Essoc et permis d'expérimenter : les acteurs inquiets des délais imposés

par BATIACTU il y a 1 an
DOUTES. La loi pour un État au service d'une société de confiance (Essoc) introduit le permis d'expérimenter et la réécriture du Code de la construction et de l'habitat. Les acteurs de la sécurité incendie, réunis en colloque le 18 octobre 2018, s'affirment en faveur du dispositif mais regrettent la brièveté du délai imposé par le texte.
Lire l'article sur Batiactu
5 réponses à ce sujet
Publié : il y a 1 an
Il faut se méfier des décisions hâtives génératrices de déceptions amères. Exemple: les déboires d'un RGE précédé d'une absence de formation.
Publié : il y a 1 an
Pour arriver aux constructions merdiques en panneaux de bois et de plâtre comme aux USA, constructions réservées aux nantis, mais dans des régions climatiquement plus clémentes, et encore au moindre coup de vent tout s'envole!
Il serait maintenant grand temps d'exterminer tous ces parasites de la société avant qu'une catastrophe extrémiste nous tombe sur la tête.
Publié : il y a 1 an
ATTENTION
s''il faut du temps pour écrire de la réglementaation dans le bâtiment, il faut aussi du temps pour que les multiples acteurs se l'approprient.
Il faut aussi qu'elle soit compatible avec la réglementation des différents types de bâtiments existants, car la majorité des travaux concerne des bâtiments existants
Publié : il y a 1 an
Ici comme partout ailleurs, la sagesse est dans la modération.
Ainsi que l'exprime à juste titre cet article, les dérogations et avis en matière de sécurité incendie sont partie intégrante de la plus majeure partie des projets de construction actuels. La loi Essoc ne fera très probablement que repréciser un cadre qui varie aujourd'hui de service de prévention en service de prévention, en instaurant un cadre qui pourrait laisser une plus large place à des solutions innovantes dans la construction, solutions dont bénéficiera l'industrie de la construction française engoncée dans l'actuel carcan réglementaire.
Reste toutefois à cadrer l'obligation de résultat et les modalités de validation des solutions proposées afin d'éviter que des "idées de génie" inappropriées puissent être avalisées avec légèreté et à mettre en place un véritable dispositif de contrôle et de vérification en phase chantier.
Publié : il y a 11 mois
On donne 6 mois aux acteur pour modifier 30 ans d'empilement de règlementations. encore une réforme d'enfumage. une fois de plus on annonce la réforme pour dire qu'on fait des réformes et les énarques nous la transforment en USINE A GAZ.
Plus grave encore, les maîtres d'ouvrage ne trouveront pas d'assureurs pour couvrir leur prise de risque sur 10 ans voire 30 ans...
la loi Essoc n'est pas loin, à quelques lettres près, d'une autre terminologie bien chargée de sens...
Répondre à ce sujet
Essoc et permis d'expérimenter : les acteurs inquiets des délais imposés
Menu
×