RT 2012 : pourquoi parle-t-on encore de surcoûts ?

par BATIACTU il y a 3 ans
Trois ans après son entrée en vigueur, la réglementation thermique 2012 fait encore parler d'elle, notamment sur son impact financier. Si tous les acteurs s'accordent à dire que la norme a provoqué une augmentation des coûts de construction, des écarts sont notables selon le type d'habitat et les énergies et matériaux utilisés. Mais des compensations existeraient… Décryptage.
Lire l'article sur Batiactu
29 réponses à ce sujet
Publié : il y a 3 ans
Je suis toujours hilare lorsqu'on présente des économie sans référence => par rapport à quoi ?!

Deuxième blague de l'article : "Des économies qui peuvent donc compenser les surcoûts sous réserve que les prix de l'énergie restent stables sur les 25 prochaines années" donc ce ne sera jamais le cas...

Je trouve toujours aussi anormal qu'on mette une telle pression sur le neuf alors que des maisons (ou bâtiments existants peuvent tranquillement continuer à dépenser 4 ou 5 fois plus d'énergie.

La réforme a été tellement brutale complexe et opaque qu'effectivement les industriels et les constructeurs se régale de dire que c'est à cause de la RT2012 que la maison est aussi chère. Qu'on ne me fasse pas croire qu'un constructeur regrette le fait que son chiffre d'affaire augmente de 15% par maison !!

La RT 2012 va dans le bon sens surtout avec la mise en place d'un minimum de contrôle.

Si l'étude et le contrôle des maisons individuelle n'était pas réalisé par des privés mais par un organisme accrédité (type promotelec ou autre) il y aurait moins de maison non conforme.

Je suis BET et je fais des études thermiques, et quand on voit passer des études de "confrère" ça fait peur.

Pour les contrôles idem les petits arrangements doivent aller bon train.

Surtout qu'on se penche d'abord sur la rénovation du parc existant (qui représente au moins 95% des logements) avant de vouloir faire du BEPOS.
Publié : il y a 3 ans
Pour une maison rt2012 ta 5.5% serait une bonne chose car payer de la ta sur des sur coût obligatoire qui c'est qui ce gave le plus c'est l'état
Publié : il y a 3 ans
Lorsqu'on a eu l'habitude de travailler de façon incontrôlable et aléatoire durant des décennies, il est certain que la RT 2012 obligeant à plus de rigueur et de qualité, il faut passer au tiroir-caisse !!!

De plus, se conforter et continuer à travailler avec des technologies du siècle dernier ne peut augurer de rien de fameux dans la réalisation des constructions.

Il faut évoluer, se remettre en question, changer ses méthodes de travail et progresser.

Les entreprises qui maintiennent leurs prix et qui attirent de nouveaux clients sont celles qui ont évolué vers des technologies mieux adaptées aux exigences des nouvelles réglementations !!!

Aujourd'hui, ce n'est pas la RT 2012 qu'il faut appliquer mais bien se préparer pour intégrer le BePos car dans quelques années, la construction ne répondant pas à ses exigences devra supporter inévitablement une décote financière autrement comparable aux surcoûts que vous signalez aujourd'hui !!!
Publié : il y a 3 ans
En l'espace de 15 ans , j'ai construit 2 maisons ossature bois ( sans passé par un constructeur ) , la première en rt2005 , la deuxième en rt2012 . Grosse prise de tête en 2013 pour le calcul énergétique , peu d'interlocuteurs pour renseigner . Pourtant le résultat est là , une facture d'énergie pratiquement divisée par 2 , mais surtout un confort de vie incroyable . J'estime à environ 25 ans l'amortissement du surcoût. Le gros avantage , c'est que le crédit n'augmente pas . Et surtout , on a le sentiment de faire quelque chose pour notre pauvre planète .
Publié : il y a 3 ans
Quelques approximations dans cet article ou dans l'étude du CGDD, donc voici quelques précisions. D'abord les chiffres de surcoût comparant RT 2005 et BBC-effinergie (et non RT 2012) semblent ne pas tenir compte des réalisations BBC depuis 2010 où les coûts ont baissé, on serait plutôt de l'ordre de 5% de surinvestissement grâce à la courbe d'apprentissage. Ensuite l'article laisse entendre que si les énergies augmentent d'ici 25 ans on ne s'y retrouverait pas, c'est évidemment le contraire. Plus le coût des énergies augmentera, plus les maisons efficaces permettront de faire des économies. Enfin, effectivement la température pour les calculs est de 19°, si les occupants chauffent à 21° ce qui est leur droit, ils consommeront certes plus, mais en comparaison avec une maison moins efficace également chauffée à 21° ils y gagneront d'autant plus.
Publié : il y a 3 ans
On prend vraiment les gens pour des imbéciles en France ! Les entreprises ont bien profité du passage à la RT-2012 et les surcoûts annoncés ne sont en aucun cas justifiés. En effet, les différences engendrant des surcoûts par rapport à une construction précédent la RT-2012 sont les systèmes d'ECS et l'isolation des planchers bas, nous sommes donc loin des 15 à 20 % annoncés par nos chères entreprises. Cela me rappelle lorsque nous sommes passé à l'Euros, de nombreux professionnels en ont profité pour augmenter gracieusement leurs marges....
Publié : il y a 3 ans
Je suis acteur de la construction et je trouve que la RT 2012 nous a fait évoluer dans l ensemble, seul erreur c est le surcout non justifié du poste eau sanitaire qui ne peut être rentabilisé, donc il serait bien d adapter la norme en fonction du type de logement.
Publié : il y a 3 ans
"25% des maisons ne sont pas conformes"

Pas étonnant dans les petits villages, où si l'on discute avec la mairie, celle-ci n'est même pas au courant que la RT2012 s'applique à tous les habitats individuels et délivre des permis sans étude thermique, sans attestation et sans test d'étanchéité à la livraison.
Publié : il y a 3 ans
Eric de La Rochère

Pour la maison bois, avec du personnel formé et les bons matériaux, le surcoût est inférieur à 5%.Je pense qu'il y a aussi un contresens vis à vis du prix de l'énergie. Plus il sera élevé, plus le retour sur investissement sera rapide.
Publié : il y a 3 ans
L'article parle de CMIstes mais pas du point de vue des architectes. Il y a d'énormes différences entre les extension/surélévations et le neuf. Les marges des CMIstes ont peut-être augmentées également pour se re-créer une trésorerie...Elle a bon dos la rt2012. Et puis toujours attendre de l'état, faudrait peut-être se responsabiliser un peu. La conjoncture est mauvaise mais ce n'est pas seulement la faute de la rt.
Publié : il y a 3 ans
Je me réjouis de "presque" tous les commentaires. Effectivement cet article est à charge, bêtement à mon sens, de la RT 2012.

Un progrès représente souvent une contrainte passagère, mal nécessaire.

Je rejoints le 1er commentaire : le neuf ne représente que 1% (par année) de l'ancien : 350 000 mise en construction pour 3 500 000 logements existants.

Alors à quand des mesures ambitieuses et ... contraignantes pour l'ancien?

Pour le commentaire précédent, son rédacteur n'a probablement pas déposé de demande de PC depuis fort longtemps ... ou alors les services de la DDE de son secteur sont bien loin de ceux que, personnellement, je connais.
Publié : il y a 3 ans
Par ailleurs, par rapport au coût réel des CMIstes, je crois qu'il faudrait faire un point. J'ai entendu dire que certains constructeur, en prenant des honoraires directement sur le montant total HT mais également sur le dos des artisans arrivaient à 20% du montant total HT du coût de la construction! C'est énorme et ces chiffres devraient faire l'objet d'enquêtes approfondies. Mais vu que vous parlez presque toujours du point de vus des professionnels VRP de la maison, les autres, on les entend pas.
Publié : il y a 3 ans
l'idée de rt2012 est plutot bonne , mais partielle à mon sens . L'état aurait pu ( ou devrait) jouer un role beaucoup plus important en utilisant cette évolution de notre société pour y investir une nouvelle forme de source d'énergie pour tous .... et donc rendre le consommateur acteur de la transition à faire de toute urgence .

c'est à dire que nous serions déjà dans de mini centrales (lotissement ou hameaux ...) , structurées de telle façon que nous pourrions produire et stocker de l'énergie .

mais comme en france , on ne fait les choses qu'à moitié ...et que surtout l'individualisme est roi ! ... chacun restera donc sur sa petite ile déserte , en ralant sur son voisin ...ou sur l'état ..
Publié : il y a 3 ans
C'est totalement logique.

ces normes fantaisistes et statistiques impactent le coût de la construction obligeant les constructeurs à intégrer des systèmes de chauffage coûteux et multiplier les épaisseurs d'isolants qui ne servent plus a rien au delà d'une certaine épaisseur.

le seuil des 50 Kw/h m² an n'est que rarement obtenu en réalité ce qui est la preuve que cela ne marche pas.

On peut aujourd'hui avec d'autre technologies a arriver a construire des maisons "n ZEB" ( near zéro energy building) soit inférieur à 5 KW/h m² an pour environ 1050 HT euros le m²

Bien entendu il faut un peu arranger la réglementation et surtout que l'étude bioclimatique soit parfaite! mais ça marche!!!!
Publié : il y a 3 ans
... et surtout , qu'il ne faut pas toucher ou même égratigner nos "amis" d'edf , de gdf , de véolia ... etc etc ... qui doivent rester les seuls maitres à bord de la consommation tout azimut ... et sa puissante CGT ... et tant pis pour les générations futures !
Publié : il y a 3 ans
Dans cette étude fait on bien la part du surcoût réellement du à un surplus d'isolation et non à un surcoût du constructeur qui profite de cette soit disante difficile norme RT2012 pour surfacturer sa construction?

D'autre part, à l'inverse de normes contraignantes qui ne rapportent rien, doit t on ici parler de surcoût ou d'un investissement amortissable dans les 10 ans?
Publié : il y a 3 ans
ainsi , il n'y aurait pas eu que le seul "citoyen" qui serait passé à la caisse , mais l'état aussi (nous ) donc une véritable recherche (et investissement/engagement) de donner l'exemple et un réel controle vers le bien commun à tous .
Publié : il y a 3 ans
Bravo M DEMARTY...En seulement 6 lignes vous avez réussi à afficher l'étendue de votre ignorance en matière de construction et d'économies d'énergie. C'est du grand art!!!Associer la RT 2012 à la seule isolation des planchers bas et aux systèmes E.C.S est pour le moins ubuesque. Avez-vous entendu parler de la performance globale de l'enveloppe: murs, planchers hauts,combles,toitures,ponts thermique linéiques,menuiseries extérieures...etc ? Et l'étanchéité à l'air avec les test d'infiltrométrie ? Et l'obligation d'une étude thermique en amont du projet ? Et la récupération des calories avec les VMC double flux ? Non...tout ça ne vous dit rien bien sûr...Il est plus facile de taper sur les artisans qui sont,comme tout le monde le sait, surtout en France,des profiteurs invétérés !!!Ils profitent tellement que chaque jour des milliers d'entre eux ferment les portes de leur entreprise. Assez de ces commentaires inconsistants de la part d'ignares qui se complaisent à démolir les entreprises du bâtiment bien cachés derrière leur écran d'ordinateur.
Publié : il y a 3 ans
Une RT 2012 sans surcoût, cela signifierait qu'on fait comme d'habitude?ou alors que, la loi du marché rendrait tous les acteurs de la construction vertueux et que naturellement, ils iraient progressivement et spontanément vers des performances énergétiques accrues !

Bien sûr qu'il y a des surcoûts. La RT 2012 n'est pas la RT 2005. Mais quels surcoûts ? L'article avance des chiffres provenant de différentes filières. Et là, c'est le flou artistique ou politique, surtout pour la maison individuelle. Surcoûts par rapport à quoi ? Et quelles différences d'une source à l'autre ! Ce n'est pas la surisolation qu'il faut incriminer?il n'y en a pas. Est-cet la VMC double-flux qu'il faut fustiger ? Il n'y en a pratiquement pas. Le triple vitrage, peut-être ? Idem. Alors quoi ? Le traitement des ponts thermiques ? Il est pratiqué depuis 10 ans dans les maisons !

A mon sens, principalement 2 choses : l'abandon du chauffage électrique direct qui est difficilement réglementaire dans les 2/3 nord du territoire remplacé par une installation de chauffage central (gaz, PAC) ou l'utilisation du bois?voilà pour un premier surcoût. L'obligation d'utiliser une EnR en maison : le chauffe-eau thermodynamique ou l'usage du bois, ou parfois l'ECS solaire?voilà pour la 2ème principale source de surcoût.

Et ce sont des surcoûts qui font fondre sous le soleil car ces solutions se banalisent, se standardisent dans le bon sens. Un simple vitrage coûte aujourd'hui plus cher qu'un double vitrage argon à faible émissivité?parce qu'il est plus rare?

Ceux qui se plaignent que la RT va trop vite, qu'on n'arrive pas à digérer la RT 2012 alors que la RBR 2020 se pointe déjà?ils ont raison mais peuvent-ils comprendre que le changement climatique va encore plus vite ? Oui, il faudra construire plus vertueux, donc, au départ plus cher. Et ce n'est pas le client tout seul qui devra assurer ces « surcoûts ». L'effort doit être collectif. Sans RT, ce n'est pas envisageable.
Publié : il y a 3 ans
Et si on regardait tout simplement le BILAN? Pourquoi ne regarder que e surcoût? Quand on achète une voiture hybride on ne se pose pas QUE la question du surcoût? C'est un raisonnement pernicieux qui est tenu par l'auteur de l'article qui ne pense pas un instant à comparer le surcoût des mensualités de remboursement de l'achat contre la baisse des charges énergétiques mensuelles. Je suis prêt à parier que le client y gagne et pour le coup je ne vois pas pourquoi l'Etat viendrait financer "sa" réglementation qui est dans "notre" intérêt?
Publié : il y a 3 ans
Bonjour,

Je tiens à soutenir les propos de Patrick DENIEUL avec lesquels je suis totalement en accord.

Etant en contact avec les bureaux d'études mais aussi les entreprises du bâtiment, il m'arrive régulièrement de tomber sur des CCTPs ou les épaisseurs d'isolants sont démesurées et loin de la réalité (technique/économique/thermique). Il arrive que certains bureaux d'études (et pas tous, je ne fais pas de généralités) réalisent des études Bbio à -30% sur l'objectif Bbiomax de la RT2012. Afin soit-disant de prendre de la marge pour l'étude RT2012 (Cep) qui viendra par la suite... Dans la réalité, cette marge n'est jamais récupérée et a un impact important sur le coût du projet.

La prochaine étape de la RBR2020 avec des objectifs plus globaux sur l'ensemble du cycle de vie du bâtiment. Je vous invite à lire ce document "synthétique" : http://www.cercle-promodul.fr/wp-content/uploads/2015-11-17_CP-CerclePromodulRapportRT2012-futureRTE.pdf
Publié : il y a 3 ans
Je pense que le problème ne se situe pas dans la RT2012, il se situe au niveau de professionnels gourmands qui pour montrer à leur clients qu'ils suivent la réglementation en intégrant par exemple des matériaux bio sourcés pour justifier les prix forts qu'ils font. Dans la réalité sur une 30 de projets neufs et en rénovation que nous avons mené, nous sommes arrivés à des devis équivalent au traditionnel toute en faisant du profit. La RT 2012 est un accélérateur et non un obstacle. Il permet aux professionnels, aux entreprises de faire évoluer leur technique, leurs matériaux dans le respect de RT 2012 sans engendrer des coûts exorbitants. Cette adaptation nous permet de progressivement de ramener les coûts à un otimum au rapport qualité prix Top et le clients est content. Il ne faut pas oublier toutes les aides et dispositifs qui accompagnent le respect de la réglementation RT 2012.
Publié : il y a 3 ans
j'ajoute qu'il est possible de proposer de bon devisRT 2012 et même d'anticiper la RT 2020 tout en donnant des explications plausibles aux clients, justifiant, s'il le faut le faible surcoût qui peut être du à la production des énergie renouvelables. LA RT 2012 est un moyen, un outil et pas un obstacle.
Publié : il y a 3 ans
Ce sont surtout les constructions "low-cost" qui sont impactées par la rt 2012 : interdiction de fait du chauffage et des chauffe-eau électriques, d'où un surcoût d'environ 10000 euros. Le second surcoût vient des tests d'étanchéité à l'air qui n'autorisent plus les constructions de maisons en cartons que "savaient" si bien vendre certains CMI peu scrupuleux.

Je suis par contre très surpris qu'on parle de surcoûts importants sur les ossatures bois, ce n'est pas du tout ce que je vois au quotidien, l'écart de prix entre maçonnerie et ossature bois s'est même fortement réduit.

Pour en finir, pour avoir fait, jusque dans un passé récent de nombreuses études rt 2012, je confirme que pour la conformité globale du projet, il faut un bbio inférieur d'au moins 15 % à la référence. Beaucoup de professionnels n'ont pas compris que l'étude Rt 2012 n'est pas une étude thermique, mais une étude réglementaire. La valeur la plus difficile à atteindre est la consommation d'énergie primaire. Même avec des chauffages très performants elle ne peut généralement pas être atteinte sans un Bbio inférieur aux minima requis.
Publié : il y a 3 ans
bbc = belle belle connerie on fait croire aux gens que parce leur maison est étanche a l'air elle est bien isolée c'est faux et archi faux seul chose on empêche l'air de circuler librement ce qui fait apparaître de + en plus de cas de mérules ont ferait mieux de faire des test de résistance thermique beaucoup moins onéreux et plus sur mes bon on n'est dirigé par des incompétent qui ne comprenne rien
Publié : il y a 3 ans
La marche forcée n'a pas que de bons côtés. Certes la RT 2012 est une évolution majeure mais il faut la digérer. Et cela est à peine en voie de mastication qu'on veut nous mettre une énorme bouchée avec la RT 2020 pour laquelle je défi que les professionnelle soit prêt, qu'ils le sont à peine avec la RT 2012. N'a-t-on pas déjà l'exemple avec l'accessibilité qui met en jeu des investissements très importants et qui, au bout de 10 ans, a demandé des prorogations... Alors que je suis en veille sur les nouveaux matériaux, que de chemin reste à parcourir et je pressens que la RT 2020 va être un flop. N'oublions pas les moyens pour y parvenir (qui sera capable de mettre en ?uvre les calculs pours y aboutir ?).
Publié : il y a 3 ans
depuis l'arrivée de Hollande, entre les augmentaions de charges, de taxes diverses et variées, d'impôts en tous genres et les obligations RT2012 et autres, le cout de la construction a augmenté de 35% environ.

Sans compter les taxes d'urbanisme que beaucoup de municipalités considèrent comme une mine d'or, les coûts de raccordements aux réseaux, l'augmentation des frais notariés (partie administration), etc.......
Publié : il y a 3 ans
n réponse à Christophe MALBAUX,

Ce n'est pas l'etanchéité a l'air qui crée des desordres mais une mauvaise évacuation de l 'humidité ou vapeur d'eau.

Vous faites une énorme confusion entre renouvellement d'air qui doit être assuré par une vmc ( aujourdhui) et la diffusion de la vapeur d'eau.

A partir du moment ou vous isolez votre maison, vous devez la rendre étanche a l'air sinon vous aurez des concentrations d'humidité la ou vous avez des infiltrations parasites. Le gros problème vient du fait que les VMC ne sont pas correctement installées et non de l'étanchéité a l'air.

Isolation = bonne étanchéité a l'air = vmc correctement installée et dimensionnée ( bouches d'extractions et les entrées d'air quand il s'agit d'une simple flux).?

il y a 5 minutes
Publié : il y a 3 ans
Et si le surcoût venait de la non-optimisation des études thermiques ? Je reprend souvent des dossiers de personnes à qui on a "imposé" des épaisseurs d'isolant faramineuse ou des systèmes onéreux à tort. La gestion du coût de construction commence avec un VRAI bureau d'études thermiques, proche de ses clients et qui va les conseiller sur les bonnes solutions ( en toute indépendance). Nous avons cette logique depuis le début et les surcoût de construction peuvent être relativement limité dans bien des cas.
Répondre à ce sujet
RT 2012 : pourquoi parle-t-on encore de surcoûts ?
Menu
×