Rénovation énergétique des logements

par Fabienne Schimenovitz il y a 6 ans
7 réponses à ce sujet
Lancer un nouveau sujet
Publié : il y a 6 ans
Delphine Batho, ministre de l’Écologie, du Développement durable et de l’Énergie, s’est rendue à Melun le 20 février 2013, en présence de Cécile Duflot, ministre de l’Égalité des territoires et du Logement. Une visite consacrée à la rénovation énergétique des logements, qui vise un objectif autant écologique que social.

La rénovation énergétique permet de réduire à la fois les émissions de gaz à effet de serre et le montant des factures liées à l’énergie, qui pèsent lourdement sur le pouvoir d’achat des ménages.

La rénovation énergétique : un objectif social et écologique

Rendre les logements plus économes en énergie est un enjeu majeur pour lutter contre la précarité énergétique et agir en faveur de l’environnement. L’engagement du Président de la République est de rénover près de 500 000 logements par an d’ici à 2017, en ciblant en priorité les logements occupés par des ménages modestes. Le programme « Habiter mieux », piloté par l’Agence nationale pour l’amélioration de l’habitat (l’Anah), vise à accompagner et à soutenir financièrement ces ménages dans la rénovation de leur logement. Plus de 12 000 familles en ont bénéficié en 2012, réalisant en moyenne un gain énergétique de 38 %.


Des ambassadeurs de la rénovation énergétique

Au cours de cette journée, les ministres ont également signé une convention-cadre emplois d’avenir entre l’État et l’Anah à la préfecture de Melun avec, à la clé, la création de 800 postes. Il s’agit des futurs « ambassadeur de la rénovation énergétique ». Ces jeunes auront pour tâche de repérer et d’aider les ménages qui sont en situation de précarité énergétique à réaliser des économies d’énergie. En effet, les ménages les plus touchés par ce phénomène sont souvent âgés, peu informés et dans des situations sociales et économiques parfois très précaires. L’information et l’accompagnement sont donc essentiels pour parvenir à des rénovations énergétiques efficaces et bien ciblées.

Les emplois d’avenir s’adressent à des jeunes de 16 à 25 ans, sans diplôme et en recherche d’emploi. Ils bénéficient d’un contrat de droit privé avec une entreprise du secteur non marchand, principalement les associations, les collectivités locales ou les établissements publics.

Le programme Habiter mieux : profil type
À qui s’adresse le programme « Habiter mieux » ? Il s’agit d’un ménage :

composé de deux personnes disposant d’un revenu mensuel d’environ 1 200 euros dont la personne de référence est âgée d’au moins 55 ans ;

vivant dans une maison individuelle construite avant 1949, en milieu rural ou périurbain et très consommatrice d’énergie ;

ayant réalisé un bouquet de travaux d’économie d’énergie d’un montant d’environ 15 000 euros, permettant un gain énergétique de 38 %.
Publié : il y a 6 ans
Bonjour
Autant j'adhère totalement à l'idée d'aider à la rénovation énergétique des logements, autant je suis choqué par la céation d'emplois jeunes pour assurer cette mission.
D'abord parce qu'un "jeune" n'a pas le bagage technique et le recul d'années d'expérience professionnelle nécessaire à cet usage. Ensuite, parce que, précisemment, il y a beaucoup de professionnels qualifiés à pouvoir remplir cette mission : bureaux d'étude thermique, conseillers en rénovation énergétique, etc. Si ces missions de conseil et d'assistance étant confiées à ces professionnels, cela générerait une véritable dynamique de marché et des embauches à la clef.
Au lieu de cela, les "ambassadeurs" de la rénovation énergétique vont simplement dégrossir les rangs des demandeurs d'emploi et fragiliser les structures professionnelles.
Quand je lis que "Les emplois d’avenir s’adressent à des jeunes de 16 à 25 ans, sans diplôme et en recherche d’emploi", et qu'en parallèle de ça il est reproché aux opérateurs de diagnostics un manque de fiabilité dans le résultat des DPE, je me dis qu'il y a une profonde incohérence.
Le ministère de l'écologie a renforcé les prérequis pour passer la certification DPE pour améliorer le bagage des techniciens, tout en réformant l'algorithme 3CL pour le rendre plus fiable. Et on voudrait mettre des jeunes sans aucune expérience à faire du conseil en rénovation énergétique ?
On est dans la même logique qu'en 2007 et 2008 lorsqu'il a fallu garnir les rangs des diagnostiqueurs où l'ANPE, devenue Pole Emploi, envoyait des cohortes de chômeurs en reconversion dans cette nouvelle filière. Quelques années plus tard, on découvre que c'est catastrophique. Les consommateurs ont l'impression de se faire escroquer par des personnes incompétentes (ce qui est malheureusement trop souvent vrai), les associations de consommateurs ne cessent de crier au scandale et les professionnels sérieux ont les plus grandes difficultés à survivre dans cette chianlie.
Il me paraitrait beaucoup plus sain techniquement et financièrement que l'ADEME conserve son rôle d'assistance auprès des particuliers et des collectivités, mais en s'appuyant sur un réseau de professionnels qualifiés pour assurer les études et les conseils.
Cordialement
Pascal BRUEL
diagnostiqueur immobilier indépendant
conseil en rénovation énergétique & qualité de l'air
Publié : il y a 6 ans
Bonjour, je suis conseiller en ENR spécialisé en photovoltaîçque dans les Landes et Pays basque, et je peux constater plusieurs choses:
1. Dans le cadre de l'Agenda 21 obligeant les mairies à informer les administrés sur les ENR, je me vois systématiquement les portes fermées lorsque je propose des plénières d'informations entièrement gratuite, me disant qu'il faut être envoyer par l'ADEME.
2. J'ai donc rencontrer l'ADEME, et leur discours est clair, pas de référencement, par contre ils veulent des maisons équipées en PV à faire visiter.
Alors que faire pour présenter mon activité et le sérieux de mes démarches et propositions, comment ouvrir les portes des mairies ?
Publié : il y a 2 ans
Bonjour.

Je réanime ce vieux sujet.

Concernant les ambassadeurs de la rénovation énergétique, afin de pouvoir discuter sur ce forum de manière efficace, il faut s'appuyer sur des informations précises, notamment sur les missions de ces ambassadeurs:

http://www.anah.fr/presse/detail/actualite/les-ambassadeurs-de-lefficacite-energetique-une-mesure-phare-du-plan-de-renovation-energetique/

"les ambassadeurs de l'efficacité énergétique auront pour mission de détecter et d'identifier les ménages en situation de précarité énergétique. Déployés sur tout le territoire, ils pourront s’appuyer sur l’ensemble des acteurs du secteur (Adil, Centres communaux d'action sociale, associations, etc.) pour diffuser l’information."

Ils sont notamment utiles pour détecter les personnes qui souffrent de la précarité énergétique et qui n'ont pas d'information ou, pour diverses raisons, ne demandent pas d'aide.

Par rapport aux métiers auditeur/diagnostiqueur/BET thermique, l'emploi d'ambassadeur est bien différent. L'analyse des systèmes énergétiques et de la qualité thermique du bâti n'est pas demandée à ces jeunes gens !

Concernant la question sur le photovoltaïque, je pense quelle devait être posée dans le cadre d'un autre fil de discussion.
Répondre à ce sujet
Rénovation énergétique des logements
Menu
×