Maison passive : puits canadien ou VMC ?

par Elena Riza il y a 1 an
Bonjour,
Dans le concept des maisons passives, je sais qu'il existe le principe de VMC, depuis maintenant longtemps. Mais on voit de plus en plus apparaître aussi le principe du puits canadien. D'où mon interrogation, lequel des deux procédés est le plus intéressant à proposer à un client. Je sais que ça peut aussi dépendre de la région mais, prenant le cas d'un pavillon créé dans les environs de la Charente-Maritime, quel serait le mieux ?
6 réponses à ce sujet
Lancer un nouveau sujet
Publié : il y a 1 an
Bonjour,
Je ferais bien une réponse de normand, ni oui, ni non. Ou plutôt, pourquoi opposer les deux ? Si tu veux créer une maison passive, il est tout à fait possible de les associer pour encore plus d'efficacité, été comme hiver.
Le principe de la VMC est d'apporter un renouvellement de l'air et, plus particulièrement bien sûr, dans le cas d'une ventilation double flux. Cependant, ce renouvellement d'air, en hiver par exemple, s'effectuera avec de l'air froid qui sera réchauffé par l'air chaud sortant. Le puits canadien, pour sa part, se sert de la chaleur du sol.
Publié : il y a 1 an
Je viens confirmer ce qu'a précisé mon collègue. Je pense que le mieux est de cumuler les principes. Par exemple, il est reconnu que, dans une région ou l'amplitude thermique assez forte, il est possible de passer d'un air extérieur à -7°C et de le récupérer à 12°C en cumulant la VMC double flux et le puits canadien, soit un gain de 19°C au total, de quoi faire réfléchir lorsque les températures sont moins basses. En plus, le risque d'abîmer sa VNC avec un air très froid et humide devient nul.
Publié : il y a 1 an
Merci, je crois que vous avez bien réussi à me convaincre, c'est vrai. C'est idiot, je sais, mais je n'avais pas pensé à utiliser conjointement les 2 formules. Je m'empresse de remédier à ça.
Publié : il y a 1 an
Tout dépend l'endroit, la nature du sol , l'exposition... mais il est certain que l'association du puits canadien et vmc double flux présente un must et amène de l'air à 10 à 14 ° sans problème...j'ai visité récemment dans la région lyonnaise une maison équipée de puits canadien et d'un système double flux installés depuis plus de ...40 ans ..cela fonctionne toujours mème si certains composants ont été changés ...et le rendement est toujours là.
Publié : il y a 1 an
Wow ! Quelle durée de vie ! Je ne pensais pas que ce type d'installations pouvaient tenir aussi longtemps.
Publié : il y a 1 an (Édité)
Bonjour,
certaines VMC DF se mettent en sécurité quand l'air neuf passe en dessous de 0°, cela permet d'éviter de geler les condensats et de dégrader le matériel.
Pendant cet arrêt qui peut se répéter longtemps en cas de fort gel durable, l'air n'est plus renouvelé.
Le puits canadien évite cette situation, l'air neuf est toujours au-dessus de 10° sans ajout de résistance chauffante.
L'air vicié rejeté est de 1 à 3° au dessus de celui du puits canadien (entre 10 et 15°) suivant le rendement de l'échangeur de la VMC.
Je réfléchis à la meilleure solution pour mettre à profit ces calories contenues dans ces rejets pas si viciés que çà (PAC, CET, mise hors gel d'un local non chauffé, tampon thermique, ...).
Avez-vous des idées, exemples ou expériences ?
Merci,
cordialement,
Répondre à ce sujet
Maison passive : puits canadien ou VMC ?
Menu
×