Rénovation énergétique : replacer "le parcours client au coeur" du processus

par BATIACTU il y a 4 mois
EFFICACITE ENERGETIQUE. Plusieurs organisations ont tenu à apporter leur pierre au débat autour du projet de loi Energie et Climat : parmi elles, l'Institut Montaigne a notamment publié des propositions pour massifier la rénovation énergétique des bâtiments, de la nomination d'un médiateur au renforcement des offres tout-en-un en passant par une réglementation plus rationnelle.
Lire l'article sur Batiactu
4 réponses à ce sujet
Publié : il y a 4 mois
Allez, on va encore une fois expliquer comment ça se passe dans le « bâtiment », puisque les Pouvoirs Publics ne l'ont toujours pas compris :
Faire construire, faire rénover, etc. implique pour le client de s'engager avant la réalisation des travaux, il n'achète pas des travaux tout faits. Il y a donc une part de risque, d'aléa. Le « bâtiment » est une jungle où le néophyte ne saura pas se diriger ni prendre les bonnes décisions =
Quel projet ? quelles réglementations ? quelles garanties ? quels équipements ? quels artisans ? à quels prix ? les travaux sont-ils bien faits ? peut-on les réceptionner ? comment coordonner le chantier ? Bref, il lui faut les conseils d'un professionnel généraliste indépendant.
Inutile de réinventer l'eau chaude, ce métier existe (depuis toujours), il s'appelle « architecte ».
2. Nommer un médiateur de la rénovation énergétique pour renforcer la confiance des particuliers et traiter les litiges entre particuliers et artisans.
Les relations avec les artisans (marchés de travaux, coordination, prix, suivi du chantier) sont de la compétence des architectes.
5. Encourager l'émergence d'offres groupées s'appuyant sur le cumul des aides publiques en uniformisant leurs critères d'attribution et en levant les freins réglementaires.
Compétence des architectes : définir les travaux les mieux pertinents, présenter des devis d'artisans compétents correspondants.
6. Déployer la logique des offres packagées en autorisant les offres couplées de fourniture d'équipement et d'énergie.
Ah non, un fournisseur d'énergie n'est pas un architecte. Aucun intérêt à mélanger les genres, il ne faut pas faire n'importe quoi.
7. Encourager le recours à l'assistance à maîtrise d'ouvrage (AMO) pour piloter les travaux d'efficacité énergétique en copropriété.
Ça existe déjà : conseiller, guider, assister les clients qui font construire, c'est le métier des architectes.
Publié : il y a 4 mois
En plus des architectes, il y a aussi les maîtres d'oeuvre sérieux, c'est à dire en possession d'une certification d'ingénieur professionnel en génie civil bâtiment (SNIPF) et d'une attestation de compétence "techni-concepteur" (SYNAMOME).
Effectivement, s'il n'y a pas un pilote compétent dans l'avion, celui ci finira dans le talus en bout de piste.
Publié : il y a 4 mois
Le jour où les architectes s'occuperont davantage du contenu que du contenant ils deviendront crédibles.
Publié : il y a 4 mois
Oui c est bien les architectes qui devraient être au centre de la rénovation énergétique. Ou d'autres professionnels compétents. Mais certainement pas les artisans RGE actuels ou encore pire les centres d appels de travaux à 1 euros. On en constate les dérives.

Pour rappel jusqu'à une certaine époque et peut être encore aujourd hui il n y avait pas de cours sur l isolation en ecole d architecture.
Répondre à ce sujet
Rénovation énergétique : replacer "le parcours client au coeur" du processus
Menu
×