Le traitement de l'étanchéité à l'air

par Maxime De Montessus il y a 5 ans
17 réponses à ce sujet
Lancer un nouveau sujet
Publié : il y a 5 ans
L'étanchéité à l'air est une problématique nouvelle pour le monde du bâtiment, le label BBC Effinergie puis la RT 2012 imposent des objectifs de résultats mesurés et non plus des objectifs de moyens. Le traitement de l'étanchéité a l'air nécessite une conception efficace en amont, une mise en oeuvre soignée ainsi q'un suivi rigoureux des éléments réputés fuyards (Coffre de volet roulant, porte fenêtres, appareillages électriques, liaisons parois verticales et parois horizontales...).

Tout l'enjeux est de d'éviter de devoir revenir sur l’enveloppe du bâti une fois les travaux finis. En effet les coûts de travaux correctifs sont de plus en plus importants, difficiles à réaliser et pour une efficacité moindre à mesure que les travaux sont avancés. Il faut donc anticiper au maximum!

Trois axes à mettre en place pour une mesure finale réglementaire optimal:

1) Il important de sensibiliser toutes les entreprises aux exigences du traitement de l'étanchéité à l'air. Pour cela des entreprises certifiées "Mesureurs perméabilité à l'air" par Qualibat proposent des formations adaptées aux choix constructifs du chantier et donnent des conseilles ciblés aux corps d’état concernés (maçonnerie, charpente, menuiserie, électricité, plomberie…). Les formations sont données directement sur le chantier avec des plans détaillés explicitant les matériaux et méthodes utilisées.

2) Les habitudes on la vie dure, le travail des corps d'état nécessite un suivi transversal de l’exécution par une personne compétente pour s'assurer de la bonne application des conseilles donnés lors de la formation.

3) Enfin, prévoir des tests intermédiaires est primordiale. Ces tests permettent de se situer par rapport à l’objectif final d’étanchéité et de corriger le plus rapidement possible les défauts de mise en œuvre.

Sources : http://mesure-infiltrometrie.blogspot.com/
Publié : il y a 5 ans
pour bien comprendre les enjeux et les conditions de mise en œuvre sur le terrain, voir ces films pédagogiques réalisés par les Régions, l'Ademe et les organisations professionnelles :
http://www.energivie.info/fr/film-etancheite-a-lair-des-batiments/
Publié : il y a 5 ans
il y a beaucoup plus simple messieurs au lieu d'écouter les conneries de l ademe ou similaire qui n'y connaisse rien du tout et de mettre du scotch par là du mastic par labas voyons il y beaucoup plus simple et plus efficace vous êtes en retard de 15 ans en france ????
Publié : il y a 5 ans
Ma réponse à Regis:
Une fois que l'isolation de toutes les parois d'un logement est bonne, on s'aperçoit que la ventilation nécessaire et même vitale du logement est une source importante de déperdition de chaleur. On cherche alors à étanchéifier au maximum ces mêmes parois et à ne laisser qu'une entrée et une sortie d'air bien contrôlées. On en profite alors pour faire en sorte que le flux d'air frais entrant soit réchauffé par le flux d'air vicié sortant. Ceci s'obtient par une ventilation double flux (qui n'a d'intérêt que si l'étanchéité du logement est bonne). L'air frais peut également être réchauffé en hiver ou refroidi en été s'il provient d'un bon puits canadien.
Ma question à Maxime ou autre: est-il possible d'obtenir une bonne étanchéité en rénovation ?
En effet, je pense que la bonne isolation et la bonne étanchéité à l'air des logements anciens est un objectif plus pertinent que la même action dans le neuf, vu l'importance du parc ancien existant (80% du total) et compte tenu que l'amélioration des performances des systèmes de chauffage à base d'hydrocarbures ne sert (presque) à rien du fait de la croissance continue (voire exponentielle) du prix de ces hydrocarbures.
Publié : il y a 5 ans
Question:
Maison bloc béton et isolation extérieure en laine de roche avec bardage bois.
A quels moments faut-il faire les tests intermédiaires d'étanchéité, sachant que c'est le platre qui va en grande partie assurer cette étanchéité ?
Publié : il y a 5 ans
a mr christian roze
faux la ventilation double flux si elle est bien calculée et bien mise en oeuvre n'a aucun probleme sur l'étancheité , encore une fois la mise en oeuvre et le choix et le plus important
Publié : il y a 5 ans
en france j'ai l"impression que vous découvrer beaucoup de chose sur les batiments soyez réaliste et allez visitez nos pays scandinaves , vous allez pleurez
Publié : il y a 4 ans
Pour avoir un très bon rendement de la double flux il faut avoir une étanchéité a l’air la plus performante possible il ne faut pas se contenter d’être juste en dessous du 0.60 Q4 mais le plus près possible du passif ou être passif 0.60 N50.
Le plâtre ou la plaque de plâtre ne peuvent assure une bonne étanchéité a l’air il faut impérativement une membrane indépendante à l’abri des percements divers.
Publié : il y a 4 ans
je cherche à établir un CCTP "étanchéité à l'air" . Quels sont les éléments que vous pouvez me communiquer ?
Publié : il y a 4 ans
si il y a plus simple que Regis Oudot nous le dise
Publié : il y a 4 ans
Bonjour, la double flux ne fonctionnera correctement que si on a une étanchéité plus avec les valeurs du standards passifs. La valeur demandée de 0.60 en Q4 (norme RT2012) et N50 semble des fois semait le trouble, mais pour comparer, un est en euro et l'autre est en franc....un tableau existe (il m'a été donné lors de mes cours du CEPH (maison passive) qui donne une comparaison du rendement de la double flux par rapport à une mauvaise étanchéité à l'air. Celle ci en pure RT 2012 peut être a proscrire car elle devient défavorable par rapport à sa consommation électrique.. Un infiltromètre.
Publié : il y a 4 ans
Bonjour,
Je viens de rejoindre ce groupe et la lecture des propos tenus y est vraiment intéressante.
Juste un ou deux points:

Pour Maxime: L'ISOV'AIR TEST est destinée aux plaquistes afin que ces derniers récupèrent cette prestation. Nouos en penson certainement la même chose mais il n'empêche que ce lot nous échappera de plus en plus.....
Pour Jean-Paul: Oui, il va falloir aller plus loin mais la France aime à ce démarquer des autres. Nous avons un Q4 quand les autres ont un N50. Nous demandons aux opérateurs de passer par Qualibat alors que le cursus de formation est "COFRAC"...On se demande vraiment pourquoi. Les diagnostiqueurs sont-ils Qualibat ? Non, ils sont formés et contrôlés par leurs organismes de formation, eux-mêmes COFRAC. Mais pire que tout, les constructeurs en démarche qualité Annexe VII (et il sont de + en + nombreux) sont inaccessibles aux petites structures puisqu'il faut être ISO 9001 pour les approcher ! ! ! vous devez le savoir Jean-Paul, le label Passiv Haus est accessible aux opérateurs ayant été formés à cet égard. Nous compliquons malheureusement les choses en France. unissons-nous pour faire bouger les limites qui nous sont imposées. Construisons ensemble le plus grand réseau d'indépendants spécialisés en infiltrométrie et thermographie. Plus d'informations sur: www.anticip50.fr rubrique "Réseau". L'union fait la force.
Bien à vous.
Répondez à ce sujet
Le traitement de l'étanchéité à l'air
Menu
×