Comepos : les maisons individuelles à énergie positive livrent leurs secrets

par BATIACTU il y a 11 mois
EXPÉRIMENTATION. Est-il possible de concevoir et réaliser des maisons à énergie positive qui soient également confortables pour leurs occupants ? Une dizaine de constructeurs ont relevé le défi dans le cadre du programme Comepos, lancé en 2013. Désormais habités, les pavillons livrent leurs premiers enseignements.
Lire l'article sur Batiactu
15 réponses à ce sujet
Publié : il y a 11 mois
Démarche pas écologique ..... On est encore loin des bonnes solutions !
Publié : il y a 11 mois
Il serait ridicule de vouloir opposer la RT 2012 à ces expérimentations.

Leur extrêmes diversités en ce qui concerne les solutions retenus prouvent comme le fait remarqué Mr Francis Lebris que l'on est encore loin du but.
Ceci pour la simple raison que le Maître d'œuvre, qui est pour finir « celui qui paye et qui décide de l'investissement » attend une solution finalisé lui donnant une vision claire du retour de son investissement et ceci qu'il habite Bastia ou Strasbourg.
Il veut bien admettre qu'en achetant une telle maison il est assuré que son habitation produira au cours de l'année davantage d'électricité qu'elles n'en consomme en assurant son confort thermique et peut-être même l'alimentation de sa voiture électrique.
Cela dit, ce qui l'intéresse le plus c'est assurément de savoir si un compteur électrique digne de ce nom fait partie de la fourniture. Un compteur qui compte en permanence l'année durant ce qui est positif, à savoir ce que produit en local les panneaux voltaïques et ce qui est négatif, à savoir ce qui rentre et vient du réseau.

Il comprend que la domotique va jouer un rôle essentiel d'intégrateur dans la régulation de ces différents systèmes mais dans un premier temps ce qui l'intéresse c'est surtout de savoir la solution que l'on va lui proposer pour concilier l'intermittence été-hiver de l'énergie électrique solaire et son stockage sur le long terme. Ceci vu le prix anormalement élevé de l'électricité nucléaire.

Lorsque pour simplifier les circuits l'eau chaude sanitaire est générée au travers d'un chauffage thermodynamique type Pompe A Chaleur à compresseur comme cela peut être le cas des immeubles équipés d'un chauffage collectif, il pense que la capacité des batteries adaptées sur les voitures électriques est suffisante pour solutionner l'intermittence jour-nuit de l'énergie électrique solaire. Et ceci probablement même en hiver. Toutefois il aimerait qu'on l'aide dans le cas de la maison individuelle vu que pour l'Eau Chaude Sanitaire, il hésite entre le solaire thermique et le solaire voltaïque.

En faisant bénéficier une grande métropole comme Paris d'un chauffage urbain type « Solar Water Economy de l'enthalpie » on a vu que 25 m² de panneaux solaires sont suffisants pour assurer les besoins confondus d'un chauffage hybride gaz-électricité et de la voiture électrique. Il est toutefois évident vu les plus grandes surfaces de déperdition d'une maison individuelle par rapport à un appartement qu'un effort important de tous ces constructeurs concernant l'isolation a dû être nécessaire pour affirmer que 30 m² de photovoltaïque suffisent à rendre une maison individuelle de 100 m² tous usages compris à énergie positive. Il espère à ce sujet que le surcoût maximum de 13% par rapport à une maison disons traditionnelle n'est pas sous-estimé.

Quoiqu'il en soit, vu les erreurs passées et les qualités thermiques des bâtis existants, ceci qu'il s'agisse des maisons individuelles ou des immeubles, la seule chance que l'électricité dite « verte » suffise au besoin dans un demi-siècle comme l'a affirmé possible le Président de l'ADEME me semble bien être le chauffage urbain du type « Solar Water Economy »
Publié : il y a 11 mois
Il aurait été intéressant de faire un classement du triptyque "isolation / inertie thermique / confort", maison par maison, afin d'en dégager un ratio optimum ou une formule mathématique pouvant servir aux autres...
Pourquoi ?
Car plus une maison est isolée (mais sans inertie thermique), plus la température intérieure fera le yoyo lorsque le moindre apport de chaleur "non contrôlée" (donc hors chauffage) pointe le bout du nez : amis en visite, four de la cuisine, soleil d'hivers dans les baies vitrées, etc
Idem, en diminution de la température de consigne, lorsque l'on aère 5mn deux fois par jour.
Le confort n'est alors pas au rendez-vous.
Seule l'inertie thermique, en tant qu'amortisseur de ces changements rapides, permet de lisser les températures et donc augmenter le confort.
Cet article ne mentionne pas quelles sont les solutions retenues pour augmenter l'inertie thermique (si c'est le cas)...
Publié : il y a 11 mois
Comme le dit simplement Francis Lebris, c'est pas une démarche écologique.
L'ensembles des projets s'appui sur des solutions de chauffage obsolescente. Sans doute parce que les porteurs de projet ne ce préoccupent pas de la qualité du bâti, cela demande un savoir faire qu'ils n'ont pas souhaité développé.
Alors positionner un équipement de 10 k€ qu'il faudra remplacer dans 10-15 ans ce n'est bon ni pour la planète ni pour notre pouvoir d'achat !!
Publié : il y a 11 mois
Il aurait été intéressant de dresser un tableau des technologies constructives en regard du confort perçu par les habitants.
Pourquoi ?
L'article parle de confort, mais sans préciser :
- gestion de l'humidité
- gestion du bruit
Personnellement nous n'aimons pas les maisons dont l'humidité varie en fonction de nos activités intérieures.
Nous n'aimons pas non plus les pièces qui résonnent quand on parle.
Exit donc les isolants types polystyrène, polyuréthane, et les maisons minérales en général. Quid des maisons en test ?
Publié : il y a 11 mois
Comme d'habitude l'on confont des process pseudo ecologique qui vont gaver les majors de la construction et leurs equipementiers et la bioclimatique.
Aujourd'hui je suis capable de faire une maison Autosuffisante en eau electricite et rejets sur une base de moins 2000€/m2. Et il n'y a pas que l'habitat qui doit changer, l' occupant doit radicalement changer aussi son comportement d'usager.
Je remarque aussi une nouvelle fois que l'on ne s'occupe jamais de la problematique de l'eau ! Tous le monde trouve normal de mettre de l'eau potable dans les wc alors que des millions de personnes n'ont meme pas acces a 1l d'eau par jour ? Quand le Perrier sera au prix du champagne Perrier les gens se reveilleront peux etre ? A la diffence du gasoil sans eau nous seront tous mort !!!
Publié : il y a 11 mois
Avant d'installer toute une batterie technologique qui profite aux industriels, la conception même de la maison, selon son emplacement, son programme, son occupation, est à penser et mérite réflexion. C'est là le rôle des architectes. Mais des architectes, on ne parle pas. La FFB s'en passe fort bien…
Publié : il y a 11 mois
Bonjour,

Tout ça pour ça... Juste pou info on peut construire en matériaux bio-sourcé et locaux (bois, terre, paille, chanvre, copeaux de bois, ...) des maisons beaucoup plus confortables et extrêmement peu utilisatrices d'énergie que ce qui est décrit ici et ceci assez facilement... Mis à part d'être politiquement incorrect, l'acte de construire, voire d'auto-construire en matériaux locaux est ignoré par le secteur du bâtiment qui ne parle que d'automatisme, domotique, double flux, matériaux industriels et autre qui seront un jour obsolète voire nécessitent un entretien régulier et onéreux par nature...
Mon choix a été d'auto construire des maisons fiables, écologiques, simples, à énergie positive bien sûr et pour un coût largement en deçà de ce qui est annoncé, puisque je suis autour de 800€/m² (autoconstruction en 1 an) avec une maison qui alimente mon VE et paye mon foncier voire plus! Cette maison je la loue en partie car tout le monde semble ignorer, professionnels et particuliers, que cela est possible là maintenant et sans technologie extraordinaire et coûteuse!
De plus j'ai continué à construire et en suis à ma troisième maison et celle là sera encore moins chère et super confortable, autonome à 100%!
Pour ceux qui veulent savoir il existe un réseau de professionnels réunis autour du RFCP (Réseau Français de la Construction Paille), de la FEDAC ou autre structure d'aide à l'auto-réalisation qui permettent d'être aidé à réaliser tout ceci... Faut simplement que ça se sache!
Publié : il y a 11 mois
Il est toujours délicat de mettre en avant son propre travail, cependant, à la lecture des commentaires précédents, je comprends que je ne suis pas seul à vouloir mettre (remettre ?) quelques bases dans le raisonnement qui, lui aussi, devrait être à la base de la conception, l'agencement, la construction, la rénovation.
Je cite, en vrac : la capacité thermique massique des matériaux, perméance ou non, leurs diffusivité, effusivité, déphasage …
J'ai commis quelques articles sur ce sujet, publiés sur le média communautaire Build Geen : https://www.build-green.fr (rubrique "décortication", mot clé "confort").

C'est simplement plus complexe que d'acheter des systèmes complexes produits par des industriels, assujettissant ainsi encore et toujours l'utilisateur à des systèmes … Les approches présentées ici impliquent aussi des consommations de ressource et d'énergie grise qui nous feront défaut un jour …
Certains de mes articles abordent ces sujets, royalement et magnifiquement ignorés dans les exemples présentés ici.
C'est par contre effectivement plus complexe à comprendre et appréhender que de mettre quelques données dans un logiciel qui crachent des données de consommation. C'est important la consommation, mais il ne faut pas perdre de vue que celle liée à l'exploitation ne devrait pas être la seule obsession.

Et dans tout ça, on nous parle de confort car ça fait bien, mais rien ne décrit ni ne rapporte les ressentis des occupants. Une fois de plus, on oublie que les habitants sont avant tout des êtres doués de ressenti et que l'obsession du commun des mortels est assez basique : la recherche de confort …
Publié : il y a 11 mois
Comme d'habitude que du bla bla... mais jamais de données et de résultats. Ce qui serait intéressant c'est de connaître les bases au niveau calculs Bbio et Cep, et ensuite les différents relevés de consommations afin de vérifier les efficacités des différents systèmes. Messieurs les grands constructeurs ne vous gargarisez pas seul les ventes comptes !!!
Publié : il y a 11 mois
Pas de bla bla, mais des vrais infos c'est ici: https://www.facebook.com/maison.passive.2018/
Publié : il y a 11 mois
J'apprécie de lire les commentaires qui, dans l'ensemble, vont dans le bon sens. Je n'ai pas parlé de mon expérience de concepteur de maisons et de mes réalisations dont certaines sont à énergie positive (même en rénovation, eh oui). On y trouve des solutions adaptées et performantes : bioclimatisme, inertie, pas de recours forcené à des solutions technologiques. Une très bonne performance d'enveloppe, de l'inertie au sol, des grandes ouvertures au sud, des menuiseries à Uw 0.8, une centrale PV 3kWc, un poêle, un chauffe eau solaire, des équipements électriques très performants, de l'éclairage par leds, un vmc df performante, mais aussi parfois une vmi avec un puits climatique intégré sous le bâtiment, récupération des eaux pluviales ... Et surtout des maîtres d'ouvrage très impliqués (réduction de la surface habitable en allant à l'essentiel, optimisation des consommations, pas de fenêtres inutiles, etc ...). Ainsi, on arrive, sans construire une usine à gaz et en épurant l'architecture, à rester dans un budget raisonnable.
Publié : il y a 11 mois
Ces expérimentations sont très positives, néanmoins, malgré le peu d'information fourni ici, on sent une débauche de technologie correspondant aux intérêts des industriels participant à l'opération. Or savez-vous que des artisans écoconstructeurs font des maisons à énergie positive depuis fort longtemps (cf la revue la maison écologique) et en général elles sont plutôt "lowtech", c'est à dire qu'elles incluent un minimum de technologie et donc minimisent le potentiel de panne et les frais de maintenance. Je suis étonné par exemple de la présence de systèmes de chauffage complexes autre qu'un petit poêle à bois ou un simple radiateur électrique basique qui suffit largement pour chauffer une maison passive. L'investissement dans une isolation au niveau passif est justement contrebalancé financièrement à la construction par l'absence d'investissement dans un système de chauffage coûteux.
Publié : il y a 11 mois
Oui, Thierry Hedde, mais la RT nous oblige bien souvent à faire moins bien que mieux. La RT est à l'avantage des lobbies .... Certes, une maison passive avec du chauffage d'appoint électrique et une production PV, ça marche (je l'ai pratiqué). Certes, on poêle suffit, mais pour la RT, un poêle n'est pas reconnu comme un système de chauffage, mais seulement en tant qu'appoint. Quand aux apports solaires passifs couplés à l'inertie, rien de tout cela n'est comatabilisé comme pouvant être un système de chauffage. A quand une approche intelligente du comportement thermique ? A quand une RT ou RE vraiment objective ?
Publié : il y a 11 mois
Dans la plupart des maisons que j'ai conçues ces dernières années, la plupart de mes maîtres d'ouvrage sont étonnés que leur consommations soient à environ la moitié que ce que le calcul réglementaire obtient ... Cherchez l'erreur !
Répondre à ce sujet
Comepos : les maisons individuelles à énergie positive livrent leurs secrets
Menu
×