Solidifier une construction sur un terrain argileux

par Laurent Nicolas il y a 3 mois
Salut à vous,
Pour une construction sur un terrain argileux, les problèmes se posent afin de solidifier l'ensemble. Je sais que plusieurs solutions existent, mais la question est toujours d'utiliser la meilleure. Aussi, puisque ce forum existe, j'en profite pour aborder ce sujet afin que chacun puisse partager son expérience qui servira à tous et, plus particulièrement, à ceux qui n'ont pas encore vécu cette expérience. Je suis donc curieux de savoir ce que vous faites personnellement dans ce cas. Merci
14 réponses à ce sujet
Lancer un nouveau sujet
Publié : il y a 3 mois
Salut. C'est toujours difficile de parler en général alors que chaque cas doit être étudié spécifiquement afin que les solutions soient adaptées aussi bien au terrai ou à la construction. Entre la simple nappe d'argile qui pourra être évitée avec des semelles porteuses ou le terrain totalement argileux qui necessitera la pose de micro-pieux, tu sais bien sûr qu'il existe des réponses variées en fonction des résultats de l'étude de sol.
Publié : il y a 3 mois
Le problème de l'argile est lié au retrait-gonflement provoqué par les changements climatiques. Les micro-pieux sont la ressource ultime et la première solution est la réalisation de profondes fondations, qui pourront faire 0m80 et parfois plus de 1m. Après, d'autres précautions sont à prendre, comme ne pas réaliser de plantations à proximité, éviter les rejets d'eau comme celles des eaux pluviales auprès, et créer un caniveau avec drainage qui permettra d'évacuer les écoulements d'eau le plus loin possible.
Publié : il y a 3 mois
Merci pour ces solutions. J'ajouterais également qu'il faut préférer le principe du vide-sanitaire. Et que les semelles pourront aussi disposer d'un point d'ancrage plus large. Les DTU 13-11 et 13-12 imposent certaines données. De la même manière, j'ai lui aussi quelques précautions à avoir sur la construction de bâtiments accolés. Mais je suis d'accord, tout commencera par l'étude de sol qui est de plus en plus demandée et obligatoire dans toutes les zones jugées à risque.
Publié : il y a 3 mois
compte tenu de l'instabilité des sols argileux suivant le climat,il est impératif d'aller chercher le bon sol après étude et de construire des longrines sur des pieux (c'est l'équivalent d'un vide sanitaire sans semelles filantes )
En ce qui concerne les bâtiments accolés ;pas de problème à partir du moment ou chaque bâtiment est indépendant ,juste collé par une plaque de polystyrène.
Publié : il y a 3 mois
Bjr, je vous donne une autre astuce qui n'est peut-être pas très courante chez nous et dépend aussi du poids du bâtiment et que j'ai testé en zone inondable ou lit majeur donc très argileux (au départ en Afrique pour des IGH) : c'est un radier bien plus large que la construction, avec des bêches sous les murs porteurs (donc longrines faisant ceinture). La dalle compense et égalise la poussée d'Archimède, s'il y a lieu bien sûr, et fait répartition de charge sur ce sol non meuble ; évidemment préliminaires sur le sol.. mais rien ne vaut une bonne étude BE, mais il est certain que les pieux sont la préférence (ex certaines villes comme Bordeaux construites sur des marais)
Publié : il y a 3 mois
une autre solution est le radier isolé par le dessous (voir Jackodur Atlas).
Non seulement la charge est répartie sur toute la surface, mais le radier est aussi désolidarisé du terrain argileux !
Avantages: pas de bêches périphériques, pas besoin de coffrage pour le radier, isolation, pour les MOB la dalle de béton apporte de l'inertie thermique
Inconvénient: évacuations à placer dans le hérisson avant de couler la dalle !
Publié : il y a 3 mois
Oui, bien entendu ; je ne suis pas rentré dans les détails - c'est ce que j'appelle "les préliminaires", c'est une variante tout à fait plausible effectivement.
Publié : il y a 3 mois
Bonjour, les solutions empiriques me parraissent trop aléatoires surtout au regard des assurances constructions type décennales et dommages ouvrages. Faites exécuter une étude de sol, laquelle vous donnera les éléments à prendre en compte pour l'étude BA de structure et les fondations. Ensuite votre ingénieur béton devrait prendre les bonnes décisions. L'expérience voudrait qu'il ne faut en aucun cas provoquer une dessication sous fondations à quelques profondeurs que se soit.
Publié : il y a 2 mois
Solution Coffrargile pour le traitement des sols argileux. Solution pérenne avec mise en oeuvre simple, rapide et sans coût supplémentaire.
Pour plus amples détails contacter le 06 58 81 01 05 ou écrivez à martin.desplats@gmail.com

https://photos.app.goo.gl/RFjzryvWHq8JQ1Go8
Publié : il y a 2 mois
une chose que je trouve bizarre avec le Coffrargile dont parle Martin Desplats, est que la surface d'appui des pièces plastiques est réduite, Je préfère désolidariser la dalle avec une couche d'isolant comme le système Jackodur Atlas qui s'appuie sur toute la surface , ne sait pas s'enfoncer localement et donc de s'ancrer et est en plus isolant !
J'attends la réponse avec l'argumentation...
Publié : il y a 2 mois
Bonjour.
Je propose la solution suivante : faire un grattage du sol, puis une semelle de 60 cm en calcaire sur une surface de +2m de l'ouvrage, puis faire une construction classique qui inclus trottoirs et terrasses, dans ce cas l'ensemble se comporte comme un radeau sur l'argile, ce principe s'applique à la construction de routes ...
Publié : il y a 2 mois
Laurent Fouilhe, regardez le lien ci après;
https://www.jackon-insulation.fr/applications/detail/jackodur-atlas-systeme-isolant-pour-radiers/
Publié : il y a 1 mois
Je ne suis pas un professionnel comme vous . Toutefois, j'ai monté un chalet atelier en bois de deux nivaux sur 25m² (5x5) avec un sol très pentu. J'ai décaissé de 90cm d'un côté pour 0 de l'autre.J'ai donc mis 12 pieux (3x4) vissés dans l'argile. J'ai posé 3 grosses poutres douglas (12x22) fixées sur ces pieux. Puis en travers d'autres poutres de 80x 160 . Pensez-vous que c'est sérieux?
Ça fait 2 ans. Pour le moment tout va bien.
Publié : il y a 1 mois
Bjr Henri ; si tu n'as pas réutilisé le déblai pour faire un remblai et équilibrer la plateforme c'est déjà bien, car rien de plus instable sans compactage sérieux, le meilleur étant dans le temps : saisons + précipitations. Mais c'est le cas le plus fréquent de pathologie : la création d'une plateforme sur un terrain en pente car attention aux tassements différentiels. D'un autre côté le poids réparti n'est pas très important. Dans cette configuration, il y a des petites astuces pour prévenir tout tassement. Pose des témoins ou fais des repères fiables.
Répondre à ce sujet
Solidifier une construction sur un terrain argileux
Menu
×