Bien connaître les nouvelles normes, bien installer et entretenir des produits innovants, mieux collaborer avec les autres corps de métier, avoir une bonne formation et être reconnu comme tel pour gagner des chantiers : quelle solution ?

par Pauline Polgár il y a 7 ans
21 réponses à ce sujet
Lancer un nouveau sujet
Publié : il y a 7 ans
La démarche qualifiante pour les entreprises semble être devenue une nécessité. Et, en tant que professionnels, que pensez-vous de la mention "Reconnu Grenelle de l'Environnement" ?
Publié : il y a 7 ans
Bonjour Pauline

Je trouve que cette mention n'aura pas de durabilité. Le Grenelle est presque déjà une notion obsolète, qui ne parlera plus à grand'monde d'ici quelques années.
Un label "éco entreprise" me serait plus agréable à l'oreille. "Eco" comme écologie/économie évidemment.
Publié : il y a 7 ans
Bonjour Gabriel,

Cela doit être bien compliqué de trouver le bon nom ! Par ailleurs, il existe déjà des labels délivrés par les fédérations FFB et CAPEB (respectivement les pros de la performance énergétique et les éco-artisans). Ces derniers, comme Qualibat, Qualifélec, Qualit’ENR, ont la reconnaissance de la mention "Reconnu Grenelle de l'environnement". Que de labels !!

Pour l'Ademe, l'idée est justement de trouver une mention commune qui permette aux particuliers au bout de la chaîne de savoir reconnaître les "bons" professionnels pour leurs travaux et, du côté des professionnels, de les pousser à engager une démarche qualifiante afin d'être suffisamment bien formés. D'autant plus que bientôt (en 2014), les aides aux travaux seront conditionnées : pour les avoir, il faudra prouver que ces derniers ont été menées par des entreprises dûment qualifiées. C'est la fameuse "éco-conditionnalité" (encore un éco !! ;o)).
Publié : il y a 7 ans
Bonjour !
Pour nous les clients demandent surtout a voir des chantiers et rencontrer nos clients. Rare le client qui nous demande un Label. Sauf le label BBC pour la construction de leur maison.
Publié : il y a 7 ans
Bonjour Pauline, un homme de métier est une personne qui se forme continuellement, pour être performent dans son métier, qui est en constante évolution, suivant les nouvelles techniques, ce qui veut dire que les labels reconnu grenelle permettent aux entreprises de ce former sinon !! bonjour les dégâts.
Publié : il y a 7 ans
Bonjour,
C’est vrai! Il y a sans cesse des mises à jour à faire et des connaissances à parfaire dans de très nombreux domaines.
Publié : il y a 7 ans
Bonjour à vous tous, les labels, les dénominations, et bien d'autres choses, ne remplaceront jamais une bonne étude du bâti existant et la mise en place d'une rénovation adaptée. Pour ma part, je penses que chaqu'un doit se cantonner dans son métier et bien le faire en respectant les normes de construction et éviter de faire des erreurs qui peuvent nuires à la qualité de la construction. Pour cela, il existe des professionnels qui sont formés et qui ont fait des études pour réaliser un audit énergétique qui permet de mieux maîtriser la thermique des bâtiments. Pourquoi, ne pas faire appel à eux, es que cela contrarie les artisans de prendre contact avec ces personnes qui ont un bureau d'étude thermique et qui sont là pour les aider et leur proposer des travaux de rénovation adaptés. Baucoup d'artisans et de particuliers on peur de faire appel à nous, car ils pensent que notre prestation est trop chére ou inutile, mais le gain qu'ils peuvent en tirrer est largement compensé. Tous les labels ou toutes les dénominations ne remplaceront jamais le savoir faire des personnes dans leur propre métier.
Publié : il y a 7 ans
Bonjour,
pour aller dans le sens d'Emilie, un label n'est aucunement nécessaire pour rendre un bâtiment performant, économe, écologique et encore moins confortable et agréable à vivre. Face à une approche à la louche, même basée sur le bon sens (remplacement de fenêtres en double vitrage ou isolation du toit) l'intérêt d'une étude thermique digne de ce nom et réalisé par un Bureau d'étude qui se respecte permettra de faire les bons choix en anticipant sur le résultat. Seule une étude thermique règlementaire est en mesure de dire combien on économisera à l'année si on change les fenêtres, si on isole le toit ou si on fait les deux. A une époque où peu de gens ont les moyens de faire des travaux tous azimuth, il convient d'intervenir de façon efficace tout en garantissant le résultat sur la facture. Du coup les professionnels s'y retrouvent en éditant des devis ciblés, précis, conforme à ce qui est nécessaire (gain de temps, gain de crédibilité, couverture juridique).
Ensuite le maître d'ouvrage à toute latitude à aller chercher un label s'il le désire pour valider officiellement la performance de sa maison.
Publié : il y a 6 ans
bonjour à tous,

Vos contributions sont toutes très intéressantes !
On voit bien que qui dit rénovation énergétique, nécessite forcément des formations pour les professionnels pour être au fait des évolutions techniques et autres. De même la rénovation, pour être performante, doit forcément s'envisager de manière globale, sur tout le bâti... et donc une étude globale préalable. Et les différents corps de métier doivent de plus en plus collaborer ensemble. Les labels peuvent permettre aux usagers de mieux s'orienter pour trouver les professionnels, reste à ne pas multiplier les labels... Car trop de label, tue le label ... plus il y en a, plus le particulier est perdu.
Publié : il y a 6 ans
bonjour, pour ma part je trouve les habilitations existantes inintéressantes, j'ai passé deux ans en formation avec un ancien ingé aérospatial-aéronaval, qui développe des alternateurs spéciaux pour éoliennes à axe verticales et micro-urbines, mais je ne suis PAS QUALIFIE pour tous ces labels!!!
la raison ? des normes imbéciles et des demandes de décennales au cout exorbitant pour des installation MOBILIERES ET NON IMMOBILIERES, des obligations souvent en contradiction avec les conditions réelles, et j'en passe...
Publié : il y a 6 ans
La rénovation énergétique globale doit devenir une réalité. Pour cela elle doit s’inscrire dans une démarche respectueuse des objectifs suivants :
* L’étanchéité à l’air du bâtiment, réalisée sur la base de matériaux écologiques et de procédés maîtrisés pour en constituer "l’enveloppe", doit atteindre les objectifs d’économie d’énergie conformes aux normes ciblées.
* La ventilation mise en œuvre doit répondre aux craintes de "confinement″ par une distribution d’air respectant la réglementation, à une température en adéquation avec le niveau de confort attendu par l’utilisateur du bâtiment.
* La qualité de l’air, impactée par la filtration et l’assainissement de l’air entrant de l’extérieur et par le recyclage et le traitement de l’air intérieur, doit être optimisée dans une démarche de "sécurité sanitaire″, pour répondre au mieux au "bien être″ des occupants, sans engendrer de surcoût énergétique.
Publié : il y a 6 ans
Avoir une réflexion et une vision globale.
« Le véritable voyage de découverte ne consiste pas à chercher de nouveaux paysages, mais à avoir de nouveaux yeux. MARCEL PROUST »
Ville et Territoire durable ne se construiront qu’en mobilisant l’intelligence collective.
L’EcoConstruction, l’EcoRénovation, l’EcoEnergie, l’Energie renouvelable, la gestion des Eaux sont aux cœur des enjeux environnementaux et sociétaux pour bâtir la Ville et le territoire sur un modèle durable.
Cela nécessite la mobilisation de tout les acteurs, privés ou publics, à participer, maîtriser, appliquer les techniques et les méthodes du développement durable.
Publié : il y a 6 ans
La Maison Paillepacte®

La Maison Paillepacte® est la résultat d'une vie passée dans le bâtiment, le travail du bois et l'artisanat. Avec une formation en charpente et menuiserie, les principes de construction dans tous les corps de métier, la science des matériaux, le design et son enseignement, j'ai travaillé sur des chantiers et restauré plusieurs maisons pour ma famille. Depuis vingt ans, j'étudie la construction avec des matériaux naturels ; les arbres en taillis, la terre crue, les ossatures bois multicouche remplies de béton de terre allégée (BTAOB), de paille et d'huile de lin. Voir mon site : http://lorien.free.fr

J'ai conçu le cahier de charges 'Écohabitat' en 1999 et je me suis concentré sur la conception d'une maison bioclimatique et autonome, avec les matériaux disponibles grâce à l'agriculture locale, où toutes les sources de nuisances sont éliminées, qui est sur-isolée et qui « transpire » par les murs et plafonds, qui a besoin de moins d'apports en énergie et que ceux-ci soient renouvelables, munie d'un ventilation passif et contrôlable et qui comporte des espaces adaptés pour permettre toutes les activités que nous voulons faire chez nous.

Ces objectifs nous ont amené a travailler sur les détails d'un concept de maison sur-isolée avec une coquille de bottes de paille compactées (Paillepacte®), qui offre une haute performance en tant qu'isolant/masse-thermique, pour le sol, les murs et la toiture.
Publié : il y a 6 ans
Bonjour, en tant que conseiller en ENR spécialisé en photovoltaïque, je constate aujourd'hui que les constructeurs ne se préoccupent pas des enjeux et des avantages proposés par le photovoltaïque. Création de partenariat impossible, ne veulent aucune informations. Pourtant ses solutions permettent en plus d'apporter une image verte de la société, de pouvoir faire bénéficier à leurs clients un moyen économique efficace, et l'obtention plus facile de leurs prêts.
Il en est de même avec tous les professionnels du bâtiment, plombier, chauffagiste, électricien, charpentier, couvreur, etc....
Publié : il y a 6 ans
Bonjour,
la fiabilité de la conception d'un bâtiment, quel qu'il soit, nécessitera le recours à différentes expertises, qu'un seul maître d'oeuvre ne peut maîtriser.
Le BTP fournira le service de REALISER.
Les EXPERTS, chacun pour son domaine, fourniront un service de conception.
La vraie difficulté sera de coordonner l'ensemble : avons nous des professionnels indépendants (correctement formés) pour répondre à cette niche commerciale ?
Ou, les experts de l'administration de l'état, les experts Ademe, Cler, Négawatt, et asso type eurobserv'er seront-ils nos seuls garants ?
Répondre à ce sujet
Bien connaître les nouvelles normes, bien installer et entretenir des produits innovants, mieux collaborer avec les autres corps de métier, avoir une bonne formation et être reconnu comme tel pour gagner des chantiers : quelle solution ?
Menu
×