 800 000 kWh d'énergie finale consommée en moins annuellement sont dans la pratique des kWh gratuits

Il reste à espérer que la mairie de Paris va faire preuve de volonté politique en participant à cette action sur le plan pratique en incitant les responsable de son 14ème arrondissement à évoluer dans le sens . CAD en associant au raisonnement purement financier des copropriétaires consistant a considérer que 300 millions d'euros pour 90 000 m2 habitable c'est un coût de 3333 euros/m2. Ceci alors que le prix de vente moyen au m2 dans le 15ème c'est

10 000 euros.

Au travers de la gravité et de la fréquence des événements météorologiques actuels chacun d'entre nous comprends intuitivement que

les prévisions d'Al Gore rentrent dans les faits.

Quant au porte-parole des Lutins thermique, il espère

que Paris va montrer l'exemple ce ce qu'il faut faire aux autres pays du monde.

Ceci en donnant une suite pratique aux résolutions de la COP21. Le moment est venu selon lui pour que la 3ème révolution industrielle de Jeremy Rifkin rentre dans les faits au travers de la "Solar Water Economy"
Publié : il y a 2 ans
excuse

pour le rendement modeste de nos centrales nucléaires voir

https://www.dropbox.com/s/665tg5ep532sujp/LT-chaines-energetiques.pdf?dl=0
Publié : il y a 2 ans
Le silence de la ville de Paris suite au propos que je viens de tenir est étourdissant.

Serais-je le seul ingénieur hydraulicien sur la ville de Paris?

Pour tenter d'ouvrir les yeux je me contenterais d'examiner l'énergie thermique pouvant être transmise par une tuyauterie en polyéthylène haute densité diamètre 200 intérieur reliant la Seine et cette tour.

- Surface de passage

(0,2 × 0,2 × 3,1416)/4 =

0,0315 m2

- Débit à 1m/s 0,0315 m3/s

ou 113 m3/h

- Énergie transmise par m3 compte tenu de la chaleur specifique de l'eau. Ceci avec un réseau ENP à 15°C conforme à celui decrit dans la SWE assurant un deltaT de 10°C. :

1,16 × 10 x 1 = 11,6 kWh par m3

- Énergie transmise en une heure compte tenu du débit de 113 m3/h

11,6 × 113 = 1310 kWh

? soit pendant une période de chauffe de 5000h

1310 × 5. 000 = 6,5 millions de kWh

? soit 5,7 millions de kWh exédentaire par rapport au besoin de 800 000 kWh

à raison d'une dissipation moyenne dans l'existant actuel voisine de 240 kWh/m2 habitable que l'on ne peut guère espérer ramener qu'à 180 kWh/m2 afin de réduire des frais qui pourrait être considérables les 5,7 millions de kWh exédentaires permettont tout de même de chauffer à moindre coût

31 600 m2 de surface habitable existante.

D'autre part on sait que même si la distance entre la tour Montparnasse et la Seine était de 3 km voire plus, que les pertes de charge dans le réseau ENP avec une vitesse de 1 m/s sont très raisonnables et conduisent à des pertes de puissance en ligne négligeables.

Ceci vu la viscosité cinématique de l'eau à 15°C. proche de 1 centistoke

Voir

https://www.dropbox.com/s/uhcpf89buq31bsq/RSE-eau.pdf?dl=0

Pour vérifier cela l'ingénieur intéressé par l'hydraulique des fluides peut utiliser le programme scientifique

http://infoenergie.eu/oces/pertes/pertelin1.htm

programme qui a fait ses preuves au sein de la société Oilgear pendant quelques décennies. Ceci à condition que votre PC fonctionne avec XPpro vu que Microsoft n'a pas assuré la compatibilité ascendante.

Le porte parole des Lutins thermiques a eu raison pour finir de dire dans son livre sur "la chaleur renouvelable et la riviere"que le chemin qui mène à la transition énergétique sera difficile à parcourir vu qu'il est bordé d'un côté par l'obscurantisme et de l'autre par le conservatisme?

Nous verrons bien.

Il faut espérer que la Maire de Paris actuelle sera suffisamment autoritaire pour "convaincre" la Mairie du 14ème de mettre en place

dans les égouts parisien un tuyau diamètre 200mm pour relier la Seine à cette tour

Ceci pour que Paris montre l'exemple de ce qu'il faire pour

allez dans le sens de l'atténuation climatique et non de son aggravation

Ceci moyennant l'implantation de quelques tuyaux, pompes, forages et échangeurs de température.

Si rien ne se fait par la France à l'occasion des JO 2024 pour abandonner nos chaines énergétiques actuelles à l'occasion de ces tours parisiennes et ceci qu'elles soient triangulaires ou Montparnaciennes, alors il aura eu raison d'évoquer

également dans son livre la bétise humaine

Ceci étant entendu que vu son age il n'a pas l'intention de porter plainte contre l'état pour incurrence. Il adore Coluche pour ces citations mais il estime qu'il a eu tord de dire "qu'en France on ne critique que ceux qui font quelquechose".

Il demande seulement au cas ou un lecteur lirait ces lignes qu'il médite cette citation du physicien Stephen Hawkins,

"L'intelligence est la capacité d'adaptation au changement"
Publié : il y a 2 ans
Pour une meilleure compréhension de ce qui pourrait être réalisé pour cette tour voir le lien

https://www.dropbox.com/s/1ly89hwsnmzj1ug/tour-montparnasse.pdf?dl=0

Balendard

Lutin thermique
Publié : il y a 2 ans
Sur la base de ce qui précède et arrivé à ce stade du raisonnement il semble intéressant de prendre comme base de réflexion une canalisation diamètre 200 mm en espérant qu'elle sera facile à implanter dans nos égouts. Cette canalisation peut transmettre un débit d'eau de 100 m3/h sur 3km avec une vitesse fluide voisine de 1m/s afin de satisfaire les populations assez éloignées de la rivière ou de la centrale. Cette vitesse assez faible est souvent retenue sur les circuits hydrauliques à l'aspiration des pompes.
La puissance utile pouvant être transmise dans la pratique par une telle canalisation est fonction de la chute de température en queue de ligne. Pour le chauffage thermodynamique des logements avec une chute de température de 10°C à l'arrivée (disons une chute de 15 à 5°C) tel que proposé dans la « Solar Water Economy » la puissance disponible à l'arrivée voisine de 1000 kW est 5 fois plus faible qu'avec un mode de chauffage type CPCU avec une chute de température de 50°C à l'arrivée (disons une chute de 80 à 30°C). Pour comparer utilement les deux réseaux, il est nécessaire de se préoccuper des pertes de puissance en ligne et de comparer les deux dispositifs afin de pouvoir les comparer en termes de performances.
1 Les pertes d'énergie en raison des pertes de charges hydrauliques dû au frottement des particules fluides à l'intérieur de la tuyauterie sont très raisonnables voire négligeables dans les deux cas de figures. Elles sont de cinq pour mille pour le chauffage thermodynamique avec des pertes encore plus faibles dans le cas du chauffage urbain conventionnel par le fait que la viscosité cinématique de l'eau en centistoke à 80°C est sensiblement 5 fois plus faible à qu'à 15°C
voir https://www.dropbox.com/s/uhcpf89buq31bsq/RSE-eau.pdf?dl=0

2 Par contre la puissance thermique perdue en ligne par le réseau de chauffage thermodynamique prévu dans la SWE est nulle vu que la température régnant dans les égouts est sensiblement celle de l'eau circulant dans le réseau (15°C). Ceci alors que celle perdue dans le réseau CPCU est loin d'être négligeable et peut même devenir prépondérante. Pour un tel réseau à 85 °C la différence de 70°C entre l'intérieur et l'extérieur de la tuyauterie entraîne les pertes de puissance approximatives suivantes avec des tuyauteries en acier :
• sans isolation S = 0,2 x pi x 3000 = 1885 m2
Déperdition avec 10 watt/m2 et °C : 1885 x10 × 70 > 1320 kW
Voir fichier suivant pour déperdition:
https://www.dropbox.com/s/5gjdambjtguraw7/LT-idee-recu.pdf?dl=0
Soit 26% de perte de puissance en ligne. Les pertes thermiques en ligne du chauffage urbain type CPCU à haute température peuvent être importantes. Pour parcourir 3 km à une vitesse de 1 m/s avec un mode de chauffage type CPCU cela prend près d'une heure et les déperditions ne sont en effet pas négligeables!
• avec isolation e=5 cm de polyuréthane.
1885 x (0,03/0,05) x 70 > 79kW soit une perte en ligne limitée à 1,6%
Voir :
https://www.dropbox.com/s/mcqhf2sdun4k4ra/LT-deperditions-parois.pdf?dl=0
Un avantage incontestable du réseau ENP de la SWE est le fait que si l'on tolère une perte de puissance en ligne de 1,6% il est possible de diminuer significativement le diamètre des 6 tuyauteries de 200 mm qui partent de la centrale de pompage proche de la Seine. À titre d'information en retenant un diamètre 150 mm en PEHD au lieu de 200mm pour transmettre le même débit d'eau de 100 m3/h sur 3km avec une vitesse fluide voisine cette fois de 4m/s le logiciel OCES établi que les pertes de puissance en ligne peuvent être les suivantes :
RESEAU TUYAUTERIE d'ENP
Diamètre intérieur tuyauterie mm 150
Viscosité cinématique centistoke 1,0
Longueur tuyauterie m 3000
Nombre de coudes arrondis 5
Débit m3/h 113
Surface intérieure tuyauterie m² 0,018
Vitesse du fluide m/s 1,776
Nombre de Reynolds sans dimension 266435
Type d'écoulement Turbulent > 4000
Longueur équivalente totale m 3015
Perte de charge totale bar 8,82
Puissance perdue kW 28
Puissance transmise avec 10°C de T kW 1311
soit seulement environ 2% de pertes en ligne.
Pour compréhension tableau voir http://www.infoenergie.eu/oces/pertes/pertelin1.htm
Et https://www.dropbox.com/s/v90sji3xi8pram7/deltaP.xlsx?dl=0
Un Paris intramuros de 20 arrondissements occupant une surface totale de 105 km2 peuplé de 2 millions d'habitants cela fait environ 100 000 habitants et un peu plus de 5 km² par arrondissement. Il n'y aura donc pour le 14ème arrondissement pris pour exemple de réalisation avec la tour Montparnasse que 2 doublets géothermiques possibles. Soit sur la base du dimensionnement ci-dessus seulement 2 x 6 x 1300 = 15 600 kW thermique maximum disponible pour le 14 ème arrondissement. Ou sur 5000h de période de chauffe 78 millions de kWh. En prenant comme base 25 m² de surface habitable par parisien et une déperdition de 200 kWh par m² pour l'existant cela fait un besoin de 4000 kWh par habitant et la capacité pour le réseau de chauffage urbain tel que défini ci-dessus limitée à 20 000 habitants. (Seulement à 20% du besoin)
On a vu précédemment que la Seine avec ses quelque 300 m3/s en période froide peut suffire à l'habitat existant parisien, mais il faut se rendre à l'évidence, la rivière n'étant plus aidée par l'eau géothermale et le T étant deux fois plus faible en queue de ligne pour les 80% restant le réseau va devoir être nettement plus gros donc plus couteux que celui défini précédemment.
Face à la grande densité urbaine il parait évident au travers des chiffres ci-dessus que le stockage ne sera pas la clé principale de sortie du nucléaire mais la rivière dans laquelle on pourra puiser la quasi-totalité de nos besoins thermiques les plus importants : ceux du chauffage urbain.
Publié : il y a 1 an
Dites-nous SVP monsieur le Président le CNOA ce que vous avez prévu comme dispositif de chauffage pour la tour Montparnasse et je vous dirai qui vous êtes
Publié : il y a 1 an
Je pensais me servir des prochains jeux olympiques à Paris en 2024 et demander à mon ami soliste Tony Estanguet d'intervenir auprès de Madame Anne Hidalgo mais je réalise qu'il s'agit de problèmes techniques et je préfère m'adresser au 40 copropriétaires vu que c'est eux qui payent et qui on je l'espère la fibre patriotique

http://www.infoenergie.eu/riv+ener/complements/exemple-reseau.htm
Publié : il y a 6 mois
Non à la rénovation de la tour Montparnasse
C' est plein d'amiante et cette tour enlaidii le paysage
Répondre à ce sujet
Rénovation de la tour Montparnasse : nouvelle AOM gagne le concours
Menu
×